•  « Quand le traitre au Christ et faux Pape prédit occupera le trône de Benoit XVI les grosses villes seront la cible des bolides de feu et les extraterrestres viendront en vaisseaux par les trous de vers envahir la Terre pour dérober son or »

     

    [Extraits au Code Source de la Centurie VII Quatrain 56 des Prophéties de Michel de Notre Dame]

     

     

    The Plumitif

     

     

    Le Code Source

     

    La Cavale Chrétienne, ou la Kabbale Hébraïque ont pour origine commune le “Code du Livre” qui est la lecture interprétative suivant le jeu des anagrammes phonétiques.

     

    A ne pas confondre avec les systèmes des codes “Béta-numériques” si prisés par les “Machines-Chiens” [et autres informaticiens !] puisqu’il s’agit des systèmes “Alpha-Phonétiques” des “Magiciens” et de la “Société Savante des Angéliques”.

     

    Ici : l’écriture du “Livre” est le “Cachant”, le Parlant est le révélateur et le Signifiant est ce qui est “Dés...Livré”.

     

    Mais cette “Révélation” n'est pas absolue et définitive puisqu'elle prend en compte toutes les “Variables d’Ajustement” [selon la loi et la Règle de la physique du “Cantique du Quantique”] qui en modifie l’éclairage selon le lieu, le temps et leurs manifestations.

     

    Elle fonctionne en “Ressemblance” au Protocole du fameux “Code de la Bible” (de Biblos = Livres) ...

     

    [ce "Code de la Bible" n'étant en fait qu’un dérivé mineur et une application élémentaire du Code Source !]

     

    et où “Transe...Paraissent” [suivant les variations et la mise en page du texte d’origine] des “Occurrences Significatives !”

     

    [essayez et appliquez le procédé du “Code de la Bible” aux fameuses Centuries de Nostradamus et vous serez, de même, et également … surpris des résultats !]

     

    Le Secret du Code Source réside en réalité dans “La Révélation” du Verbe sur le Verbe, par le Verbe et dans le Verbe ; c’est ce que l’Orden de Chevalerie appelle le “Code Lancelot”.

     

    Lancelot du Lac qui est le “Meilleur Chevalier [ou Cavalier] du Monde” dont la “Cavale ou Cabale” emprunte le chemin éclairé par l'Étoile à huit pointes [ou 8 Rais] que dessine le pas [2 et 1 !] de son Cheval sur le Damier du Nouveau [Neuf !] Monde "Cruxifer"...

     

    The star of the Magi

     

    [Lancelot provient du normand "ancel" = servant, ou du vieux français  "lancel"  =  serviteur,  ou du latin  "ancille" = serviteur]

     

    C’est donc le “Code Serviteur” ou le Code du Serviteur du Haut Maître, le Dominus, le Seigneur qui est le Verbe Incarné.

     

    Ce Verbe Enchanteur que nous "dés-livrera" le futur Grand Monarque - le Roi - Poète - ... et que les plus beaux poèmes nous ont , si souvent, “Chanté” :

     

     

    A noir, E blanc,   I  rouge, U vert, O bleu : voyelles,

    Je dirai quelque jour vos naissances latentes :

    A, noir corset velu des mouches éclatantes

    Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

    Golfes d'ombre ; E, candeur des vapeurs et des tentes,

    Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;

    I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles

    Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

    U, cycles, vibrements divins des mers virides,

    Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides

    Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

    O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,

    Silences traversés des Mondes et des Anges :

    - O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux ! -

    Arthur Rimbaud

     

    The world

     

    Partager via Gmail

    your comment
  • « Les légendes sont vraies, plus vraies que l'histoire »

    (La clef des choses cachées de Maurice Magre)

     

     

    The New Alliance

     

     

     

    La Jérusalem Céleste de L'Hyper-Borée

     

    Puisque l'Histoire se déroule selon la chaîne d'une trame invisible …

     

    A l’instar (l'Un...Star) de ces projections obscures (et autres Desseins Animés) présentant la mise en scène des mythes, suivant un scénario construit sur les archétypes illustrés par des images symboliques …

     

    … de la même façon, à chaque instant, nous pouvons soulever le voile profane, qui recouvre la perception de notre existence substantielle, pour dévoiler la Vérité qui sacralise le sens de notre Vie essentielle ...

     

    Et c'est visiblement le sens de l'engagement du Chevalier en Queste du Mora … [Mora = Amor ou Ultima Proxima Thula] …

     

    ... de la place : du Saint Siège Périlleux de la Table Ronde du "Gradus Sancti" - qu'occupera le Treizième Commandeur des Tempêtes - le « Nazaréen » qui est adombré du Blanc Manteau Écarlate à la Croix Vermeille et au « Sang Bleu » du « Saint Suaire du Christ » ...

     

    [ ... qu'il ne faut pas confondre avec la Vénérable Relique et Sainte Chiroteka de Turin ... dont les Templiers ont toujours eu la « Très Sainte Garde » Cf. Le suaire de Jésus de Nazareth et les Templiers et le suaire du Christ, de Barbara Frale cité par Magali Cazottes dans "L'hyper-Borée son mythe, ses origines et son mystère". Collection : Champ limite. Le Temps 2014.] …

     

     

    The Blue blood

     

     

    Selon la Tradition transmise par l'Orden de Chevalerie, c'est ce « Meilleur Chevalier du Monde » qui :

     

    en fusionnant la « Chevalerie Terrestielle » et la « Chevalerie Célestielle » …

     

    et en faisant apparaître aux yeux de tous le Saint Vase, Saint Calice et Saint Graal du Seigneur …

     

    ancrera « Le Saint Vaisseau de la Jérusalem Céleste sur Terre » …

     

    et y rétablira ainsi :

     

    l'Ordre Universel du Royaume du Christ-Roi …

     

     

    Ultima Proxima Thula

     

     

     

    « Je m'en irai ...

    dans le paradis blanc …

    où les nuits sont si longues …

    qu'on en oublie le temps …

    Recommencer là …

    où le monde a commencé …

    et jouer avec le vent …

    comme Avant … »

     

    (Cf . Le Paradis Blanc Michel Berger)

     

     

    Partager via Gmail

    your comment
  • « Ton front est ceint de fleurons glorieux !

    Car ton bras sait porter l'épée,
    Il sait porter la croix !

    Ton histoire est une épopée
    Des plus brillants exploits.

    Et ta valeur, de foi trempée,
    Protégera nos foyers et nos droits. »

     [HNC]

     

    Les 8 béatitudes

     

    Le Royaume du Grand Monarque

     

    L'Avènement d'un Grand Monarque qui est aussi le Grand Pontife, véritable Anté-Christ, du Retour du Christ, dans un Temps Apocalyptique, semble, à beaucoup, appartenir au domaine purement légendaire ou mythique, voire pire, celui de la propagande purement politico-religieuse.

     

    Alors même, que les plus sceptiques des « Guénoniens » n'y voient que la manifestation principielle du « Roi du Monde » ou d'un « Mahdi Islamique » ou d'un dixième « Avatâra hindou » …

     

    … et que d'autres y reconnaissent le Canis Veltro « Chien de Chasse ou Lévrier » de la fameuse prophétie de Dante (l'Enfer vers 100 -111) :

     

     

    « Un Lévrier …

    [qui] ne se repaîtra de terres ni d'argent,

    mais d'amour, de sagesse et de bénignité …

    sera le salut …

    C'est lui qui chassera la bête de partout

    et la refoulera jusqu'au fond des Enfers,

    d'où le Malin envieux l'avait d'abord tirée. »

     

    L'Oeuvre-y-est

     

    La Tradition véhiculée par les Anciens, les Ancêtres et les Ainés de l'Orden de Chevalerie, pour sa part, nous suggère une pré-figuration, certes parallèle, mais plus étendue encore, car elle y voit précisément le reflet, non pas du « Roi du Monde », mais bien plus encore le scel du "Sire d'Outre Mer" : le « Roy des Rois des Mondes » qui étendra, par délégation, l'Autorité du Christ bien au-delà des Royaumes Terrestres !

     

    [Cf . Jean Raspail : Le Camp des Saints (1973). Le Jeu du Roi (1976). Septentrion (1979). Sire (1990). Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée (1990). L'Anneau du Pêcheur (1993). Le Roi au-delà de la mer (2000). etc ]

     

     Les Armes Symboliques du Grand Monarque  

     

    A / c'est celles de Louis XVII (Lys XVII) :

     

    1 / Lys : fer de lance avec pointe et crochets, Langon ou javelot des Francs ou Hommes Libres Armés : les Lances des Chevaliers

     

    [Il sera donc « Roi Chevalier »]

     

    2 / X (de XVII) : le « Khi » ou « X » initiale de Christ du grec « Christos »

     

    [Il sera donc « Roi Chevalier du Christ »]

     

    3 / VII (de XVII) : il sera issu des « Sept » du Christ ...

     

    [qui sont « DIX » (10 et d'X) du « X » initiale de Christ]

     

    ... qui lui mettra « l’Étrier au Pied » ... [Et le Dormeur du Ring Dragon se réveillera !]

     

    La Croix des Huit Béatitudes

     

    [Ce sont les « Sept » Os (os = so) ou « Sceaux » de la « Cheville Oeuvrière » du « Pied de Mouton » sur laquelle repose la Hampe de la Bannière de l'Agneau du Christ, dont la Croix de Malte à huit pointes, ou Chiffre Templier, est le Signe … [Cf. Le Mystère des Cathédrales et Les Demeures Philosophales de Fulcanelli]

    Agnus Dei

    [Il sera donc « Roi des Chevaliers du Christ » ou « Humilis Pecator » Magister de l'Ordre de la Chevalerie du Temple]

     

    B / et celles des Templiers du Christ :

     

    1 / qui portent la " Croix Pattée de Gueules " sur son Blanc Manteau  : autrement dit : il sera marqué de la « Griffe » de sa « Patte » [celle du Lion de Judas qui est le Christ]  qui sont les « Armes » du « Meilleur Chevalier » du Monde transmises par la "Dame du Lac" : Messire Lancelot du lac, le « Fils de Roy » et Père de Galahad Le Pur :

     

    « D'argent aux trois bandes de gueules »

     

    Galahad Le Pur

     

    2  / et c'est ainsi qu'il arborera la Croix de Saint Jean sur sa Tunique Blanche : celle des Huit Béatitudes de la pauvreté en esprit, des débonnaires, de ceux qui pleurent, de ceux qui ont faim et soif de justice, des miséricordieux, des cœurs purs, des artisans de paix, de ceux qui sont persécutés pour la justice … aussi héritera-t-il du Trône de Christal du Royaume de la Terre et du Trône de Corail du Royaume des Cieux.

     

    Le Magisteria

     

    Car en tant que :

     

    Magister Templi :

    il gardera le Château du Saint Graal et veillera sur le Saint Vase de Bénédiction ...

    ... il règnera comme Roi de la « Table Ronde » et Monarque du Royaume de « l'Ogres » ...

    [Chronos qui dévore symboliquement ses enfants ou Démiurge des Temps qu'il accomplira]

    ... qui est le Royaume du Roi Arthur [Arturus Rex Futurus] dont il portera « l’Épée Excalibur »

     

     

     

    et Humilis Pecator :

    il sera Roi, Prêtre et Prophète du Saint Calice ... et de la Coupe de la Double Hache du « Détachement » et du « Discernement » dont il tiendra les Mains - de Justice et de Commandement - comme Maximus Pontifex (coiffé des Trois Couronnes) et Imperator (revêtu de la Pourpre issue de la Cap)

     

     

    ... et son Étendard d'Empire comme son " Or...y...Flamme aux Lys "  sera semé d’Étoiles ...

       

    Le Pape...Lionné

     

     «... la force des taureaux ne l'arrêtera pas ni celle des lions,
    Quand il viendra : sa force est celle de Zeus.
    Non, je te le dis,
    II ne s'arrêtera pas avant d'avoir reçu sa proie ... »

    [Leônidas des nouveaux Spartes] 

     

    Partager via Gmail

    your comment
  • "... je sentais ma raison se déliter peu à peu pour laisser la place à cette présence mystérieuse qui voulait m'habiter ! ..."

     

    ["Lettre d'un Fou" victime du "Horla" (oxymore : Hors Là ! ) le "Hors la Loi" ou (The Northman) « Horsain » ("l'étranger" ou l'Alien !) d'après les nouvelles fantastiques de Guy de Maupassant parues en 1886 et 1887.]

    [Cf. Wilkipedia et www.lehorlademaupassant.fr/resume-le-horla-de-guy-de-maupassant/]

     

     

    Les Corps Beaux qui Bâillent aux Cornes qui nient El !

     

    Messieurs Dames,

     

    les “Psychos-Spiritistes-Écolos-Chamaniques”

     

    La Meilleure Stratégie de Défense c’est l’Attaque !

     

    Tant que les “Intellectuels” tels que Fabrice Bonvin, Philippe Solal, Josselin Morisson resteront dans le déni de défense vis à vis du “Paradigme Spirituel et Religieux”, ils n’auront qu’une intelligence orientée, partielle et réductrice de l’interférence des “Phénomènes Ovnis et Extra-Terrestres” qui ne sont pas uniquement “Exogènes”, mais aussi “Endogènes” ...


    [Cf. Magazine d’Information Indépendant Nexus N°97 mars-avril 2015]

     

    [Seriez-vous, Messieurs Dames, vous aussi, sujets au "rejet épidermique" et séditieux face à la révélation du plan “Spirituel”, comme le sont les partisans de la physique classique, confrontés, à la physique quantique qui - elle - par contre, s’ouvre de plus en plus à la dimension “Spirituelle” de l’univers ?]

     

    Et puis, permettez-moi un petit conseil - et vous le méritez bien ! - modérez l'Amour  de votre Reflet "Homo-Éthéro" de disciples inconditionnels et de meilleurs adeptes du "Néo-Spiritisme" (ou autres "évangélismes" et "channelismes" !) que les “Systèmes de Contrôle” (pilotés par les “Intelligences Ovnis”) projettent en permanence sur le “Miroir Psychique de Votre Inconscient” … pour vous leurrer ...  et pour mieux vous posséder !

     

    [vous voyez bien que l'Amour rend  "par-foi"  aveugle !] ...

     

    [car ne risqueriez-vous pas d'être ainsi - in fine - vous aussi envoûtés par la “Grande Maya” et de succomber - “Ire…Mais…Diable…Amant” - victimes du “Syndrome de Stockholm” ?]

     

    N’avez-vous pas non-plus, réalisé,  Messieurs Dames, que la divulgation sur la réalité des “Phénomènes Ovnis” ne se fera pas, évidemment :

     

    par libre consentement, non-seulement, de la part des autorités “politico-scientifiques” (qui sont - elles aussi - peu ou prou sous l'emprise ou assujetties à “l’Épée de Damoclès” des “Systèmes de Contrôle” des Aliens Predators)

     

    mais, encore moins, librement acceptée de la part des “intelligences ou entités” qui contrôlent ces ovnis ?

     

    Tout simplement, parce que les uns et les autres, ont tout avantage à continuer à agir, en toute impunité, et dans la clandestinité, pour la meilleure efficience de leurs activités et le rendement de leurs intérêts propres !

     

    Autrement dit, c’est bien contraints et forcés que les deux camps [dont l’un est lié ou re-lié à l’autre] seront obligés d’apparaître en pleine lumière et de "trahir" leurs véritables motivations !

     

    La Contre-Attaque

     

    Elle est en marche et en Ordre de bataille ! ... et suit son cours ... puisqu'elle a été lancée par "Tous-à-Chacun", avec la révolution de “l’Inter et Extra Information Nette” ... et qu'elle progresse avec force et détermination à la vitesse de vos propres “Lumières” …

     

    et, puis contrairement aux appels au renoncement ou à la démobilisation … [Cf. L’Interview du psychologue Fabrice Bonvin intitulé “Pétitionner est naïf” Magazine d’Information Indépendant Nexus N°97 mars-avril 2015]  

     

    et en dépit des oiseaux de mauvais augure ... qui cherchent à vous entraîner - au son de leur musique hypnotique - à la résignation de la passivité ... vous vous êtes - enfin - réveillés ... pour ne plus jamais vous arrêter !

     

     … Bravo ! (Braves et Hauts !) et continuez donc ! ... pétitionnez, alertez, informez ... ne négligez aucun détail et n'abandonnez rien ... ne renoncez pas (même par délégation !) et faites exploser les réseaux sociaux sous la pression de vos questions et de vos analyses ...

     

    [laissez tomber l'Arme Nucléaire c'est moins percutant !] 

     

    ... stoppez la politique de l'Autruche ... des corneilles qui se parent impunément des plumes du paon ... ou des corbeaux qui se contentent de répéter ce qu'ils ont entendu chanter aux cygnes ... mobilisez-vous ... !

     

    [Cf. Des Causes et des Remèdes de  l'Amour par J . F . de Lignac. Médecin Anglais] 

     

    [rappellez-vous toujours l'ironie du topos : Ne vous préoccupez pas de l'avenir ... il s'occupera de vous ! ... (il se coupera de vous !)]

     

    ... demandez et exigez des comptes, des explications et des justificatifs … témoignez en ligne de vos observations … enquêtez ... contre-enquêtez ... vérifiez tout par vous-mêmes ... ouvrez les archives … surprenez, innovez et n'évacuez rien ... !

     

    exhumez, inlassablement et constamment, les RR3 et autres RR4-RR7, et les dossiers ufologiques ou para-ufologiques, les plus encombrants et les plus dramatiques ...

     

    [Cf. les dossiers des  morts violentes ou suspectes des ufologues, des crashs ou des accidents (et catastrophes) bizarres, des mutilations humaines et animales, des abductions, des visites en chambre, des paralysies du sommeil, des comportements sous l’emprise des "symbiotes psychiques", des "Men In Black", des hybridations forcées ou artificielles, des disparitions (humaines, navales et aériennes), des intimidations, des attaques (et aussi défenses !) et surveillances des sites stratégiques, militaires et énergétiques nucléaires ou non, des bombardements de météroïdes, etc.]

     

    ... c'est à "Ceux-Pris" que vous ferez sortir du "Boa" les Aliens Predators (et leurs alliés ! et leurs complices  qui s'y "Casch") ... pour que les Prédateurs deviennent à leur tour les Proies ...

     

     

    Et c'est ainsi ... et pas autrement ... que vous susciterez ...

     

    Hic et Nunc !

     

    L'Éveil du Nouveau Printemps Ufologique ... !

     

     

     La Chasse est ouverte !

     

     

    L'Est...Veille !

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  

    Le Nouvel An Pire !

     

    «  L’An-Pire » du « Moon-Key King’s Knight » de la "Planète des Singes"

     

    « Longtemps après une inondation originelle, au Tibet, de l’union, d’un Singe et d’une Démone sont issus six êtres, mi-hommes, mi-singes. Petit à petit, leurs poils tombent, leur queue raccourcit et ils deviennent des hommes ».

    Le Singe n’avait épousé la Démone que sur le conseil des dieux et mû par la compassion, quand l’habile Démone l’avait menacé :

    « … par la force de mes appétits, je t’aime, je brûle pour toi ; par la force de cet amour, je te poursuis et te supplie ; nous devons ne pas vivre ensemble toi et moi, j’irai moi-même servir de compagne aux démons ; une multitude de petits démons naîtra, ils dévoreront chaque matin mille fois mille êtres… Et moi, lorsque le pouvoir de mes actes antérieurs me fera mourir, je tomberai dans le grand enfer des êtres… ».

    C’est ainsi que l’humanité naquit au Tibet du Singe compatissant et de la Démone toute d’amour éprise. Ces premiers parents offrirent à leurs enfants les dix vertus des hommes et attirèrent sur eux, de la part des dieux, graines, or et pierres précieuses. [D’après la traduction d’Ariane Macdonald Cf. :www.sylvie-tribut-astrologue.com/.../dans-le-bestiaire-des-gemeaux…-le singe... ]

     

     

    La Tarte à la Crème des Non-Ingérences Extra-Terrestres

     

    Que ce soit sous leurs trois formes :

     

    1 / Supérieure-active (Divine)

     

    2 / Meilleure-active (Angélique)

     

    3 / Malheureuse-active (Diabolique)

     

    et de mémoires d'Hommes, tous les Mythes, les Traditions, les Textes les plus Sacrés (et les plus Précieux !) et jusqu'à l'Histoire la plus moderne et l'actualité nous présentent au quotidien les inter-actions [péjoratives ou mélioratives] non-humaines !

     

    [Cf. Les dossiers et les ouvrages des partisans des anciens astronautes mêmes si bon nombre des « Extraterrestres » auxquels ils se référent, sans le savoir, sont probablement morts et disparus depuis longtemps !]

     

    [Vous pouvez aussi consulter les différents articles du blog de l’Orden de Chevalerie qui traitent, peu ou prou, et plus en détails de ces questions !] …

     

    … et pour l’heure nous préférerons plutôt aborder un sujet brûlant celui de …

     

    La Guerre Secrète

     

    C’est celle qui se concocte dans les coulisses et autres « bureaucraties technocratiques » de l’arrière-boutique [Cf. L’article du blog de l’Orden de Chevalerie intitulé : Les Contacts Extra-Terrestres] dont on va systématiquement nier l’existence car, plus elle restera invisible, meilleure sera son efficacité !

     

    Elle a toujours existé et elle existe toujours ! et nous ne pouvons l’apprécier au mieux et le plus souvent qu’à travers ses mal-faits et heureusement parfois aussi avec ses bien-faits ! [Cf. L’article du blog de l’Orden de Chevalerie intitulé : La Théorie du Double Complot]

     

    L’enjeu en est :

     

    1 / la domination de la Terre et l’exploitation de ses ressources et de sa biomasse exceptionnelles

     

    [ou au contraire sa protection et son épanouissement].

     

    2 / et en particulier la possession de l’Humanité [ou sa libération] qui ignore [généralement] qu’elle n’est pas tout au bout de la chaîne des prédations, ni en haut de l’échelle de l’évolution, ni au sommet de l’élévation [même, si elle pourrait espérer y parvenir un jour grâce notamment à son double environnement "Planètes...et...Terre" et à son cadre Luni/Solaire, remarquables et privilégiés !]

     

    L’heure de la Moisson

     

    La démographie planétaire galopante associée à une crise morale, économique, politique sans précédent [facteurs de tensions, de divisions et d’affaiblissements de plus en plus prononcés comme savamment entretenus !] représente indiscutablement une situation des plus favorables pour une « Puissance » Extérieure et Hostile à l’Humanité pour tenter une OPA / OPE [Offensive Planétaire d’Asservissement et Offensive Planétaire d’Extermination] globale sur la Terre.

     

     La Planification de l'Offensive

     

    L'intensification inquiétante des « Phénomènes Ovnis » de ces dernières dizaines d’années signale de plus en plus la présence des « Éclaireurs » [hostiles mais aussi certains amicaux !] annonciateurs de cette offensive globale [qui constituerait une Pâques révélatrice et dont les 4 Lunes de Sang sont le symbole précurseur ?] et qui semble, maintenant, à beaucoup comme imminente.

     

    Plusieurs s’en sont inquiétés et préoccupés [on les appelle les ufologues] mais dans un « monde de plus en plus incrédule » très peu « ont été convaincus que le cauchemar a déjà commencé ! » …

     

    … Et pourtant, on ne compte plus :

     

    1 / les Morts suspectes ou prématurées de tous ces ufologues [et de témoins gênants et de ces membres de Société des Sagesses « Philosophiques et Initiatiques » ! Cf. L’ouvrage : Les Meurtres de l’Occulte de Roger Facon et de Jean-Marie Parent. Alain Lefeuvre 1981] qui ont eu le tort d’accréditer un sujet aussi dérangeant pour tous ces « États…Bliss…Mentent » [sans omettre aussi toutes ces disparitions en progression inquiétante ! Cf. L’article du blog de l’Orden de Chevalerie intitulé : Le Grand Secret]

     

    2 / les opérations de « Cover-Up », d’intimidation, de discrimination, de désinformation, d’influence, de manipulation ou d’infiltration auprès du public,  des témoins ou des enquêteurs des faits ufologiques … qui sont pourtant les signaux évidents des agissements d’une « Cinquième Colonne » qui porte la « Griffe » et une appellation : celles des « MIB » (des Men In Black !)

     

    3 / les sites stratégiques, névralgiques et militaires [il n’y a pas que les centrales atomiques françaises !] sont régulièrement « Visités » par des Ovnis (filmés !) qui se comportent exactement comme des « Drones d’Espionnage » furtifs et sans marque d’identification. [Les Drovnis !]

     

    4 / et que dire de toutes ces catastrophes géo-climatiques et aériennes dont certaines sont visiblement de plus en plus ciblées et comportent des anomalies [comme celle de l’éruption volcanique islandaise de l’Eyjafjallajökull du 20 mars 2010 (avec ovni filmé), du tsunami sur Fukushima du 11 mars 2011 (avec ovni filmé), du 26 janvier 2015 sur la base espagnole d’Albacete provoqué par un incident anormal au décollage d’un F-16, et récemment du crash d’un A320 de Germanwings dans le massif français des « Trois Évêchés » le 24 mars 2015 avec semble-t-il une descente (accidentelle) et un temps de silence de 08 minutes] sinon qu'elles augmentent en intensité et qu'elles apparaissent comme de moins en moins « Naturelles ».

     

    [Voir à ce sujet le thème des manipulations mentales et météo avec L'Arme Ultime de la Guerre des Ondes, Hertziennes, HAARP (Hight Atmosphere Auroral Resarch) Chemtrails, etc. Cf. Projet conspiration. ca /haarp/ arme_ultime.html]

     

     

    5 / les recrudescences des pandémies et autres épidémies qui touchent des populations [humaines, animales et végétales] ... elles également ciblées ! et qui viennent tout aussi « malheureuse-pestilentielles-aimant » : « infester » les corps, « contaminer » les âmes et « posséder » les esprits ! ... et qui sont évidemment à mettre en parallèle avec les bombardements de la Terre qui les propagent,  depuis l’espace sidéral ... et de manière intensive ces dernières années ...    à partir de « Vecteurs ou des Matrices » [de Fulgures, Rods, Orbs, Virus, Insectes Drones, Nanotechnologie ... etc ] que sont les Météoroïdes ! [Cf. Les articles du blog de l’Orden de chevalerie intitulés : Le Port du Voile et La Gelée des Étoiles et le Beurre des Sorcières].

     

    L'Arme Fatale

     

    C’est celle de la démobilisation par l’affaiblissement (physique, moral, intellectuel et mental) l'abêtissement, la culpabilisation, l’écœurement, le renoncement, la dissimulation, la peur …

     

    … et bien pire encore … par l’autocensure qui est la « Sagesse des 4 Singes » qui marchent comme un Homme-Seul :

     

    1 / Ne rien voir …

    2 / Ne rien entendre …

    3 / Ne rien dire …

    4 / Ne rien faire !

     

     Autrement dit :

    Vous avez le choix ... être des Singes ... ou ... devenir des Hommes ... Alors ?

     

     

    Wake up  !

     

    Ouvrez l’Œil et la Bouche et Tendez l’Oreille et la Main à la « Vérité » et elle vous Libérera !

     

    L'Attrape Coeur !

     

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  

     

    « Où étais-tu quand je fondais la terre ? Dis-le, si tu as de l'intelligence.

    Noues-tu les liens des Pléiades, ou détaches-tu les cordages de l'Orion ?

    Fais-tu paraître en leur temps les signes du zodiaque, et conduis-tu la Grande Ourse avec ses petits ?

    Connais-tu les lois du ciel ? Règles-tu son pouvoir sur la terre ? »

    Job 38, 4 -31, 32, 33

     

    Le Vaisseau des Astroïdes

     

     

    La Vitrine et la Boutique 

     

    Contrairement aux Grecs Anciens, les Ufologues [ou les « New-Ages » disciples des channelings et autres pratiques occultes] pensent que c'est les Dieux qui ont créé [et éduquent] les Hommes et non pas les Hommes qui ont créé les Dieux ou les ont inventés à leur Image ! …

     

    [Cf. A ce sujet la Thèse dominante des partisans de la Théorie des Anciens Astronautes et autres Adeptes Récentistes]

     

    Ces « Nouveaux Dieux » qu'ils idolâtrent de plus en plus, jusqu'à accepter de devenir, leurs fidèles porte-paroles, leurs serviles serviteurs, et leurs prophètes inconditionnels ... ils les appellent : les Extra-terrestres, les Entités-Aliens ou les Visiteurs.

     

    Les Arroseurs Arrosés ! 

     

    Fascinés, par l'Idéologie Scientiste (pseudo-laïque) des « représentants » civils ou chloroformés par l'Idéologie Sociale (pseudo-religieuse) des « représentants » des cultes ... [et parce qu'ils préfèrent, aussi, ignorer que l'Homme n'est pas au sommet de la "Chaîne" Alimentaire et Symbiotique des Réseaux Trophiques !] ... ces « Nouveaux Béotiens » nient l'existence de ce que les « Anciens » appelaient les « Dieux ou les Avatars des Êtres Spirituels » en les « Travestissant » sous le « Masque » Trompeur de soi-disant « Visiteurs Extraterrestres » qui n'est, ni-plus ni moins que la « Vitrine » clinquante et alléchante [dont ces derniers se servent] pour mieux les attirer dans leur « Boutique » …

     

     

     L'Arrière-Boutique 

     

    La Tradition de l'Orden de la Chevalerie nous la dévoile …

     

    Et c'est ce que nous confirme par exemple les enquêtes, recherches et analyses apparentées sur les Rencontres Rapprochées : de John Keel, de Ann Druffel, de Jean Sider, de Jean-Michel Lesage, de Budd Hopkins, de John E. Mack, etc.

     

    En particulier :

     

    avec les transes neutralisantes, les abductions, les enlèvements, les paralysies du sommeil, les visites en chambre, et les RR3 ou les témoins subissent une fixation hypnotique

     

    [comme ces enfants d’une classe du Zimbabwe qui ont vu un ovni se poser avec leurs occupants dans la cour de leur école en 1994]

     

    ... et révéle, ainsi, que les contacts, les communications, les échanges avec ces « Anciens Dieux » sont identiques avec ceux de ces « Nouveaux Faux Dieux ». De même ces extraterrestres (modernes) portent les mêmes noms de « Dieux » que les Grecs appelaient « Daïmôn » et montrent les mêmes comportements, caractéristiques ou performances comme le polymorphisme, métamorphisme, mimétisme, imitation, le don des langues ou les pouvoirs de guérisons, etc.

     

    Ces prises de possession ou "Mauvaises Rencontres" (Cf. L'article du blog de l'Orden de Chevalerie du même nom !) ont maintenant un nouveau nom : « les effets Lazarus » ... et elles "s'achèvent" parfois tragiquement ! Cf. L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : S. O . S . OVNI +  ci-après
    www.planete-revelations.com/t11241-agression-mortelle-dun-ovni-sur-9
    dont voici un extrait :

     

    [En 1959, un groupe d’étudiants et d’enseignants Russes de l’Ural Polytechnical Institute partie en cession de sport de Ski à travers le nord de l’Oural dans Sverdlovsk Oblast, et qui ont été retrouvés morts dans des circonstances étranges, pour ne pas dire paranormales. 

    C’est à partir du 10 Février que le groupe ne donnait plus de signe de vie, les forces de l’ordre et les militaires ont ainsi été alertés par l’université et le 26 Février ils ont commencé à mettre en place les opérations de recherches dont certains de l’université s’étaient porté volontaire pour retrouver leurs collègues.

    9 cadavres ont été retrouvés durant plusieurs mois de recherche, mais les circonstances sont assez particulières. Le campement où étaient posés les Tentes de nos chers disparus ont tous été déchirées de l’intérieur, les traces des pas selon les enquêteurs laissaient supposer que le groupe fuyait quelque chose puisqu'ils n’ont même pas eu le temps de se vêtir ou de se munir de provision. Ils se sont donc enfuis pieds nus à travers la neige plus ou moins dévêtus dans un froid sibérien quasi absolu. 

    6 sont mort d'hypothermie et 3 cadavres montrent des traces de blessures fatales, une dont la langue a été arrachée tandis que les autres avaient eu le thorax et crane défoncés mais sans aucun signe de dommage sur l’épiderme. D’après les enquêteurs seul une force surhumaine ou des conditions d’un accident de voiture à pleine vitesse aurait pu commettre de telles blessures fatales. 
    Ce qui est étrange c’est qu’il y a aucune trace d’éventuel poursuivant ou d’animaux sauvages aux alentours, il y a aucune trace de lutte. Ce qui d’ailleurs disculpe les peuples Mansi d’être l’auteur de ces meurtres. 

    Le plus impressionnant et le plus insolite des détails est le fait que les corps ainsi que leur vêtement présentaient de très fortes concentration de radiation, si bien que les cadavres avaient un teint de peau marron-gris. Les radiations étaient si élevées qu’ils ont été enterré dans des coffres en zinc lors de la cérémonie funéraire. 

    L’autre fait curieux est que plusieurs témoins indépendants aussi bien des peuples locaux appelés les Mansi et la station météorologique ont vue des sphères lumineuses au alentour du Kholat Syakhl, la région montagneuse où sont morts le groupe de hikers en question durant les mêmes jours de leur disparition. Dans la langue locale cette région montagneuse Kholat Syakhl signifie « la montagne de la mort », le mont qu’ils visaient pour leurs excursions sportives se nomme le mont Otorten qui signifie en Mansi « Ne va pas là-bas ». L’histoire sombre de cette région auprès de ce peuple vient du fait que beaucoup d’entre eux y sont mort de manière toute aussi inexpliquée. 

    Depuis cette incident, ce passage montagneux a été baptisé The Dyatlov pass en l’honneur du chef du groupe des disparues. Il existe aussi un musée Dyatlov à l Ural State Technical University et une fondation du même nom qui milite pour la réouverture du dossier qui a été gardé secret par le gouvernement Russe jusqu'en 1990, dont les conclusions restent toujours à ce jour les mêmes, 9 hikers ont été tués par une force inconnue et il s’agirait non pas d’un accident mais de meurtre.]

     

    Autrement dit, ouvrez les yeux !

     

    En matière d'ufologie soyons donc prudents à l’extrême pour ne pas succomber :

     

    1 / à « l'Angélisme Naïf »

     

    2 / à la « Diabolisation Superstitieuse »

     

    3 / ni faire des "Dieux" des Extraterrestres ou des Extraterrestres des "Dieux" !

     

    Et nous pourrons établir de véritables rencontres, avec nos « Semblables Extra-Terrestres » car la Tradition des Anciens, des Ancêtres et des Ainés de l'Orden de Chevalerie nous y convie  à condition de suivre :

     

     la Voie Lactée et Impériale de la Raison, de l'Intuition et de la Passion avec le Vaisseau des Astroïdes !

     

     

    Les Trois Vires du Condominium Consummun Continuum

     

    Partager via Gmail

    your comment
  • "Les Soucoupes Volantes viennent des Sphères Extra -Terrestres et les Ovnis proviennent des Mondes Parallèles Infra - et - Supra Terrestres"

    [In memoriam Jimmy Guieu]  

     

     

     

    La Terre danse sous ses Pieds

    La Mer palpite dans son Coeur

    Le Ciel s'illumine à sa Vue

     

    D'Azur à la Feuille de Marais d'Argent Lyserée d'Or

     Quis ut Deus !

     

     

     Les Crashs Extraterrestres 

     

    Contrairement à ce que tout le monde s'imagine, et tout particulièrement, dans la sphère du petit monde ufologique, les crashs d'origine extraterrestre sont, et de très loin, les événements les plus répandus, les plus représentatifs de la présence, et de l'ingérence extraterrestre dans notre sphère terrestre !

     

    Par exemple les autorités et les ufologues scandinaves ont pu estimer, depuis 70 ans, à environ 1000 observations d'objets en forme de cigare ou de missile (les ghosts rockets et autres Foo Fighters) qui se sont posés, ont explosé ou se sont « crashés » avant de s'évanouir,  de s'évaporer ou de se dissoudre, en particulier, dans l'eau des nombreux lacs ou étangs de leurs pays respectifs !

     

    Pluies de l'Espace et Formes de Vie Extraterrestre 

     

    D’après www.mystere-tv.com/pluies-de-l-espace-et-formes-de-vie-extraterrestre- (Et Cf. L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : La Gelée des Étoiles et le Beurre des Sorcières) ce sont en effet 100 tonnes de débris provenant de l'espace qui se retrouvent quotidiennement sur la planète ...

     

    Parmi ces débris, classifiés d'origine Phénomène Aérien Non Identifié (PAN) ou Objet Volant Non Identifié (OVNI) certains nous parviennent sous leur aspect métallique et manufacturé, et d'autres laissent des traces physiques conséquentes, qui perdurent dans le temps (plusieurs dizaines d'années et  même pendant plus d'un demi-siècle, voir ci-après) …

     

    [Mais, avant de vous en détailler deux : RR3 Normandes, qui semblent entrer directement  dans ces catégories ... je ne peux résister (plus longtemps !) au plaisir de vous communiquer l'information que vient de me transmettre un de mes correspondants concernant une RR3 exceptionnelle de 1979, dans le département du Finistère (29) France et au "Grand Buisson", à proximité du site nucléaire de Brennilis - là où s'étend le "Yeun Ellez", un vaste espace que la légende bretonne dit constituer les "Portes de l’enfer", l’Ellez ayant la triste réputation d’être la rivière des damnés Cf. www.bretagne.com › ... › Culture bretonne › Contes et légendes - (enquête en cours) :

     

    Un couple d’éleveurs assistent une vache à mettre bas dans l'une de ses prairies vers 02 heures du matin, en contre bas d'un chemin de terre, lorsque à quelques centaines de mètres en surplomb surgit une apparition lumineuse, venant de derrière un monticule ressemblant à un « tumulus » celtique, qu’elle survola, et qui stationna, en se posant sur le chemin ou très près au-dessus de celui-ci. L'objet de la taille d'une « maison contemporaine » montra une face rectangulaire rouge, avec au centre deux « spots » lumineux ou phares, dont les puissants faisceaux balayèrent la scène de la mise au monde d'un veau (qui décéda le lendemain) puis repartit en silence en empruntant la même trajectoire, mais en sens inverse. Les éleveurs constatèrent à l'emplacement du stationnement de l'objet une modification de la végétation, qui perdure encore (semble-t-il) aujourd'hui plus de 35 ans après les faits ! …

     

    Espérons que ces enquêteurs ufologiques bretons (les derniers qui résistent encore ?!) auront assez de courage pour mener à bien toutes leurs investigations et suffisamment de moyens (ils sont évidemment tous bénévoles !) et qu'ils pourront procéder (à leurs frais !) à l'analyse de ces "traces" … car peut-être pourront-ils y identifier quelques substances qui nous renseigneront sur la nature de cet ovni … à moins que ces traces persistantes, plus de 35 ans après les faits, révèlent la présence de "quelque chose" qui serait enfoui (depuis tout ce temps ?!) dans la terre ? ... Cf. A ce sujet : la RR3 réalisée par Mr Maurice Masse, à Valensole (04) France en 1965, abordée dans l'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : Le Port du Voile ; et la RR3 de De Trancas en Argentine du 21 octobre 1963 où la famille Moreno a découvert, apres le départ des Ovnis, une multitude de petites boules composées à 96,48 % de carbonate de calcium et 3,51 % de carbonate de potassium et en suspension dans l'air l'odeur du soufre (confirmée et constatée par la doctoresse de l'hôpital de Trancas dont la voiture s'immobilisa à l'approche des Ovnis volant à basse altitude) cette odeur qui est si  caractéristique des contacts avec "l'Infra-Monde" ! Cf. L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : La Gelée des Etoiles et le Beurre des Sorcières]

     

    Les Crashs de (Par) Tout ! 

    (et Du Tout Au Tout !)

     

    En effet, nul besoin de vous rendre aux antipodes pour vous convaincre de la réalité de ces crashs d'Ovni ! … (Cf. les incidents et accidents des vols spatiaux dans l'article de l'Orden de Chevalerie intitulé : Le Port du Voile)  

     

    Et il suffit, tout simplement, d’emboîter le pas à ces « ufologues archivistes » et opiniâtres (et filles et fils spirituels de Charles Fort !) en vous penchant sur les archives journalistiques, et de vous engager dans l'entreprise des contre-enquêtes comme ces ufologues du Groupe d’Études Normand des Phénomènes Inconnus (GÉNPI) ... [ou, tout simplement, si vous aimez l'Aventure, la Bagarre et les Copains !]

     

    Les Trois Herr

     

     

    Le Premier "Trou Normand"

     

    Un premier Crash « Normando/Français » :

     

    Journal local du 03 Septembre 1955

     

    Un engin mystérieux s'écrase dans le Calvados (14) France. Caen. Un engin non identifié s'est abattu, au cours de la nuit de jeudi à vendredi, près des « Lys Mal Ordonnés » (14) et a explosé dans les marais, labourant le terrain sur une large superficie et creusant un trou relativement peu profond sur une superficie circulaire d'environ 70 mètres de diamètre. Près de ce cratère on a découvert des fragments d'alliage léger semblable au duralumin.

     

    Bellator

     

    Le GÉNPI a pu retrouver (le site toujours visible du crash avec) un des témoins visuels et auditifs de l'événement (« anonymatisé » Mr Samson -  comme les autres noms propres ci-après ! -) qui s'est souvenu, avoir vu en fin de soirée, une traînée lumineuse dans le ciel, accompagnée d'un bruit de moteur d'avion, avant d'entendre une forte explosion.

     

    Et c'est ainsi que Mr Samson (croyant à un crash d'avion) a pu localiser aux premières heures du matin (dans la direction où se dirigeait la traînée céleste et d'où semblait provenir l'explosion) le site du crash, et où la terre semblait retournée et projetée formant un grand cercle jonché de nombreux débris métalliques, le tout recouvert d'une « Brume Bleutée ! ».

     

    Les Services Officiels du déminage sont alors intervenu pour  récupérer, semble-t-il, les débris métalliques et ont conclu à l'époque à l'explosion d'une des mines marines que les allemands avaient déposées (dans l'eau de la mer de la Manche !) en prévision du débarquement du 06 juin 1944, et qui aurait dérivé (de 6 km à vol d'oiseau de la mer vers la terre ferme ?) en remontant le cours du fleuve « La Brillante », pour s'envaser (très oportunément !) dans sa vallée, alors récemment inondée, et finalement … exploser (pour une raison inconnue ?) une dizaine d'années après ! …

     

    Tout cela ne vous rappelle-t-il pas (un peu !) le Dr J. Allen Hynek (l'inventeur de la classification tronquée des RR3 !) cet astrophysicien de l'Université du Nord-Ouest et consultant en matière d'objets volants non identifiés de l'Armée de l'Air US (et aimable mais très discret agent d'influence de la C. I. A. au cœur de la commission Blue Book) qui avait "fulminé" sa fameuse théorie [capillotractée !] des « gaz des marais » pour expliquer la vague d'ovnis du Michigan en 1966 (et avec laquelle il a fini de se ridiculiser … mais, c'est vrai  que, parfois, certains ufologues ont la mémoire courte et la réactivité un peu longue !)

     

    Car en effet, une mine dérivante allemande en acier (ou toutes autres en métal plus léger) de la deuxième guerre mondiale, qui pèse dans les 200 kg pour 80 kg d'explosif, et qui serait capable de remonter le courant d'un (petit !) fleuve sinueux sur bien plus de 6 km (au moins le double dans la réalité !) vers l’intérieur des terres, serait une bien bonne nageuse !

     

    … et qui … plus est ! … une mine dérivante n'est (majoritairement) pas composée d'un alliage léger comme le duralumin, aussi appelé duralium, duraluminum, duraluminium (en allemand), qui est un alliage utilisé en aéronautique à base d’aluminium (> 90 %), de cuivre (de 3 à 5 %), de magnésium (de 0,4 à 2,4 %) et de manganèse (de 0,3 à1 %).[Cf. Wilkipédia] [à l'exception peut-être de certaines mines de fond, marines ou sous-marines ou flottant entre deux eaux ou à la surface qui, elles, étaient enchaînées au fond de la mer !]

     

    Qui ne doutera pas ? - après tout ça  - There's been a cover-up ! -  car les "rentrées atmosphériques des matières vivantes (et des Everstones) extraterrestres" n'ont probablement pas toutes une gangue pierreuse ou une matrice gélatineuse … et qu'elles pourraient, aussi, offrir (dans certains cas !)  une « coquille » ou une « coque » métallique usinée !

     

    [Tout ceci (et la suite !) est évidemment à mettre en relation avec les énigmes (de la physique quantique !) et des explosions (précédées par un rayonnement  d’une nature inconnue ?!) des deux centrales nucléaires ...

     

    1 . / . de Tchernobyl en Ukraine, du 26 avril 1986, où une transmutation stupéfiante a eu lieu, et où l’on a retrouvé (notamment !) dans les débris de l’usine environ 10 tonnes d’aluminium (or ce métal n’a pas été utilisé, en tant que tel, dans la construction cette centrale nucléaire et nous savons, par ailleurs, que la transmutation de l’uranium en aluminium est possible en Physique !)  (Cf. Planète sans visa. fabrice-nocolino. com/ index.php/?p=276)

     

    2 . / . et de Fukushima,  au Japon, du 11 mars 2011, où de nombreux modules d'aluminium auraient été aussi découverts sur site.

     

    [rappelons que des observations répétées d'Ovnis ont été rapportées au-dessus de ces deux centrales nucléaires - dont l'objectif serait la baisse des radiations nocives -  Cf. L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : La Théorie du Double Complot - Péjoratif et Mélioratif !]

     

    La Source

     

    Le (Vrai) Trou Normand 

     

    (RR3 surnommée « Le Trou Normand » par le GEIPAN (humour avec un soupçon d'ironie méprisante et condescendante ?!) et qu'il a dû confondre avec le « génie des orifices » des estaminets et des autres "Establishments" qu'il fréquente sûrement !)

     

    Un deuxième Crash « Franco/Normand » :

     

    (Cf .chasseur2legende.jimdo.com/france-régions-normandie) 

     

    La découverte en octobre 89, par un agriculteur, d'une surface de terre brûlée dans une prairie déclenchera encore d'importantes investigations et l'ouverture d'un dossier transmis aux autorités militaires. La zone : de forme irrégulière, est longue de 17 mètres et large de 4, où la végétation a totalement disparu et la terre, dont le niveau a baissé d'une quinzaine de centimètre, est de couleur noire.

     

    [et où 5 à 6 m3 de terre aurait disparu !]

     

    [de plus il y avait en réalité deux traces séparées et non pas une seule … la première ayant la forme d'une longue traînée sur plusieurs mètres suggérant fortement qu'un objet y aurait ripé, avant de rebondir, pour finalement s'arrêter en creusant cette cavité irrégulière de 17 m sur 4, en se dissolvant littéralement sur place dans une fusion à très haute température ?!]

     

    Des carottages révéleront que la terre a été brûlée sur 2 à 3 cm de profondeur. Des experts du Centre National d’Étude Spatiales viendront sur place.

     

    [Ci-joint Le compte-rendu du SEPRA (prédécesseur du Geipan) - nous en profitons pour remercier l'aimable collaboration du Génpi, association ufologique privée locale, qui a pu faire renvoyer au témoin/propriétaire des lieux le questionnaire type du SEPRA destiné au témoin, qu'il n'avait, en fait, jamais reçu (seulement l'enveloppe qui était vide la première fois !) - : Octobre 1989, dans une Commune de la Manche (50) France, le propriétaire d'un champ découvre dans celui-ci une large zone totalement calcinée. La trace est de forme irrégulière et mesure près de 17 mètres de long sur 4 dans sa partie la plus large. Au niveau de la trace, il n'y a plus aucune trace de végétation, la terre est noire et le sol est spongieux et enfoncé de 10 à 15 cm par rapport au niveau moyen du pré. Une ligne à haute tension 20 kV longe la parcelle à une cinquantaine de mètres de la trace. Les prélèvements par carottage sont effectués sur la zone brulée, ils montrent que la terre est brûlée sur 2 à 3 cm de profondeur et la couleur grise des argiles montre que le sol a été élevé à une forte température. Les échantillons de terre prélevés dans la zone suspecte présentent une forte odeur de produits pétroliers. Les expertises menées confirment la présence de kérosène dans les échantillons. Ces résultats d'analyse suggèrent l'hypothèse d'un largage de kérosène effectué par un avion volant à basse altitude et à faible vitesse. Ce kérosène a pu être enflammé par le passage à travers la ligne à haute tension. En effet, lors de l'enquête, il avait été remarqué de forts grésillements de la ligne au niveau de la jonction de certains isolateurs. Des étincelles ont pu se produire qui ont enflammé le nuage d'hydrocarbure. Cette hypothèse est confortée par un témoin qui a observé une très grande flamme bleue sur la zone, couleur typique de la combustion d'hydrocarbures.|"photos; photos;article;lettre;rapport;lettre;rapport;rapport;rapport;rapport;questionnaire"|"le trou normand (50) 1989 [e-csep p p o] photos couleur.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-csep p p o] photos a.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-p p t,p s,a] presse-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-o cl t s,a] courrier-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-o geol t s,a] analyse echantillon-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-csep cl t s,a] courrier retour brigade-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-o syn t s,a] analyse echantillon sol-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-csep cr t s,a] enquete sepra-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-csep geol t,d s,a] reperage carottage sol-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-o atm t s,a] meteo-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-csep qt t s,a] questionnaire terre-r.pdf"|b |12/12/2008]

     

    (de fait : Cf. www.ufologie-paranormal.org/t812-c-est-un-ovni-qui-a-brule-mon-champ ). Le propriétaire du champ [Agriculteur/Éleveur de son état !] leur confirmera bien volontiers avoir alerté la gendarmerie, considérant qu'il s'agissait d'un phénomène sortant de l'ordinaire [ayant été le témoin directe (grâce à un besoin naturel !) des phénomènes lumineux, auditifs (sifflements !) aériens et terrestres !]

     

    Un autre témoin se manifestera à la gendarmerie pour expliquer que la nuit précédant la découverte, les pleurs de son chien l'ont tiré de son sommeil.

     

    "J'ai entendu mon chien gratter à la porte du cellier. Je me suis levé pour le voir et quand je suis sorti dans ma cour, j'ai vu au loin un grand faisceau lumineux. Je peux dire qu'au bord du faisceau, la lumière était bleutée, quand j'ai allumé ma lumière, le faisceau a disparu ".

     

    La forte présence de traces d'hydrocarbures de type kérosène, dans les prélèvements de terre brûlée conduiront à envisager l'hypothèse jamais confirmée d'un largage de carburant par "un aéronef volant lentement à basse altitude". En tout cas, aucun plan de vol d'un quelconque appareil n'était enregistré cette nuit-là par les autorités de l'aviation civile.

     

    [L'hypothèse du kérosène enflammé et qui a permis au SEPRA de classer - un peu trop facilement et rapidement - cette affaire [comme bien d'autres !] aurait dû logiquement au moins endommager la ligne à haute tension dont les câbles aluminium ou cuivre fondent à 660,3 °C et à 1.085 °C théoriques étant donné que la température maximum atteinte par les flamme d'hydrocarbures (kérosène) brûlants dans l'air est d'environ 1000°C … et puis le propriétaire/témoin a signalé, dans les années suivant 1989, lors des contre-enquêtes effectuées par le GÉNPI,  le retour des flammes bleues montant plus haut que les lignes à haute tension … et qui paniquait (à juste raison !) car elles représentaient une menace évidente pour ses génisses … donc exit le kérosène !]

     

    [Enfin signalons la découverte stupéfiante faite par le GÉNPI à partir d'analyses (réalisées à ses frais !) (et confirmées par une double expertise) d'une association/laboratoire locale de veille écologique (du Nord-Cotentin) la présence, sur les traces de terre carbonisée, des isotopes (artificiels) radioactifs du césium 134 et 137 (ce qui n'avait pas été signalé par les précédentes analyses du SEPRA, ni par celles d'un enquêteur du groupe ufologique Lumière Dans La Nuit, lui, pourtant indépendant !?)]

     

    Une fois de plus, vous voyez bien :

     

    1 . / . Que les Ovnis ne sont pas qu'un grave problème de Sécurité Nationale (du genre survol par des « drones » non-identifiés [et non terrestres !] des sites névralgiques, centrales atomiques, camps et bases militaires, centres de recherches, lignes à haute tension, etc. )

     

    [Soulignons à cette occasion la prédilection de certains OVNIS pour la « Fée Électricité » comme l'apparition des "Lumières de Séisme", "Électro Météroïdes", "Foudres en Boules", "Foo-Figthers", "Ghosts Rockets" ou comme ces  autres fameux « Cigares des Nuées », qui apparaissent au cœur des phénomènes orageux (d'où leur nom !) … ce qui ...  avec ces derniers suggère fortement que les « Vortex Électro - Magnétiques dits Orageux » n'ont pas tous une origine naturelle !]

     

    2 . / . Mais aussi une préoccupante question de Santé Publique (d'où proviennent ces substances radioactives ... et qui, ou quoi, provoque ces "traumatismes" physiques générés sur l'environnement, les plantes, les animaux - et aussi ces "troubles" d'ordre psychique - sur les humains ? Cf. L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : Le Port du Voile. )

     

    3 . / . Et qu'une enquête ufologique (par définition !) n'est jamais classée …

     

    4 . / . Et que malgré les malheureuses tentatives du SEPRA, pour évacuer les PANS, certains d'entre eux se rappellent à notre souvenir …

     

    … et visiblement laissent des traces, des marques ou des empreintes (les "cicatrices" de leur passage) ou se crashent … y compris :

     

     ... dans le Territoire Franc …

     

    ... aux Royaumes d'Armoric et de Gaunes …

     

    ... de la Province Neustrienne ...

     

    … du Pays Normand ... (Northman ... et  ... « Deux...Mis ! »)

     

    ... Sur la Terre du Dragon - Tonnerre ...

     

    Le Drakein

    Partager via Gmail

    your comment
  •  

    "Car je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : "transporte-toi d'ici là" et elle s'y transporterait, et rien ne vous serait impossible"

     

    (Matthieu, 17,19).

     

    Stargate

     

    De l'autre Côté du Miroir 

     

    Les lumières de la Tradition des Anciens, des Ancêtres et des Ainés de l'Orden de Chevalerie nous exposent les « Ovnis » ...

     

    [Vous savez les Ovnis ... ces objets volants, ronds comme des soucoupes, qui scintillent et étincellent pareil à l'aluminium, et qui réfléchissent et brillent autant que le silicium poli au soleil !]

     

    ... sous l'éclairage des « Vaisseaux Miroirs » qui surfent sur les champs d'ondes-corpusculaires reliant deux potentiels électromagnétiques fixes, opposés et complémentaires …

     

    Et dont … le moteur principal serait, en quelque sorte, à l'extérieur ! ...

     

    (à la ressemblance de ces « véhicules » terrestres, qui sont mus conjointement par les "mécanismes" de la Magnéto-Hydro-Dynamique (MHD) et qui génèrent, dans un milieu fluide, une force de pression, à l’arrière, et de dépression, à l'avant, des "engins" accélérant, ainsi, leur déplacement)

     

    [Les 7 luminaires des couleurs dans le système héraldique, avec leurs correspondances au blason (passage du "Faux-Nom" au "Vrai-Nom" !) des « cristaux », des gemmes et des pierres précieuses reflètent, spécialement, le mode de fonctionnent de ces « Vaisseaux Miroirs » … Cf. L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : La Chevalerie des Métiers]

     

    Et c'est, selon la Tradition, ce Type de « Voyage » qui permet l’émergence dans notre monde physique de nos "Visiteurs" … qui ne sont pas uniquement [et loin s'en faut !] exclusivement "Extras...et...Terrestres" …

     

    Effectivement, d'après la mécanique quantique et sa physique, le vaisseau planétaire « Terre » se déplacerait dans un Univers composé de "Multi-Vers", et qui seraient inter-extra-connectés entre eux par ces « mises en tension », qui les relient en parallèle, d'où la théorie des mondes parallèles, et de leur inter-relation possible à travers les "Trous Noirs" (ou Portails, Portes Induites et "Trous de Vers" (de Verre) [d'Ébène (ou Diamant Noir), de Cristal et de Corail] de la Tradition Chevaleresque ! )

     

     

     

    Un Trou Noir c'est Trou...Blanc !

     

    Ces couloirs du temps et de l'espace [qui existent naturellement] seraient donc empruntés, maîtrisés et même générés par la plupart des "résidents" de ces mondes …

     

    Si bien, qu'il est probable que tous ces phénomènes dit « Ovnis » [ou amalgamés ou assimilés !] proviennent de tous ces "univers", dont les "occupants" n'ont pas tous la même nature physique, psychique et spirituelle, et, évidemment, un code « éthique » ! identique ou similaire …

     

    [Et, pour qui, la Vie n'a pas, obligatoirement, la même valeur  / intérêt  et la même "fonctionnalité / utilité" que nous lui prêtons … ]

     

    Vous comprenez mieux, maintenant, la différence qu'il faudrait faire entre les Rencontres Rapprochées avec des Ovnis ... et le Contact avec des Extra - terrestres [dont certains seraient et on doit en être convaincu !] "civilisés" et "bien élevés" ?

     

    Cette différence de nuance explique, d'ailleurs, la ségrégation ou le rejet qui ont été perpétués et toujours renouvelés ...   à l'encontre et au détriment des Phénomènes Ovnis ... [et ce qui est  maintenant de plus en plus évident et patent !] ...  au  profit exclusif  de sa résultante unique [et dimension] "Extraterrestre" ["Écrous et Boulons" !] acceptable [et prétendument acceptée !] par les tenants de "l'oligarchie" de la Pensée "Près...et...Dominante" ...

     

    ... et qu'elle désire - à tout prix - nous imposer de manière à évacuer - une fois pour toute - l'idée des "Multi -Mondes Parallèles", si chère, à la Tradition Religieuse et à tous les Peuples !

     

     

    Pensez-donc ! ...

    Les Extraterrestres, sont forcément des êtres évolués, puisqu'ils sont de « super-scientifiques » [Tôles et Boulons !] seuls capables [évidemment !] de résoudre les « difficultés » [soi-disant insurmontables] des voyages inter-planétaires …

     

    Tandis que, dans le même temps, on veut nous faire "Gober" :

    que la diversité  des "ufonautes et des Ovnis" observés … appartiennent à la "fantasmagorie" des superstitions et des croyances héritées de l'ère médiévale [qui nous a transmis, en réalité, la vision de la "Pluralité des Mondes" de  l'Antiquité et des Anciens (avec leurs Savoirs !)] et qui est [du coup !] discriminée  elle-aussi, comme ténébreuse et obscure ... Ben Voyons !

     

    [alors qu'il existe, à l'évidence, pratiquement autant de type "d'ufonautes" et d'Ovnis, qu'il y a de témoins pour les observer ! ce qui montre la réalité de la pluralité de ces mondes habités et la manifestation de leurs inter-communications continuelles (comme le décrivent largement les Romans du Cycle Arthurien !)] 

    [et c'est bien, ce que la Tradition Religieuse soutient, du reste ...

    depuis toujours !]

     

     Ce simple constat de "faits" - s'il été avéré et révélé - devient inacceptable : car il risquerait bien de mettre à mal le consensus idéologique et dogmatique du  lobby « scientifico-laïco-religieux » actuel et dominant 

     

    et, à terme par la même occasion, discréditer et déstabiliser … toute alliance qui pourrait exister [ou  apparaître finalement au grand jour !] entre la "multi-inter-nationale" du complexe "étato-militaro-industriel" et ces fameux "Extra-Terrestres", aux performances technologiques "miraculeuses" [en provenance de la nébuleuse et bien "occulte" Confrérie des "Men In Black" (MIB). Cf. Les articles du blog de l'Orden de Chevalerie intitulés : Le Grand Secret et la Guerre des Mondes] … 

    [et pour qui, la seule loi universelle ... est le profit !]

     

    … histoire de garantir, un peu plus leur légitimité, et continuer à assurer, ainsi, leur domination sur les Populations de la Terre, bientôt totalement "réduites", à l'état de "Troupeaux de Brebis Bêlantes et de Veaux Tremblants", et destinées à l'abattoir  !

     

     Comme quoi …

    La Foi sans les Œuvres n'est rien ...

     

     Mais, à l'opposé, c'est tout aussi, vrai ...

     

     Puisque l'Instruction sans Éducation …

     Ne vaut « Guerre » mieux ! … 

     

     

    Les Trois Voies !

     

    ... L'Amour qui meut le Soleil et les Étoiles ...

    (La Divine Comédie de Dante. Le Paradis. Chant XXIII. Dernier Vers.)

     

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  

    "Victorieux de la mort , Jésus sort du tombeau, glorieux et immortel, au matin de Pâques. Il nous ouvre les portes du ciel.". (Le Rosaire).

     

     

     

    Propugnator et Sauvor


     

    In Shaa Allah !

     

    Beaucoup d'ufologues [comme les adeptes des "Systèmes de Contrôle"] considérent, encore, que "l'initiative" ne peut venir que des Ovnis eux-mêmes, et que nous ne pouvons prétendre à rien d'autre que d'être "comptables" de leurs agissements, en tant que simples observateurs ou spectateurs [ou cobayes !] face à la formidable intelligence qui visiblement les contrôle ...

     

    Ce "Fatalisme à l'Orientale" n'est pas partagé pas tous, d'autant, que la Véritable Typologie des Rencontres Rapprochées avec ces Phénomènes Ufologiques [pas celle des 3 "Types" !] montre qu'il existe plusieurs comportements, bien distincts,  dans leurs agissements ... 

     

    [par exemple refus de contact ou au contraire contact volontaire et recherché]

     

    et que l'analyse précise, détaillée et approfondie de ces agissements servent justement de révélateur à l'origine, à la nature, et aux vraies motivations, non pas d'une seule "Intelligence", mais bien de multiples "Intelligences", se "dissimulant", souvent, sous le masque [parfois !] trompeur des Visiteurs Extraterrestres ... (Cf . L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : La Cryptophanie)

     

    Et c'est précisément, ce que certains "Expérimentateurs Ufologues" (sinon courageux et pour le moins téméraires !) ont pu prouver, lorsqu'ils ont réussi à communiquer avec cette "Supposée Intelligence Extraterrestre"... (Cf. Histoire de l'Ufologie Française . Thibaut Canuti. Editions le Temps Présent 2011).

     

     

    L. P . X

     

    Dès les années 1970, certains groupes de recherches ufologiques ont effectivement mis au point et "risqué" différents "protocoles" de communications afin d'établir le contact avec les "Intelligences", ou "l'Intelligence", supposée(s) diriger le phénomène ou les phénomènes des Ovnis …

     

    Et ce qui surprend, encore, ce ne sont pas les résultats de ces expériences - dans l'ensemble plutôt couronnées de succès - mais, c'est surtout la nature de ces résultats eux-mêmes …

     

    Car, en définitive, les réponses obtenues ne variaient pas des modèles connus des apparitions ufologiques classiques !

     

    Autrement dit, ils étaient revenus en quelque sorte, à la case ... de leur point de départ … Il leur fallait donc passer le pas ... en osant voir les Ovnis sous un autre angle et ce qui avait de l'autre côté des miroirs [souvent déformés ou déformant] des témoignages !

     

    Il était, en effet - grand temps - d'accepter le fait, que les témoignages ufologiques rapportaient, non pas, le "sujet" de son « intelligence » mais plutôt son "objet" … et en reflets !

     

    C'est à dire admettre que ces "Mystérieux Objets Célestes" (MOC) véhiculaient [parfois] ou étaient, eux-mêmes, les « Messages » de cette intelligence, et/ou, en étaient, d'une certaine manière, la "mise en  scène" ou la  représentation : « ciné...imagée » …

     

    Avec maintenant plus d'un demi-siècle de recul avec les phénomènes Ovnis [sous leurs formes modernes] cette vision, apparaît de plus en plus acceptable, du moins, pour la  catégorie la plus élaborée de ce Type (bien précis) de manifestations ufologiques qui ... sans cela, risquerait bien de demeurer enlisé, à jamais, dans les limbes de l'absurdité, tout au fond du puits, de l’incompréhension la plus obscure ...

     

    Et "puits" ... après tout, c'est assez logique ! ... lorsque deux étrangers ou « deux mondes étrangers » l'un à l'autre et de "langues" différentes, essaient d'entrer en contact et d'échanger, ne commencent-ils pas par se "Faire Signe", ou à communiquer par le langage des « Signes » ?

     

    Ces signes (extra-signes, ou inter-signes)  nous pouvons tenter de les lire ou de les comprendre, [pourquoi pas ?] à l'aide de la symbologie !

     

    [Ces "Signes" symboliques sont ceux qui sont utilisés dans les Jeux Traditionnels ...  où " l'œuf " (l'œuvre !) des " Cygnes" fait  la "L'oie" ! (le jeu de l'Oie !) ... et où les assonances et les correspondances : des mots, des sons et des sens sont les"Traits" de l'Écriture de l'Esprit ... et des jeux Pédagogiques et Mnémotechniques, comme le célèbre "Jeu du Tarot" (dit de Marseille) de Marsile Ficin

     

    (Cf . Les articles du blog de l'Orden de Chevalerie intitulés : La Symbologie : S . O . S . OVNI et : Le Parlant Le Cachant Le Signifiant)

     

     

    Voici; donc ... et pour l'exemple d'une telle manifestation et son interprétation symbologique, le compte-rendu d'une, de ces réponses ufologiques obtenues, par ces « explorateurs de Terra Incognita » ...

     

    [ces fameux ufologues des années 1970 !]

     

    ... de nos chers et bien énigmatiques « explorateurs extra-terrestres supposés », et qu'ils nommaient et désignaient entre eux, à l'époque, [Prudemment et avec « Sagesse » !] sous le vocable : « Le Phénomène X » (L. P. X.).

     

    Le Rendez-Vous !

     

    Merville-Franceville-Plage, Calvados, 10 janvier 1976, entre 22h00 et 23h00.

     

    Les Témoins : Mr. Masseron et un couple d'émigrés espagnols, Mr et Mme Zamora. 

     

    [Les Témoins de cette RR3 n'appartenaient pas aux groupes ufologiques des années 1970, et ont été mêlés et impliqués « par hasard », et à leur insu, à l'une de leurs expériences, se trouvant, tout simplement, au mauvais moment et au mauvais endroit, c'est à dire à la date et au lieu du "Rendez-Vous", précis et prévus, pour la réponse expérimentale attendue par les ufologues !]

     

     

     [Cf. « RR3 Rencontres du Troisième Type en France » de Julien Gonzalez. Collection : Énigma. Éditions Le temps Présent. 2014. Lumières dans la nuit, n° 175, pages 20-21 (enquête de M. Guillaume Chevallier) ; Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon, OVNI : le premier dossier complet des rencontres rapprochées en France, pages 599 et 601.]

     

    Mr. Masseron dort seul dans sa caravane [qui était appelée "l'oeuf" à cause de sa forme !] lorsqu'il est réveillé par des coups donnés contre la paroi et des sortes de « grattements » puis la caravane se trouve secouée [violemment]  par une force invisible.

     

    [donc, dès le début de cette RR3 à caractère ufologique, nous assistons à une « représentation animée » de ce que les héraldistes traditionnels appellent une « Rencontre » c'est-à-dire, à proprement parlé un « réveil » ou un « éveil » ! (pour le coup brutal et inattendu !)]

     

    Le témoin croyant que des plaisantins lui jouent un mauvais tour, regarde par une première fenêtre puis par une deuxième, et là, il voit, à quelques dizaines de mètres, un objet lumineux de 1,50 m de haut et d'un mètre de large ayant la forme d'un œuf. Sa moitié supérieure est de couleur verte et sa moitié inférieure de couleur rouge. Il est posé au sol ou du moins à proximité. Cet objet se déplace sur une trajectoire ayant la forme d'une spirale, tout en émettant un son strident qui augmente graduellement au fur et à mesure de son éloignement.

     

    [le témoin compare le son émis par l'Ovni à celui que produit un Boeing ...

    [Ce qui est pourrait être un renvoi au "Beau-In" et au "Bort-In" ( Cf . L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : La Guerre des Mondes  au décollage).]

     

    L'Ovni se stabilise à une hauteur d'à peu près quinze mètres et semble disparaître sur place.

     

    Vénus and Mars

     

    [l'intention de "intelligence Ovni" est donc indiscutable, elle réveille un premier témoin "innocent", et qui dormait du sommeil du juste, pour qu'il assiste à un spectacle des plus déroutant : un objet lumineux de taille modeste (1,50 m / 1 m) en forme d'œuf moitié vert et moitié rouge qui décolle en spirale, dans un bruit assourdissant et qui disparaît brutalement ...

     

    Tout cela n'a évidemment aucun sens … car pourquoi réveiller un témoin pour qu'il assiste seulement à la disparation de ce que l'on veut apparemment lui montrer !?!]

     

    [Mais ne serait-ce pas précisément ce qu'il devait « voir », ou ce que « l'on » voulait qu'il fût vu ?!] 

     

    [C'est-à-dire un « MOC » en forme « d'œuf », et qui ne représente en réalité ... rien moins … qu'un « œuf » ! … Cependant [à y regarder d'un peu plus près !] cet « œuf » est porteur d'une sémantique indiscutable, et très élevée :

     

    L'œuf (en symbologie) [dont la Coquille est aussi une "Matrice" Protectrice !] est considéré effectivement comme contenant le germe [le Fœtus !] à partir duquel se développera la manifestation, et c'est un symbole universel et qui s'explique de lui-même.

     

    C'est la naissance du monde … et une idée commune aux Celtes, aux Grecs, aux Égyptiens, aux Phéniciens, aux Cananéens, aux Tibétains, aux Hindous, aux Vietnamiens, aux Chinois, aux Japonais, aux populations sibériennes et indonésiennes, et à bien d'autres encore. Même si le processus de manifestation revêt plusieurs aspects ; il représente toujours la production de la manifestation par le Verbe ... (Cf. hypermedia.univ-paris8.fr/oVosite/oeuf/oeuf.htm )

     

    [Voilà donc (dans les grandes lignes) la teneur de la réponse apportée par « l'intelligence Ovni» à la « sollicitude » de ces ufologues des années 1970 …

     

    .. Mais ... nous pouvons encore ...  en approfondir l'analyse ! par exemple : le fait que cet « œuf » soit « Coupé » (au sens héraldique : « partagé, composé, associé, et additionné ») des deux couleurs :

     

    vert (ou « Sinople » du blason héraldique ) et rouge (le « Gueules » du blason héraldique), vient fortement et considérablement renforcer cette interprétation,

     

    … puisque le vert et le rouge sont des couleurs opposées mais complémentaires.

     

    [Comme « chien et chatte » du couple "Vénus" et "Mars" !] …

     

    ( en effet dans la synthèse additive des couleurs, le mélange de la primaire rouge à 100% et de la primaire verte à 100% donne la couleur secondaire jaune ... et si on ajoute la primaire bleue à 100%, on obtient le blanc ... (Cf. fr.wikipedia.org/wiki /Couleur_complémentaire ) …

     

    … et c'est bien ce que montre et désigne avec une hyperbole analogique cette apparition :

    la synthèse des opposées complémentaires [de "Vénus ou principe passif" dont la couleur est le vert et de "Mars ou principe actif" dont la couleur est le rouge !] et dont l'union harmonieuse [génération de l'œuf !] est le principe de la manifestation de son « Verbe » Créateur ...

     

    [qui est révélé, ici, par le nombre d'or (Phi = 1.61803398875) ou « Divine Proportion » qui est signalée par la spirale de son envol ! figuré par le décollage en spirale de l'Ovni]

     

    ... dans l’immensité du ciel "Bleu-Nuit" [l'indigo des « Eaux d'en haut » !] et « Sup-Solaire » [dont la  couleur est le jaune ou « l'or »  "Illuminant" du blason (ou verbe) héraldique ]

    ... et son « apparition » (celle de l'Ovni) sur le plan « Sub-Lunaire » des « Eaux d'en Bas » (où se situe la Terre) et dont la couleur est le « Blanc » (« l'Argent » "Lumineux" du blason héraldique)]

     

    Reprenons la suite du rapport d'observation :

     

    Le témoin veut en savoir davantage, aussi prend-il le parti de sortir. Il entend maintenant une sorte de « message » comparable à celui reçu sur un "talkie-walkie", avec le grésillement caractéristique de cet appareil. Il ne comprend pas le sens du « message », mais entend une voix disant : « L.P.X. … L.P.X. … L.P.X. »

     

    [le message est évidemment incompréhensible ou « inaudible » pour lui … car évidemment il ne lui est pas destiné à titre personnel et directement … puisque que sa portée est générale et « globale » (et, de plus, de nature abstraite et non figurative à la façon des peintres "sûr...réalistes" ) …

     

    d'autant que le signal « L.P.X. … L.P.X. … L.P.X. » est une double  confirmation (et à la fois une double signature) :

     

    1/ en tant que « réponse » apportée à ces fameux ufologues de années 1970, 

     

    2et, surtout, pour préciser le bon sens interprétatif de sa vision précédente de « l'Œuf » lumineux puisque qu'en Cryptophanie :

    (Cf . L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : La Cryptophanie)

     

    « L. P. X. » répété trois fois est l'affirmation de la « Sainte Trinité » et de L = El = Dieu … P = Propugnator (qui Soutient, Protège et Défend) … et X = Khi et lettre grecque initiale du Christ le « Sauveur »]

     

    Puis son attention est attirée vers la gauche par quelque chose qui remue. Il distingue alors la silhouette noire d'un homme de taille moyenne (1,70 m / 1,80 m) qui traverse un chemin en courant. L'humanoïde semble se déplacer

    [courbé et penché (donc de manière "gauche" et non "droite" au sens héraldique : de Sénestre ou de Sinistre et non de Dextre ou de Droiture !) ]

    [et] « de travers », en effet l'ensemble de son corps est orienté sur l'axe de prolongement de sa jambe droite. L'humanoïde passe entre la clôture d'en face et une caravane inoccupée. (Et tournait le dos à l'Ovni/Œuf (ce qui est logique !) en se déplaçant dans la direction de la caravane occupée par la famille Zamora).

     

    HOMBRE !

     

    [L'humanoïde aperçu par Mr. Masseron n'est qu'une silhouette noire, autrement dit une "Ombre" (pour les Zamora, qui sont espagnols, Ombre = "Hombre" = Homme ) ... c'est donc une représentation de «l'Homme» "Non-Lumineux" (ou Non - Numineux !) qui n'est qu'un pâle reflet de son vrai potentiel [celui représenté justement par l'image de l'Ovni vert et rouge] …

     

    [Ce Pas en "Chassé-Croisé" de "l'humanoïde" ... est à "associer" à l'Idée de "la Croisade ou/et de la "Guerre Sainte"... car il suggère [par la paranomase des paranomynes !] : la "Chasse des Croisés", c'est-à-dire la seule Chasse (métaphoriquement !) autorisée des "Templiers" (les "Croisés")  par leur Rêgle : qui est celle du "Lyon" (de Judas) symbole du Christ ! ... et donc il évoque, par son antithèse incluse, le sens  : de la « Crabouillabaisse »]

     

    ... Et cette « Crabouillabaisse », ou marche en crabe, ou de travers, ne conduit que vers la Mort (au "Royaume des Ombres") ou à son aliénation [ou à la Folie] [enfermement représenté par la clôture] c'est-à-dire jusqu'à cette caravane vide, qui prend ici le sens d'une « coquille vide », à l'image de celle d'un "Œuf Gobé de l'Intérieur" [et de tous ceux qui raisonnent en creux !] (une caravane profilée aérodynamique, qui est souvent blanche, ressemble à un œuf, en particulier, les anciens modèles des années 1970)]

     

    La Car...à....Vanne

     

    A ce moment, une voiture pénètre dans le terrain de camping : c'est le petit-fils du propriétaire, accompagné de son beau-frère à qui se confiera en premier Mr. Masseron ...

     

    A côté de la caravane inoccupée [et dans son prolongement] se trouve une autre caravane où dort la famille Zamora (et vers laquelle s'est dirigé « l'Humanoïde »). Mme Zamora y est réveillée par des bruits de voix venant de l'extérieur :

     

    « Qu'est-ce que je fais ? » … « Tu fais comme moi » …

     

    elle finit par ouvrir une fenêtre et entend un message identique ou le même (voix, sons "de talkies-walkies", "L. P. X .") perçu par Mr. Masseron.

     

    Quelque chose de lumineux attire son attention ; une sorte de cercle lumineux ayant l'apparence d'une ellipse dont la partie supérieure est verte et la partie inférieure rouge. L'ensemble lumineux donne une impression de tangage, montant et descendant par rapport au sol [et qui aurait décollé en diagonale jusqu'à une hauteur de 15 m, en surplomb d'une clairière, délimitée par des peupliers, avant de disparaître].

     

    Mr. Zamora, réveillé [si précipitamment] par sa femme [qu'il est tombé de sa couchette sur le sol de la caravane !] n'observe pas le phénomène, mais entend malgré tout le « message » [radio !] …

     

    Les témoins se recouchent redoutant une quelconque agression. Au cours de l'enquête, effectuée la nuit même, des traces de pas curieuses sont découvertes, précisément derrière la caravane occupée par la famille Zamora.

     

    [traces ressemblant à l'empreinte, dans le sable fraîchement mouillé, de cylindres de la largeur du pied d'un enfant de 8 ans [ou de l'infini ?!] et de la longueur d'un adulte]

     

    [Si, la famille Zamora (uniquement les parents,  les deux enfants n'ont pas été réveillésa été témoin des mêmes faits que Mr. Masseron, et notamment des « voix » et des sons typiques des " talkies-walkies" :

     

    c'est - indubitablement [de la part de "l'Intelligence" ufologique] - pour insister - et de façon formelle, sur la thématique, de la communication [et de la signalétique de ce qui tourne autour : grattements, secousses, signaux lumineux, voix, bruits, radio, dialogues, le déplacement de l'humanoïde vers les témoins pour faire un "lien" etc].

     

    [Du reste  l'indicatif : "L. P . X ." n'est pas sans évoquer aussi les indicatifs utilisés par les cibistes pour les appels "DX" (DX = Distance et X inconnue), ou recherche des contacts lointains  !]

     

    La Réponse à la Question !

     

    Cette RR3 « a donc bien un message crypté à nous délivrer »  : et le dialogue que Mme Zamora a dit avoir identifié, dans un mystérieux jeu de question/réponse, va nous aider, à mieux l'appréhender :

     

    « Qu'est-ce que je fais ? » … « Tu fais comme moi » …

     

    cet échange qui, de prime abord, paraît très énigmatique … peut prendre tout son sens si effectivement la question s'adressait de fait à Mme Zamora :

     

    « Qu'est-ce que je fais ? » … autrement dit … (c'est l'intelligence du phénomène Ovni qui parle … ) : "Tu te demandes bien - ce que je suis en train de faire - et ce que tout cela peut signifier" ?

     

    Et donc « l'intelligence ovni » (qui fait "sa demande et sa réponse") lui répond :

     

    « Tu fais comme moi » … c'est-à-dire : je ne fais que te montrer (avec cette mise en scène)  : ce que tu fais toi-même de ta propre existence ! [profane] (voir plus haut la « Crabouillabaisse » de « l'Homme » qui ne deviendra que « l'Ombre » de lui-même ... s'il se détourne de sa « Pâques » Ontologique, symbolisée par « l'Œuf des Numineux »)

     

    Mme Zamora bien-sûr, n'étant pas, spécialement et directement concernée à titre individuel, mais en tant que « digne et respectable » représentante de l'espèce humaine dans son ensemble …

     

    ce que semble d'ailleurs confirmer (en intersigne !) son patronyme « Zamora » : qui viendrait du castillan formé sur le berbère « azemmur » signifiant « olivier » (www.jeantosti.com/noms/z.htm) …

     

    [puisqu'elle est elle-aussi reliée]  à « l'arbre généalogique symbolique » de la « Grande Famille Spirituelle » liée à la Cité du Mont des Oliviers [Jérusalem !] ou symboliquement, issue du « Filem » de la « Terre Sainte de la Sainte Terre du Saint Royaume d'Israël » ... 

     

    sans oublier la filiation directe des "Enfants de Caïn", celle des nomades ou de la "Gente du Voyage" et du "Peuple de l’Étoile" (comme tous ceux qui vivent ou qui se déplacent en "caravane !"  Cf . Les articles du blog de l'Orden de Chevalerie intitulés : Invasion ou Migration  et  : Les Enquerres Ufologiques)

     

    [par ailleurs les puristes de ce genre d'exercice sémantique auront sans-doute, particulièrement apprécié, au passage :

     

    le facétieux ("Farce...des...Cieux !) « Clin d'Œil » de « l'intelligence Ovni » avec la célèbre et très populaire affaire de Lonnie Zamora, à Socorro au Nouveau Mexique le 24 avril 1964 vers 17h45,  et dont "l'objet" de son observation avait lui aussi la forme d'un "Œuf", portant une "cocarde" (ou Armoiries Parlantes) au symbolisme très prolixe !

    [ce qui est particulièrement exceptionnel pour les Ovnis, mais il est vrai aussi que le langage symbolique des Anciens n'est plus pratiqué par la majorité de nos contemporains] Cf . L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : La Gelée des Étoiles et le Beurre des Sorcières]

     

    azemmur

     

    [Nul doute, qu'à partir de tous les détails du rapport d'origine, nous aurions pu tous approfondir, plus facilement et étayer davantage, ce type d'interprétation …

     

    par exemple : (vérification faite auprès de) l'enquêteur ... se souvient que les témoins, qui étaient tous sous l'emprise d'une grande et forte émotion suite à cette « RR3 », avaient par ailleurs des problèmes pour s'expliquer sur leur RR3 ou pour communiquer :

     

     

    1/. Mme Zamora ne parlait presque pas le français tandis que Mr. Guy Masseron était du genre « Autiste » avec blocage du langage ...

     

     (ce défaut de « communication » retient évidemment l'attention …pour justement attirer "notre attention" sur le concept "d'un échange délicat à interpréter" … et  autour duquel gravite « la mise en scène » de cette RR3) et

     

    2/. j'ai appris aussi (de l'enquêteur !) que Mr. Masseron, qui se croyait être la victime d'une agression, faisait office « de gardien de nuit » sur le camping.

     

    [Franceville-Camping-Plage ou Camping de la Baie, et que les campeurs confondaient avec le "Camping de l'Abbé" ! aujourd'hui disparu et qui jouxtait le Camping de Carolus (Carolus = Karl = l'Homme, l'Époux, le Travailleur, l'Homme Libre ! et Kerl = Bonhomme)]

    Le Bonhomme dans la Lune !

    [A propos de "Bonhomme" signalons que l'enquêteur de cette RR3 m'a précisé que son propre frère jumeau (encore une histoire d'œuf  !) avait aussi fait une RR3, au même endroit sur le même camping, en juillet 1965 : un soir, alors qu'il sortait de la caravane de son oncle [qui lui avait demandé d'y aller éteindre la lumière], il est tombé "nez-à-nez" avec un "Bonhomme Blanc" de grande taille (dans les 2 m  / 2, 50 m), qui avait l'apparence d'une silhouette humaine blanche luminescente, surpris et effrayé, le témoin est parti sans demander son reste (il a mis les voiles ! comme les "E.T." . Cf. L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : Le Port du Voile.) ... [et bien-sûr !] au fil du temps, d'autres "événements", à caractère ufologique, ont été rapportés, sur place ou dans les environs ...

    à mon humble avis : rien d'étonnant, à tout cela, lorsqu'on étudie la géographie des lieux, puisque le camping de la Baie se situe au "Limes" des "Mondes", c'est-à-dire à la frontière de la Terre et de la Mer,  et en plus sur l'estuaire du Fleuve Orne  ... (les lits des courants d'eau liés aux systèmes des failles géologiques ou des veines d'eau reliées aux réseaux des courants telluriques sont des aimants à "Ovnis". Cf. La découverte de Fernand Lagarde dans son livre Mystérieux Objets Célestes .1973. Albatros) ... or, toutes ces "niches écologiques" (générateurs de vies et donc d'échanges, de contacts et de "Pas...Sages" ! )  ont toujours été "respectées, vénérées ou sacralisées" et donc très fréquentés, particulièrement et  précisément,  par les "habitants" de "Tous les Mondes" !]

     

    [Ajoutons, seulement, que le "Bonhomme Blanc" est l'équivalent de la "Dame Blanche" des Contes et Légendes (et des autres plus récents comme les Humanoïdes ufologiques du type Bibendums  !) et fait référence au Traditionnel "Bonhomme dans la Lune" [l'Euphémisme métaphorique en jeu de miroir est très parlant non ?] ...

     

    Rappelez-vous ! ... "Au Clair de la Lune !" ... et le personnage de Jean de la Lune , bonhomme lunaire naïf pelotonné dans la boule argenté, qui descend de la Lune pour aller à la Terre et se mêler à ses habitants :

     

    "Il n'y a pas de plus beau fil  que celui des fileuses de lune. Au matin, le soleil les ramasse sur les prés humides pour tisser sa chevelure'' [Cf. Les cheveux d'Ange ufologiques !]. Antoine de Marville

    (Cf. Portraits de Lune. Wilkipédia). (Comprenez vous mieux, maintenant, pourquoi en héraldisme : la Lune a un visage humain ?)]

     

    Oh Claire de la Lune !

     

    ... et qu'il est ressorti armé d'une manivelle peu avant l'arrivée de la voiture, hors l'étymologie de Masseron : provient probablement de "massier" (sergent [ou homme d'armes chez les Templiers], huissier porteur d'une masse) (Cf. Geneanet) et c'est bien lui qui sera « alerté » et donnera l'alerte, en premier, dans cette RR3 ! Étonnant, non ?

     

    Signalons encore deux autres correspondances symboliques :

     

    1/. la « Masse d'Armes » est en héraldisme « l'arme de guerre » concédée à l'homme d'église ou à tout religieux au combat, ce qui confère du coup, et par analogie, à la « Fonction » de « Gardien » de Camp [de camping-caravaning] de Mr. Masseron, une dimension très spécifique qui est celle de "l'interprète" [bien involontaire !] du « Sacré » ...

     

    puisque ... dans cette optique il "est promu" : le "Gardien (en titre !) du Champ et Sens "Secrets" de "Ce Blason Ufologique"...  (du germanique Blasen = Sonner) ... et qui est l'équivalent du "Champ ou Chant des Lices ou Lys" [de l'affrontement ou d'une Rencontre et d'un Combat Héroïque, dont il doit sortir vainqueur, pour sa "Sûre-Vie" ou Vraie-Vie] qui est celui de la "Terre Sainte ou Sacralisée" de ce "Verbe qui est  Blasonné" (celui du langage hiéroglyphique et pluri-sémantique des Hérauts d'Armes).

     

    [Curieusement ... Mr Masseron Guy est né le 25 Mars 1951, précisément, à "Champsecret" dans l'Orne (61) ! ... n'est-ce-pas ce l'on pourrait prendre pour une prédestination ! ou plus raisonnablement, pour un de ces fameux "Inter-Signes", auxquels "l'Intelligence" qui "contrôle" ce type de RR3 nous a, depuis longtemps, habitués et familiarisés ?]

     

    Voilà donc : et à l'insu de son "Plein  (ou Plain Héraldique = Empli) Gré", le "pauvre" Mr Masseron Guy (de Lusignan ! [1129 † 1194] celui qui conduira les Croisés à la défaite de Hattin, et par voie de conséquence à la perte du Royaume de Jérusalem) devenu, soudainement, une sorte de « Templier » [Chevalier-Moine]  de circonstance ! et le "Héros" (d'un soir !) ou le "Champion"  [bien occasionnel !] de cette RR3 !

     

    2/. La date de cette RR3 est le 10 janvier 1976, et ce 10 janvier c'est le jour de la fête de la Saint Guillaume, or Guillaume est le vrai « Nom de Baptême » de Saint Clair : le Saint qui guérit de la « Cécité » ! (Cf. L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : La Céphalophorie ) .

     

    Autrement-dit c'est le jour d'ouvrir les yeux ! (et les oreilles !) et comme par « coïncidence volontaire » l'ufologue qui s'est chargé de cette enquête s'appelle justement « Guillaume » … conjecturons et espérons, qu'il a (au moins à cette occasion) ouvert les yeux et les bons !

     

    Ne perdez jamais de vue ! (et s'en est bien ici ! une démonstration supplémentaire) que les compte-rendus des enquêtes ufologiques nous arrivent à travers la presse, ou les publications, le plus souvent « tronqués »  pour la simple et "bonne" raison qu'ils sont au minimum ... et fréquemment "abrégés" ... pour les résumer ... finalement à pas grand chose ... puisqu'ils sont ainsi, et de cette manière, "dévitalisés" de la plus grand part de leur expression "imagée" ! 

     

    Et permettez-moi donc - à cette occasion de formuler un vœu pieux : …

     

    A quand la création d'une encyclopédie du savoir relatif et absolu des manifestations « Blasonnées » ufologiques ?

    [à la manière de Bernard Werber ! ]

     

    En résumé :

     

    Un certain dialogue ou un échange est possible entre une « Intelligence supposée Extraterrestre » ou plus exactement « Non-Humaine » … Le langage que cette « Intelligence Non - Humaine » affectionne ou privilégie [semble-t-il !] est celui des « Symboles » ou celui des « Rêves » …

     

    [ce qui nous plonge évidemment directement dans l'imagerie des "Rencontres" (Rapprochées ou Pas !) des "Visions" ou des "Apparitions" décrites dans les "Romans du Cycle du Graal" qui, du même coup, nous semblent bien plus réelles que virtuelles ... autrement-dit : les "modernes" apparitions ufologiques (ou du moins une catégorie ou un type particulier d'entre-elles) en serait en quelque sorte « la rémanence ! » ]

     

    Mais - surtout n'oubliez pas ! -  cette dimension psychique et spirituelle ! - des phénomènes « dits » des Ovnis : ne sont pas tout ! et qu'un simple aspect de leurs interactions ... Collégiales.

     

    Car ce n'est que … les manifestations des « Mondes Intermédiaires »  :

    ou des « Intermédiaires » de "l'Infra-Monde" (d'où procèdent par exemple les phénomènes dits "para-psychologiques" ou ce que la Tradition appelle les "Elémentaux ! ") ...

    mais aussi celles de "ceux" du "Supra-Monde" (qu'on a généralement assimilés aux "Anges" ou aux "Dieux") ...

    qui interfèrent avec nous, et dans notre réalité physique et matérielle, souvent par mimétisme et imitation, et ces « Ovnis-là » ne sont pas des "Rêves ou des Hallucinations Éveillées", mais bien plutôt des "Rêves d’Éveil ou d’Éveillés ou des Veilleurs !", et surtout  des "Messages Imagés et Allégoriques" [des "Pneumatiques" !]  qu'ils nous adressent et dont certains se matérialisent concrètement et réellement …

     

    [avec aussi très souvent des « Variables d'Ajustement » qui sont tantôt « péjoratives » et tantôt « mélioratives » !] …

     

    Et … cela serait cependant une erreur - énorme et grossière - [et souvent pratiquée par les courtes-vues !] de réduire tous les « phénomènes Ovnis » à ces manifestations exclusives …

     

    C'est pourtant la tendance ...

     

    [même, si certains d'entre eux, ont su, plus ou moins et peu ou prou, heureusement, les relativiser, les nuancer ou les différencier !]

     

    de certains partisans de la théorie des « systèmes de contrôle » proposée par Jacques Vallée, Pierre Viéroudy, Michel Moutet, Jean Sider et autres Fabrice Bonvin, [sans oublier les Freudiens, Teilhard - Chardiens, Jungiens, Guénoniens, et autres Philosophiens/Psycholiens de "Salon" et des "Livres" etc. ]

     

    Insistons, tout de même, sur le fait que … la « Myopie », la plus partagée, par les ufologues consiste à réduire les « Phénomènes Ovnis » (en les amalgamant !) à un seul plan de la réalité (ou à la perception réductrice qu'ils en ont !), en ignorant [outrageusement !] …

     

    [ou en évacuant, volontairement … le plus souvent pour des motivations idéologiques ou dogmatiques … ce qui est pire !]

     

    la définition de « l'Univers » (avec tous ses composants) en tant que création « Multi-vers », pré-existant sur les trois plans : « Physique » (le Monde Conscient), « Psychique » (l'Infra-Monde Sub-Conscient) et « Spirituel » (le Supra-Monde Sup-Conscient)

     

    [C'est tout simplement la vision des 9 (Œufs) Mondes de la Cosmologie Scandinave (qu'ils préfèrent ignorer !), où l'on retrouve pourtant tous ces « Nains, Humains et Géants » et qui les peuplent ! et dont certains sont bien d'origine « extraterrestre », mais pas tous !] …

     

    Alors qu'en définitive … et de toutes les manières … cette conception Traditionnelle des « Mondes » révèle, en réalité, que les ufologues … depuis les partisans des « Envahisseurs » [les « Trackers » !] à la Jimmy Guieu … jusqu'à ceux du "Système de Contrôle" … en passant par les « Créations de l'Esprit » de Pierre Viéroudy …

    ont tous "tort" - individuellement (exclusivement) - mais raison - collectivement - ! (inclusivement) …

     

    [Les Phénomènes allégués ou amalgamés Ovnis couvrent, et, avec leurs variations et déclinaisons, dépassent en réalité, très largement le spectre de toutes les hypothèses imaginées jusqu'à présent pour les expliquer ! ]

     

    Enfin, une dernière précision - puisque dans leur ensemble les messages des « apparitions » ufologiques classiques [et de ce Type Symbolique ou Métaphorique !] sont restés pour la plupart "incompris" - et comme pour enfoncer le "clou" ! ... cette « intelligence ovni » est visiblement passée à la vitesse supérieure, de façon encore plus spectaculaire, à compter des années 1980 …

     

     … avec, ce qu'on a « surnommé » "bien modestement" : le phénomène [annuel !] des « Crop Circles » … et dont les messages [authentiques !] en les lisant - correctement - deviennent Clairs, Limpides et Numineux …

     

    … mais à condition de les interpréter [aussi !] aux « 7 Luminaires » et selon le langage symbolique de la Tradition des Anciens, des Ancêtres et des Aînés de l'Orden de Chevalerie …

     

    … mais ceci est une autre :

    [longue, et « Terribilis » et Bella] ...  Historia ...

    (Ys...Thor...y...a  / Ys...a...Bella) !

     

     

    Mars Attacks En Mars !

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  

     

     

    "Car je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : "transporte-toi d'ici là" et elle s'y transporterait, et rien ne vous serait impossible"

     

    (Matthieu, 17,19).

     

    Stargate

     

    De l'autre Côté du Miroir 

     

    Les lumières de la Tradition des Anciens, des Ancêtres et des Ainés de l'Orden de Chevalerie nous exposent les « Ovnis » ...

     

    [Vous savez les Ovnis ... ces objets volants, ronds comme des soucoupes, qui scintillent et étincellent pareil à l'aluminium, et qui réfléchissent et brillent autant que le silicium poli au soleil !]

     

    ... sous l'éclairage des « Vaisseaux Miroirs » qui surfent sur les champs d'ondes-corpusculaires reliant deux potentiels électromagnétiques fixes, opposés et complémentaires …

     

    Et dont … le moteur principal serait, en quelque sorte, à l'extérieur ! ...

     

    (à la ressemblance de ces « véhicules » terrestres, qui sont mus conjointement par les "mécanismes" de la Magnéto-Hydro-Dynamique (MHD) et qui génèrent, dans un milieu fluide, une force de pression, à l’arrière, et de dépression, à l'avant, des "engins" accélérant, ainsi, leur déplacement)

     

    [Les 7 luminaires des couleurs dans le système héraldique, avec leurs correspondances au blason (passage du "Faux-Nom" au "Vrai-Nom" !) des « cristaux », des gemmes et des pierres précieuses reflètent, spécialement, le mode de fonctionnent de ces « Vaisseaux Miroirs » … Cf. L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : La Chevalerie des Métiers]

     

    Et c'est, selon la Tradition, ce Type de « Voyage » qui permet l’émergence dans notre monde physique de nos "Visiteurs" … qui ne sont pas uniquement [et loin s'en faut !] exclusivement "Extras...et...Terrestres" …

     

    Effectivement, d'après la mécanique quantique et sa physique, le vaisseau planétaire « Terre » se déplacerait dans un Univers composé de "Multi-Vers", et qui seraient inter-extra-connectés entre eux par ces « mises en tension », qui les relient en parallèle, d'où la théorie des mondes parallèles, et de leur inter-relation possible à travers les "Trous Noirs" (ou Portails, Portes Induites et "Trous de Vers" (de Verre) [d'Ébène (ou Diamant Noir), de Cristal et de Corail] de la Tradition Chevaleresque ! )

     

     

     

    Un Trou Noir c'est Trou...Blanc !

     

    Ces couloirs du temps et de l'espace [qui existent naturellement] seraient donc empruntés, maîtrisés et même générés par la plupart des "résidents" de ces mondes …

     

    Si bien, qu'il est probable que tous ces phénomènes dit « Ovnis » [ou amalgamés ou assimilés !] proviennent de tous ces "univers", dont les "occupants" n'ont pas tous la même nature physique, psychique et spirituelle, et, évidemment, un code « éthique » ! identique ou similaire …

     

    [Et, pour qui, la Vie n'a pas, obligatoirement, la même valeur  / intérêt  et la même "fonctionnalité / utilité" que nous lui prêtons … ]

     

    Vous comprenez mieux, maintenant, la différence qu'il faudrait faire entre les Rencontres Rapprochées avec des Ovnis ... et le Contact avec des Extra - terrestres [dont certains seraient et on doit en être convaincu !] "civilisés" et "bien élevés" ?

     

    Cette différence de nuance explique, d'ailleurs, la ségrégation ou le rejet qui ont été perpétués et toujours renouvelés ...   à l'encontre et au détriment des Phénomènes Ovnis ... [et ce qui est  maintenant de plus en plus évident et patent !] ...  au  profit exclusif  de sa résultante unique [et dimension] "Extraterrestre" ["Écrous et Boulons" !] acceptable [et prétendument acceptée !] par les tenants de "l'oligarchie" de la Pensée "Près...et...Dominante" ...

     

    ... et qu'elle désire - à tout prix - nous imposer de manière à évacuer - une fois pour toute - l'idée des "Multi -Mondes Parallèles", si chère, à la Tradition Religieuse et à tous les Peuples !

     

     

    Pensez-donc ! ...

    Les Extraterrestres, sont forcément des êtres évolués, puisqu'ils sont de « super-scientifiques » [Tôles et Boulons !] seuls capables [évidemment !] de résoudre les « difficultés » [soi-disant insurmontables] des voyages inter-planétaires …

     

    Tandis que, dans le même temps, on veut nous faire "Gober" :

    que la diversité  des "ufonautes et des Ovnis" observés … appartiennent à la "fantasmagorie" des superstitions et des croyances héritées de l'ère médiévale [qui nous a transmis, en réalité, la vision de la "Pluralité des Mondes" de  l'Antiquité et des Anciens (avec leurs Savoirs !)] et qui est [du coup !] discréminée  elle-aussi, comme ténébreuse et obscure ... Ben Voyons !

     

    [alors qu'il existe, à l'évidence, pratiquement autant de type "d'ufonautes" et d'Ovnis, qu'il y a de témoins pour les observer ! ce qui montre la réalité de la pluralité de ces mondes habités et la manifestation de leurs inter-communications continuelles (comme le décrivent largement les Romans du Cycle Arthurien !)] 

    [et c'est bien, ce que la Tradition Religieuse soutient, du reste ...

    depuis toujours !]

     

     Ce simple constat de "faits" - s'il été avéré et révélé - devient inacceptable : car il risquerait bien de mettre à mal le consensus idéologique et dogmatique du  lobby « scientifico-laïco-religieux » actuel et dominant

     

    et, à terme,  par la même occasion, discréditer et déstabiliser … toute alliance qui pourrait exister [ou  apparaître finalement au grand jour !] entre la "multi-inter-nationale" du complexe "étato-militaro-industriel" et ces fameux "Extra-Terrestres", aux performances technologiques "miraculeuses" [en provenance de la nébuleuse et bien "occulte" Confrérie des "Men In Black" (MIB). Cf. Les articles du blog de l'Orden de Chevalerie intitulés : Le Grand Secret et la Guerre des Mondes] … 

    [et pour qui, la seule loi universelle ... est le profit !]

     

    … histoire de garantir, un peu plus leur légitimité, et continuer à assurer, ainsi, leur domination sur les Populations de la Terre, bientôt totalement "réduites", à l'état de "Troupeaux de Brebis Bêlantes et de Veaux Tremblants", et destinées à l'abattoir  !

     

     Comme quoi …

    La Foi sans les Œuvres n'est rien ...

     

     Mais, à l'opposé, c'est tout aussi, vrai ...

     

     Puisque l'Instruction sans Éducation …

     Ne vaut « Guerre » mieux ! … 

     

     

    Les Trois Voies !

     

    ... L'Amour qui meut le Soleil et les Étoiles ...

    (La Divine Comédie de Dante. Le Paradis. Chant XXIII. Dernier Vers.)

     

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  

     

    Orya Erick Rend...Compte

     

     « Moi, je vous baptise d'eau, pour vous amener à la repentance [ou "Métanoïa" ! ] ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint Esprit et de feu.».

     

    [Mathieu 3.11]

     

    Mora

     

     

    Un Type Très Particulier de Rencontre Rapprochée ! 

     

    (http://www.forum-ovni-ufologique.com/t13248-1977-les-evenements-ovni-de-colares#ixzz3SDLmD1SD.)

     

    Les événements se sont principalement concentrés sur la ville de Colares, environ 2000 habitants, sur l'île du même nom, qui se trouve dans l’État du Pará, dans le delta du fleuve Amazone sur la côte Nord-Est du Brésil. Mais la région entière a été visitée par le même phénomène.

     

    En Août 1977 sur l'île de Colares, un phénomène étrange à commencé à se produire, que les autochtones nommaient Chupa-chupa.

     

    Le phénomène « Chupa-Chupa » en Amazonie

     

    En Amazonie, les OVNIS sont appelés les "aparelhos" [les machines] par des victimes et la violence de ces choses extraterrestres, principalement dans leurs attaques sur des femmes, ont fait nommer ce phénomène bizarre : "Chupa-chupa." [Suce-Suce]

     

    (http://www.forum-ovni-ufologique.com/t13248-1977-les-evenements-ovni-de-colares#ixzz3SDPAQGGH.) 

     

    Des objets lumineux étranges sont apparus au-dessus des quelques villes de la région. Ces objets projetaient souvent de minces rayons, apparemment de lumière, dirigés vers les gens. Les personnes touchées s'évanouissaient et se sont réveillaient avec une anémie étrange. Elles témoignent qu'elles se sentaient comme si une partie de leur sang a été prélevée par les rayons étranges.

     

    Le Senor Sebastião Vernek Miranda a décrit son expérience comme suit : "J'étais là avec mon épouse, Palmira, devant l'église sur le front de mer, quand, vers environ 20:00, nous ont vu une lumière intense, orangée, arriver de la mer vers la ville. Pendant qu'elle s'approchait, elle s'est élevée, et puis, se déplaçant rapidement, a disparu vers la partie intérieure de l'île."

     

    Le coiffeur Carlos Cardoso de Paula, âgé de 49 ans, vivant au numéro 231 de la Travessa Deodora Da Fonseca, a eu une rencontre encore plus rapprochée avec des "lumières", comme il le rapporte lui-même :

     

    "Tout le monde était endormi à part moi. J'étais en train de fumer une dernière cigarette quand soudain une boule de feu est entrée dans notre maison, vers le haut, près du pignon. Elle a commencé à tourner en rond dans la salle et puis est finalement venue très près de mon hamac. Elle est remontée le long de ma jambe droite jusqu'à mon genou (sans toucher ma peau). J'ai observé avec beaucoup de curiosité pendant qu'elle se déplaçait vers mon autre jambe. Alors j'ai commencé à me sentir faible et somnolent. Ma cigarette est tombée de ma main et je suis sorti en criant. L'aérolithe a rapidement disparu et tout le monde s'est réveillé. Je pense qu'elle avait recherché une veine dans mon corps mais n'est pas parvenu à le faire. Pendant que son éclat croissait j'ai senti une sorte de chaleur venir d'elle."

     

    En fait, tellement de gens ont rapportés avoir été attaqués par des faisceaux de lumière sortis de petits moyens ou grands OVNIS dans ce secteur que seulement quelques un sont mentionnés ici.

     

    Ovni à Mosqueiro au sud de Colares

     

    Le 20 octobre, trois femmes ont été frappées sur leur poitrine par les faisceaux de lumière : "chacune des trois a été atteinte d'une tension nerveuse énorme et d'une sorte de lassitude inconnue" comme si elles recevaient des décharges électriques constantes" écrivit un journal.

     

    Dans la soirée du 29 octobre, Benedito Campos et son épouse de dix-sept ans Silvia Mara étaient à leur domicile, quand "ils ont repéré un objet ovale et argenté émettant un faisceau verdâtre comme un phare, vers la salle où ils se trouvaient. Très étonnés, ils se sont rapprochés d'une petite fenêtre et, au moment où ils faisaient cela, un rayon se projeta à travers la fenêtre et atteignit directement Silvia, la jetant dans une sorte d'état de transe." Silvia, qui était alors enceinte, s'est évanouie, sur quoi deux entités sont apparemment entrées dans la maison portant quelque chose ressemblant à une torche dorée et "le faisceau a de nouveau frappé Silvia, cette fois dans le bras gauche au niveau du poignet. Ses veines ont semblé "se soulever" comme gonflées par le faisceau qui les frappaient." 

     

    Plus tard, alors qu'il s'était rendu chez un voisin, Benedito a été également brièvement paralysé par un rayon lumineux. Craignant la perte du bébé à naître, le mari et l'épouse ont été transportés de nuit par bateau à la clinique médicale de Mosqueiro, suivis pendant tout le trajet par l'OVNI, qui n'a plus fait d'autre tentative de leur nuire. Ils sont restés là pendant trois jours, où l'épouse put récupérer, mais Benedito "était dans un état de dépression grave pendant quelques jours, ses fonctions motrices perturbées et, selon les propos de sa mère, "pleurant fréquemment." 

     

    L'activité des OVNIS au-dessus de l'île de Colares était si intense que les gens ont commencé à penser que les "Chupa-chupas" essayaient d'établir une sorte de contact avec eux. Telle était l'opinion exprimée par le Sr Raimundo Ferreira "Mimi" Monteiro. Il pense toujours que les engins provenaient des fonds de la mer ou d'une sorte de base sous-marine située dans le comté de Marajó ou peut-être dans la région du Caldeirão.

     

    Alfredo Bastos Filho, un ancien maire de ville, a confirmé ceci et a indiqué : "oui, en effet, je puis vous dire qu'il n'y avait alors pas un instant de tranquillité. La population était terrifiée par cette affaire de "Chupa-chupa". Je suis même parvenu à voir en personne "Mirota", une des femmes victimes des rayons qui était en traitement médical à la clinique de santé."

     

    Les autochtones ont été tellement effrayés que plusieurs des femmes et des enfants ont quitté la ville. Les hommes qui sont restés allumaient des feux pour monter la garde la nuit, faisant en outre éclater des feux d'artifice et frappant des bidons à chaque fois qu'ils ont vu l'approche des Chupa-chupas. D'autres s'enfermaient dans leurs maisons par crainte du phénomène. On a mentionné plus tard que plus les gens faisaient de vacarme et de feux d'artifice pour les éloigner, plus ces engins s'approchaient d'eux. 

     

    Des blessés et un mort 

     

    En Novembre 1977 le médecin en charge de la santé publique dans l'île, le docteur Wellaide Cecim Carvalho, a pris soin d'environ 35 personnes prétendant avoir été touché par l'étrange rayon. Elle a pris des échantillons de sang, et a conclu que les victimes ont souffert d'hyperémie généralisée, de maux de tête chroniques superficiels, de brûlures, de fièvres intenses, de nausées, tremblements dans le corps, raideurs, asthénie et présentaient de très petits trous dans la peau là où ils avaient été frappés par les rayons. 

     

    Elle a écrit : "tous avaient souffert de lésions au visage ou dans la région thoracique." Les lésions, ressemblant à des dommages de radiations, "ont commencé par le rougissement intense de la peau dans le secteur affecté. Plus tard les poils tombaient et la peau tournait au noir. Il n'y avait aucune douleur, seulement une légère chaleur. Des marques de petites piqûres dans la peau pouvaient également être notées. Les victimes étaient des hommes et des femmes d'âges variables, sans liens entre eux." 

     

    En décrivant leurs expériences avec ces faisceaux lumineux, la plupart des victimes ont affirmé qu'elles ont été "immédiatement immobilisées, comme si un poids très fort pesait sur leur poitrine. Le faisceau avait environ sept ou huit centimètres de diamètre et était de couleur blanche. Il ne les traquait pas mais les frappaient soudainement. Quand ils ont essayé de crier aucun son ne sortait, mais leurs yeux sont restés ouverts. Le faisceau était ressenti comme chaud, "presque aussi chaud qu'une brûlure de cigarette," à peine tolérable. Après quelques minutes la colonne de lumière se rétractait lentement et disparaissait." La plupart des symptômes ont disparu en général après une semaine.

     

    A Agulhas Fincadas, Mme Maria Lopes, habitante de Vila Gorete, aux confins du Rio Tapajós, dans le voisinage de Santarém (Pará), raconte son cas impliquant des engins étranges qui absorbent l'énergie des êtres humains, connus sous le nom de Chupa-Chupa. "J'ai vu un objet se poser tranquillement dans les buissons ici tout près... Il avait attaqué deux hommes et une femme, qui avaient commencé à se déplacer avec deux pêcheurs", raconte Maria. D'autres gens de l'endroit avaient été paralysés en observant la scène et des hommes ont été tués dans des circonstances identiques. Au cœur de chacun des décédées ils y avaient eu des ensembles de petits trous comme des dizaines d'aiguilles." 

     

    Beaucoup s'étaient blessés en essayant d'échapper à un de ces objets étranges. Dans de nombreux cas, les marques laissées par les rayons sur la peau de victimes étaient des marques qui pouvaient avoir jusqu'à huit petits trous. Dans ces occurrences, l'appellation de Chupa-Chupa semblait bien appropriée car elles avait perdu jusqu'à approximativement 300 ml de sang par ces blessures. 

     

    Ce fut le cas pour Claudomira, une habitante de l'île de Colares. Elle affirme que sa famille ne trouvait déjà plus un sommeil normal à cause de la crainte de ces engins. "En un de ces jours, après minuit, je me suis réveillée en raison d'un flash puissant, une sorte de rayon de lumière verte claire focalisée qui est descendue du haut du toit vers ma poitrine gauche. J'ai essayé de crier, mais ma voix n'a pas fonctionné. J'ai senti une agréable chaleur ... Plus tard, ce faisceau de lumière a diminué et j'ai vu que j'ai été brûlée."

     

    Claudomira a indiqué qu'elle a aperçu un objet étrange, ressemblant à un parapluie, duquel un être de peau claire, avec des yeux "orientaux" et de grandes oreilles sortit. Selon elle, la créature était habillée d'un vêtement vert serré et avait eu une sorte de pistolet dans la main, qui a émis le faisceau lumineux. A ce moment, Claudomira s'est senti perforé comme par des aiguilles sur son sein. " 

     

    Après cela, j'ai ressenti une migraine et une grande faiblesse, qui m'a laissée prostrée pendant plusieurs jours." Le lendemain de l'événement, elle avait été dirigée vers l'unité sanitaire de la ville, où elle a été prise en charge par le docteur Wellaide Cecim Carvalho, qui l'a envoyée à l'institut médical Renato Chaves, à Belém, pour des examens de complément. Son malaise et ses migraines constantes ont duré de nombreux jours, suivis de fatigue et de faiblesse. Des années après, Claudomira ne se sent toujours pas complètement remise. "Ma santé n'est jamais redevenue la même depuis cette nuit." Elle n'est pas la seule avoir vécu une telle situation. Une estimation dit que des milliers de gens, également des hommes, avaient souffert les attaques du Chupa-Chupa dans les années de 1970 à 1980, et ces incidents se produisent toujours aujourd'hui, bien que moins fréquemment.

     

    "Les séquelles émotives et physiques sont très communes dans ces cas," affirme le docteur Wellaide Cecim Carvalho, qui a pris soin de Claudomira. Bien qu'elle ait été sceptique et qu'elle ait d'abord cru que les histoires de Chupa-Chupa étaient des croyances populaires ou de la sorcellerie, le Dr Wellaide a fini par être convaincue de la véracité des cas quand elle a été confrontée à leur fréquence croissante. "Avec l'augmentation du nombre des personnes blessées, j'ai commencé à accorder plus d'attention aux dommages existants. J'ai vu les choses qui n'existent pas dans mes livres médicaux," dit-elle. Selon elle, les victimes de Chupa-Chupa présentaient des brûlures des plus étranges, pas comme celles provoquées par le feu ou l'eau chaude, comme on pourrait le penser, mais très semblables à celles produites par des irradiations de cobalt.

     

    "Les dommages changeaient avec le temps. D'abord cela commençait par une raideur intense dans le secteur touché, ce que l'on appelle une hyperémie. Plus tard, les poils et cheveux de la région affectée commençait à tomber (alopécie) et des jours plus tard la peau pelait. "Dans cette période de développement," a dit Wellaide, "il était possible de noter des trous, semblables aux perforations par des aiguilles." Un des cas les plus intéressants dont elle a assuré les soins s'est produit avec une dame qui avait des problèmes cardiaques. Elle est arrivée au bureau du docteur très nerveuse et immédiatement elle a montré son sein gauche, sur lequel il y avait deux trous étranges. 

     

    En 1977, l'ile brésilienne de Colores est visitée par des Objets volants inconnus pendant des mois. On voit tous les jours toutes sortes d'engins de toutes tailles et toutes formes, arrivant du nord, depuis le ciel voire sortant des eaux.

    Finalement, devant la menace tous les habitants évacuent l'ile.

     

    La Mort de Joao Prestes Filho. 

     

    Le second cas de mort consécutive que nous allons évoquer est due à une observation d’O.V.N.I. se situant également au Brésil. C’est, nous allons le voir, dans des conditions atroces qu’a péri, un Brésilien de 40 ans, du nom de Joao Prestes Filho : 

     

    (www.taverne-etrange.com/m/article-2047369.html)  

     

    A Aragariguama, petit bourg tranquille de l’État de Sao Paulo, un phénomène curieux alimente les conversations de ses habitants : pendant la nuit, des lumières étranges évoluent dans le ciel en décrivant par bonds des trajectoires irrégulières, au-dessus des monts et des bois de la région … En 1946, le jour du Mardi-Gras, Joao Prestes Filho et son ami Salvador dos Santos quittent tôt le matin le village pour une partie de pêche. Avant de partir, Joao a demandé à sa femme, qui devait emmener leurs fils aux divertissements du Carnaval, de laisser une des fenêtres de la maison entrebâillée pour lui permettre de rentrer. C’est vers 19 heures que les deux pêcheurs regagnent le village. Une heure plus tard, Prestes, l’air terrorisé, fait irruption dans la maison de sa sœur Maria et explique, en bredouillant, que lorsqu’il a tenté d’ouvrir la fenêtre de sa maison, un faisceau de lumière, venu d’on ne sait où, l’a atteint. La sœur de Joao appelle immédiatement les voisins. Parmi les personnes accourues, il y a Aracy Gomide, inspecteur fiscal de la préfecture de Sao Roque. Gomide, qui possède des connaissances médicales pratiques, a l’habitude de soigner les maladies bénignes de ses voisins. Principal témoin, celui-ci précisera plus tard que les yeux, les paupières et les sourcils de Joao, que ce dernier disait avoir protégés avec les mains, semblaient parfaitement normaux. De même, toujours selon Gomide, les parties couvertes par les vêtements ne présentaient aucune trace de brûlure.

     

    Peu de temps après, sur les parties touchées par la mystérieuse lumière, la peau commence à se rider comme si elle était restée plusieurs heures dans de l’eau bouillante. Puis les chairs apparaissent et semblent se décoller des os. La pointe du nez commence à se désagréger ; les dents inférieures sont mises à nu. Sur les pieds et les mains décharnés, les ongles ont totalement disparu. Seuls, le palais et la langue ne paraissent pas touchés, car Joao parle normalement. Chose incroyable mais vraie : à aucun moment, Joao ne ressent la moindre douleur. Puis, brusquement, en l’espace de deux heures, le corps du Brésilien achève de se désagréger : les os et les dents sont complètement à nu ; le nez et les oreilles se détachent et roulent au sol. Ses yeux sont écarquillés de terreur et, de sa bouche désarticulée et grotesque, s’échappent des sons inaudibles. Atterrés par ce spectacle atroce, les voisins chargent Joao sur une charrette qui doit l’emmener jusqu’à l’hôpital le plus proche. Mais le malheureux ne l’atteindra pas : il meurt en cours de route, six heures après l’agression du faisceau de lumière. Il n’y eut pas d’examen médical. Seul un certificat de décès, signé par les témoins, fut dressé. Et sur ce certificat, une mention unique, qui ne reflète guère la mort effroyable de Joao : « Mort par brûlures généralisées. » Les services de police locaux, alertés par les témoins, effectuent quelques recherches qui se révèlent négatives : aucune trace ne put être relevées, ni sur les lieux de l’agression, ni à l’intérieur de la maison où rien n’avait disparu.

     

    Pendant plusieurs jours, après les sombres évènements du Mardi-Gras, les habitants d’Aragariguama voient encore les mystérieuses lumières se livrer à des évolutions désordonnées dans le ciel…[réf aux ovnis qui tuent !] . Cf. OVNIS danger. Appel à la vigilance - Bob Pratt - Éditions Trajectoire (02/2010).

     

    [Vous voyez bien que les Rencontres Rapprochées ne sont pas toutes exclusivement ni virtuelles, ni "Mélioratives", pour les témoins !]

     

    N'ayez Pas Peur (de la vérité) !

     

    Selon la Tradition suivie par les Anciens, les Ancêtres et les Ainés de l'Orden de la Chevalerie les Rencontres Rapprochées et « Approchées », [plus ou moins bien !] par les ufologues, ne sont pas toutes du Type « précédent » mais, en tout, de « Trois Types » distincts et différents [et non pas du « Troisième Type » !] :

     

    1/ Les Rencontres Rapprochées Vraiment Involontaires [les RRVI] (dont les Témoins sont les Victimes Inconscientes ou les Cobayes Involontaires) :

     

    [Cf. Les exemples des RR Brésiliennes citées ci-avant !]

     

    2/ Les Rencontres Rapprochées Immatures [les RRI] (que les Témoins subissent et dont ils sont les Spectateurs, ou les Acteurs, "Non Préparés") :

     

    Cf. Ci-après   les RR3 de Warneton  de A . M . qui commencent comme les RR3 "classiques" :

    (Voir l'enquête détaillée de Jean-Marie Bigorne Chasseur d'Ovnis. Mémoires d'un enquêteur de terrain. Extraterrestres, Autocensures, Révélations, Éditions Le Temps Présent, Collection Énigma. 2014)

    ... quand, soudain, (pour la première fois) le 07 janvier 1974, les phares de son véhicule s'éteignirent et presque simultanément, après quelques ratés, le moteur s'arrêta. Puis la radio devint muette.

     

    Donc, toujours au volant de sa Citroën Ami 6, il rencontra  deux humanoïdes 1,30 m et 1,20 m [et un troisième genre « bidendum » resté en sentinelle près d'un objet inconnu, avec des lumières blanc orangé et posé sur trois pieds à terre] puis, le témoin ressenti un léger choc à l'arrière de la boîte crânienne, au niveau du cervelet, accompagné d'un son grave et modulé.

     

    Les êtres étaient alors à environ 4 mètre de la voiture ... de même, le 06 juin 1974 [bis repetita !], au même endroit, mêmes circonstances, même heure, avec les mêmes deux humanoïdes. De nouveau, il ressentit un petit choc derrière la tête avec le son modulé.

     

    Cela dura à peine deux à trois petites minutes, avant qu'ils disparaissent brutalement, comme « désintégrés » sur place, sans aucun bruit ou tout autre effet ! Quelques secondes après cette disparition  instantanée, la radio reprit son fonctionnement normal et sans qu'A-M. y mettre la main. Le moteur fut remis en marche sans difficulté, et il rentra chez lui, ébranlé par cette nouvelle rencontre.

     

    Signalons, dès à présent, que, dans ces premières RR 3 d'A-M. de Warneton, des informations ont été « réservées », comme bien d'autres, parce qu'elles ne cadraient pas avec la vision de l'hypothèse extraterrestres « écrous et boulons » [et souhaitée par la plupart ] !

    Notamment ce message, délivré mot à mot, débité mécaniquement par un son grave et monocorde. Il fut répété à deux reprises, entrecoupé du son modulé :

     

    « Allez - dire - que - nous - envahissons - la - terre ».

     

    Pour le deuxième acte, celui du 06 juin 1974, de nouveau un petit choc derrière la tête et un son modulé, qui s'arrête avant la délivrance d'un second message. Ce dernier paraît être la suite de l'entretien du 7 janvier :

     

    « Car - les - temps - sont - proches ».

     

    Interruption de quelques brèves secondes, sans son modulé, répétition identique du texte, suivi d'une courte période toujours sans modulation, puis disparation instantanée des deux entités. Le tout aurait duré à peine deux minutes.

     

    Mais, évidemment, ce n'est pas terminé pour les événements de cette aventure hors normes ... [qui n'ont pas été portés (évidemment) à la connaissance des ufologues jusqu'à la révélation de JMB].

     

    Le 18 novembre 1974, à Warneton, même heure, même endroit et ... mêmes événements et partenaires [mais aucune trace d'Ovni dans les environs]. Temps de l'affaire, encore deux à trois minutes : d'abord léger choc derrière la tête, modulation, puis un nouveau message mécaniquement, répété deux fois :

     

    « Ne - craignez - rien - nous - venons - en - paix » 

     

    Une fois le message transmis, modulation, et disparition instantanée. Il remit le moteur en marche sans difficulté et arriva un quart d'heure plus tard, profondément choqué, chez l'un des enquêteurs [ufologues !], pour témoigner de ce qu'il venait de lui arriver pour la troisième fois.

     

    Et cela continua ! Le 16 décembre 1974, il affirma aux enquêteurs, avoir été contacté le jour même, mentalement, télépathiquement, et rendez-vous lui aurait été donné pour la date « anniversaire » de son premier contact, selon le procédé déjà bien rodé :

     

    « Rendez - vous - le - 7 - janvier - 1975 ».

     

    Ils décidèrent alors d'aller, jusqu'au bout, en mettant au point une sorte d'embuscade, afin de cerner au mieux le phénomène.

     

    Puis vers 10 heures 10, alors qu'ils bavardaient amicalement, A-M qui était assis sur une chaise en face de l'enquêteur, s'arrêta brutalement de parler, son regard devint fixe, sa respiration s'accéléra et se fit difficile.

     

    Ce dernier tenta de lui parler, sans le brusquer, mais il semblait ne pas entendre. Puis, quelques instants après, il reprit ses esprits et regarda l'enquêteur avec ahurissement, mais avec la respiration toujours oppressée et difficile.

     

    Il parvint enfin à s'exprimer :

     

    « Je viens de voir le plus petit, le bibendum, là derrière vous et il m'a transmis – A bientôt – et a disparu ! ».

     

    Le soir, l'embuscade programmée, au lieu de Rencontre habituel, se mit en place …

     

    … au fur et à mesure qu'ils approchaient de l'endroit prévu, de nouveau la respiration du témoin devint progressivement difficile ... Puis il s'exclama :

     

    « Ils sont là, je le sens ! » … Plus loin : " Ils sont là, je les vois ! » … Le témoin toujours très agité cria : « Ils sont là ... Ils sont là ! ".

     

    L'enquêteur allant à l'endroit indiqué, ne vit toujours rien et appela ses deux collègues dissimulés dans les parages : et ils découvrirent le témoin affalé sur son volant, pratiquement sans connaissance, la respiration à peine perceptible, et tous les trois assistèrent au « réveil » du témoin, aussi perturbé et ahuri que lors de la séance à son domicile.

     

    « Je les ai vus ? Ils étaient là ! S'écria-t-il … et, ils ont dit qu'étant donné que mes supérieurs [les ufologues ? !] étaient là, ils ne pouvaient pas me délivrer le message, et ont disparu aussitôt !

     

    De retour à son domicile, au bord des larmes, il dit aux enquêteurs :

     

    « Mais alors, si je vois des choses que vous ne voyez pas, je suis fou... ! ».

     

    Quelques temps après le témoin fut soumis par deux thérapeutes à une régression hypnotique où il revécu sa rencontre du 7 janvier 1974, comme s'il revivait l'événement, il était extrêmement tendu, avec parfois d'importants accès de terreur. Devant la persistance de ces états, il fut décidé de stopper la séance afin d'éviter tout problème de santé physique ou mentale. Il était alors en larmes.

     

    Conclusion des thérapeutes : il leur apparut que le témoin avait bien vécu un événement traumatisant – mais dans quel plan ? Il en avait été tellement bouleversé et commotionné qu'il s'avérait souhaitable de ne pas raviver trop vite ces souvenirs pénibles.

     

    Après publication du texte classique [genre RR3 tronquée !] dans les revues ufologiques spécialisées, des éléments restés confidentiels [sur cette affaire] avaient été révélés à des personnes suffisamment "avancées (!)" dans les arcanes de l'ufologie : Aimé Michel, Pierre Guérin, Jacques Vallée et quelques autres. Plusieurs donnèrent leur sentiment personnel sur cette affaire qui posait déjà un gros problème pour l'évolution de l'ufologie [« Tôle et boulons » et autres !] Certaines préférèrent ne pas réagir.

     

    [C'est comme ça que s'écrit,  la fausse histoire ... et qu'on viole tous les jours, la « Vérité » !] ...

     

    [Vous voyez bien que les RR3 ne sont pas toutes, exclusivement, « physiques » mais, aussi, inclusivement « psychiques » !]

     

    [Sur ces dimenssions déroutantes des RR ufologiques (du moins pour certains !) voir les travaux d’Ann Druffel (qui ont été "quizzés" !) et les livres de Jean Sider et de Fabrice Bonvin. Cf. aussi, l'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : La Lunatic Fringe.]

     

    3/ Les Rencontres Rapprochées de Proximité [les RRP] (dont les Témoins ont la « Maturité » requise pour en devenir les Acteurs) …

     

    [Voir ci-après pour les illustrées, la RR1, de Salida, Colorado, observée par Tim Edwards, 42 ans, le 27 août 1995 :]

     

    « Papa, il y a quelque chose dans le ciel ! » 

     

    Il est 09heures 25, sa fille, Brandy, 06 ans, lève les yeux pour fixer les rayons du soleil.

     

    « Papa, il y a quelque chose dans le ciel ! », signale Brandy à son père, qui n'y prête pas attention. Mais, devant l'insistance de sa fille, il se résout à suivre le regard de Brandy, qui pointe une portion céleste du doigt. Il reste planté sur place, pétrifié.

     

    Quel est donc cet objet, dansant et reflétant la lumière du soleil ? Edwards se rue sur le téléphone pour avertir ses amis et connaissances.

     

    C'est alors qu'il songe à son caméscope 8 mm : il filme 6 minutes 30 d'une incroyable scène, à savoir les évolutions silencieuses d'un énorme cigare volant aux impossibles manœuvres.

     

    Georges, le père de Tim, le rejoint et, muni de jumelles, observe deux rangées de lumière clignotantes sur l'engin. Il remarque également de petites sphères qui virevoltent, entrent et sortent de l'immense cigare. C'est, enfin, au tour de Laray, 15 ans, l'aînée des filles de Edwards, de se joindre au trio pour contempler l'étrange spectacle.

     

    Évoluant dans la haute atmosphère, l'engin échappe - par instants - au cadrage du caméscope. Sur la bande-son, on peut entendre Edwards s'exclamer :

     

    « Ce truc est capable de franchir une centaine de kilomètres en l'espace de quelques secondes ! [Certains de ses déplacements ont atteint 15.000 km/h] ».

     

    Au bout d'une heure 15 de spectacle, l'engin disparaît comme il est venu. Bouleversé, Edwards s'engouffre dans sa maison, contacte les employés de son restaurant : ont-ils, eux aussi, pu observer l'Ovni ?

     

    En fait, il alerte, tout le monde, presse, radio, bureau du sheriff, centrale ufologique :

     

    « Cet objet était si grand [il a été estimé à 750 mètres de long] que s'il avait atterri, il aurait recouvert toute la ville de Salida » rapporte Edwards » …

     

    « C'était si étrange ... Je suis convaincu que cet engin n'est pas issu de notre planète. Je sais que cela semble dingue, mais je pense vraiment qu'il provient d'un autre monde ».

     

    … Si bien que 23 individus finissent par rapporter l'observation d'un engin identique.

     

    « Maintenant, avec les dizaines de témoins de Salida, sans compter ceux avec lesquels j'ai discuté au téléphone, qui se trouvaient parfois à des centaines voire des milliers de kilomètres de Salida, il n'est plus question de nier que quelque chose d'étrange se trouvait dans le ciel » s'exclama Edwards, enthousiasmé par la découverte de tous ces témoins.

     

    Edwards consacre toute son énergie, son temps libre et ses ressources financières à comprendre son observation. Ses anciennes passions - la pêche ou la randonnée - appartiennent désormais au passé.

     

    « Depuis août 1995, je consacre tout mon temps libre à étudier ce sujet, à informer le public. Mon implication est telle que j'ai perdu de mon intimité, mais, en contrepartie, j'ai rencontré des gens merveilleux » a-t-il expliqué un jour.

     

    « En observant l'Ovni, un raz de marée émotionnel me saisit, l'impression que la science et l'histoire se rencontraient sous mes yeux, que cet engin était conscient de notre présence et voulait se faire filmer. Le but de cet Ovni est d'envoyer un message au monde, de lui dire qu'il est important que l'humanité connaisse la vérité » explique Edwards.

     

    Edwards se sent depuis son observation, investi d'une mission : révéler la présence » extraterrestre » au plus grand nombre, et se plonge, corps et âme dans le monde des Ovnis, car il la ressent au plus profond de son être : il est convaincu d'avoir été « choisi » pour faire éclater la vérité.

     

    L'excitation des premiers jours prend l'allure d'une obsession. Une foule de questions de nature scientifique, spirituelle, philosophique se bousculent dans son esprit, en quête d'improbables réponses. Et c'est ici, l'aboutissement de la métamorphose spirituelle initiée par l'observation de l'Ovni. C'est un sentiment étrange, diffus et irrésistible. Désormais, chaque seconde, chaque minute porte l'empreinte de cette mission dont l'importance prend des proportions démesurées. … Car elle revêt une forme sacrée, spirituelle et impossible à communiquer …

     

    « Je pense que quelque chose de spirituellement important est en train de se produire. Je suis désorienté ... Une conscience cosmique s'active pour diriger l'humanité dans la bonne direction » relate-t-il le 27 septembre ...

     

    Bref, en l'espace d'un mois, la vie de ce restaurateur tranquille et prospère bascule complètement ... Vers une ouverture sur le monde qu'il n'a jamais connue, une vie spirituelle exaltée, une façon de voir et de concevoir le monde radicalement transformée.

     

    « Avant l'observation, les Ovnis ne m’intéressaient pas. Mais quand un tel événement survient, votre vie se transforme à jamais », met-il en garde. « C'était un moment intense et stressant, mais je ne me suis jamais senti aussi heureux. Je suis honoré de ce qui se passe ».

     

    [Cf. ovnis les agents du changement. Le Temps Présent. 2014. Fabrice Bonvin,  et Fabrice Bonvin de préciser : Tim Edwards n'est pas seul : « son cas ne constitue pas une exception mais plutôt une généralité ». En contact avec l'intelligence supra-terrestre, nombreux sont les témoins qui embrassent une nouvelle façon de voir le monde et développent une conscience élargie de la place et du rôle de l'homme dans la création ...]

     

    [Ce changement ontologique et cette métamorphose, sont les « signaux » de ce que la Tradition Chevaleresque appelle une Métanoïa]

     

    [Le terme grec Métanoïa est composé de la préposition (ce qui dépasse, englobe, met au-dessus) et du verbe (percevoir, penser), et signifie "changement de vue", un "renversement de la pensée". Et "Dans la Grèce antique, la métanoïa signifiait une mutation, un changement fondamental, une véritable conversion. Métamorphose exprime plutôt un changement au niveau de la forme. Métanoïa exprime, plus précisément, un changement d'état d'esprit."

     

    La psychologie, utilise ce terme dans sa conception du processus d’individuation pour désigner une transformation de forces inconscientes. Il s’agit d’une transformation complète de la personne, transformation qui ressemble beaucoup à celle qui se passe à l’intérieur d’une chrysalide."] [Wilkipédia]

     

    [Vous voyez bien que les RR, tout en étant « physiques » ne sont pas toutes "Péjoratives" et peuvent avoir, aussi, inclusivement, une portée « spirituelle » !]

     

    En résumé :

     

    Ces « Trois Types » distincts et différents de « Rencontres Rapprochées » s'apparentent, directement, par reflets, à ce que les textes sacrés appellent des « Expériences Transcendantes » :

     

    Et c'est ce que la Tradition de l'Orden de Chevalerie définit comme les « épreuves » des Trois Voies [de l'Initiation !] qui mènent soit à la Mort, à la Folie ou à l'Illumination.

     

    Elles sont différentes et distinctes, mais elles se déroulent toutes, sur la « Franche » où les « Mondes de l'Infra et du Supra » se rencontrent dans notre « Beau Monde », et aussi sur le « Champ [qui est celui du Blason Héraldique !] de Bataille » de la « Guerre des Mondes » …

     

    Dans cette perspective :

     

    1/ Les RRVI, correspondent à ce que les « néo-platoniciens » …

     

    [Cf. La très prudente et timide approche [ou enquête] mais cependant « très louable ! » tentative, mise à la portée « intellectuelle et conceptuelle » des « Grands Initiés du Dimanche » (et de certains "fidèles" et pseudos ufologues du même jour ! ) à partir d'un film, réalisé sur l'origine du véritable : « Jeu Pédagogique et Mnémotechnique » du « Tarot », dit de « Marseille », mais en fait de « Marsile » Ficin, selon la thèse présentée par Philippe Truffault et par Christophe Poncet]

     

    … appellent : le « Plan » du vécu de la « Terra Vehiculum » auquel on ne peut pas échapper ...

     

    [comme, du reste, le signifie, clairement, "l'Enquerre" de l'immobilisation forcée des véhicules, et celle, de la « Paralysie » physique et sélective des témoins qui restent, cependant, conscients et en capacité de « voir » ! (Cf. L’article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : Les Enquerres Ufologiques)]

     

    ... et qui conduit au « Mât » ; c'est celui, où les RR, mènent à la « Mort » [Physique, Pychique ou Spirituelle !] …

     

    [Cf. Les exemples des RR Brésiliennes citées ci-avant !]

     

    2/ Les RRI, correspondent à ce que les « néo-platoniciens » appellent le « Plan » du vécu des « Illusions », celui qui conduit « le Cavalier » au « jeu des épreuves », qu'il faut surmonter, pour progresser et s'élever...

     

    [Cf. Les épreuves auxquelles sont soumis les Chevaliers de la Queste du Saint Graal !]

     

    …. par le discernement, et au « Jugement » qui lui permet de se libérer, ou au contraire, de s'enfermer comme le « Fôl » dans la prison des « Simulacres» [qu'ils soient terrestres ou extraterrestres !]

     

    [et en particulier dans le « labyrinthe » de la « douce » musique, fascinante et irrésistible, des plaisirs des sens qui, lorsqu'ils deviennent excessifs, exclusifs et donc envoûtants, pourrait bien, comme le célèbre joueur de « flûte » (qui est au service exclusif de son "Seigneur et Maître" : la « dialectique matérialiste »), nous entraîner fatalement, à notre perte ou à notre perdition, [cas typique des RR3 et RR4 et + que semblent préfigurer les « Transes », de A-M. lors de ses RR3,  à Warnetonde !]

     

    … et même jusqu'à la fameuse « Prison Psychique », du « Chariot de l’Âme » de l'Académie Néo-Platonicienne de Marsile Ficin, qui y est entrainé par « le cheval de l'animus descendant »

     

    3/ Les RRP, correspondent à ce que l'Académie de Marsile Ficin appelaient aussi le « Plan » du vécu des « Bien-faits » [ou "Bien-nés" au "Monde" celui des "4 Vivants" ou Tetramorphes] ; celui qui conduit le « Pèlerin de l’Âme », sur le chemin de la « Justice de la Vérité », et où, le « Chariot de l’Âme » de l'Académie Néo-Platonicienne de Marsile Ficin est entrainé par « le cheval de l'anima ascendant », qui conduirait jusqu'à la « Libération » et la Maîtrise Totale des Quatre Éléments constitutifs de l'Univers ! [Voie que semble « emprunter » Tim Edwards, depuis sa RR1 à Salida, le 27 août 1995]

     

    Comment se prémunir d'une Rencontre (Vraiment !) Trop Rapprochée ?

     

    En la devançant !

     

    Car, d'une manière ou d'une autre [ou dans un sens comme de l'autre !] on ne peut pas y échapper, et que nous devons tous : " y Passer " [un jour !]

     

    C'est pour cela qu'il faut [ou "Faux" celle de l'Ankou !] s'y préparer du mieux possible [en allant à sa rencontre !] et en prenant les devants - avant !

     

    C'est précisément ce que la science héraldique et l'art du blason appelle une « Rencontre » (Rendre-compte) [autrement dire : l’Éveil de la prise de Conscience !] [du Type 1 à 7 !].

     

    C’est-à-dire en l'affrontant directement, et en lui faisant face ...

     

    Tant il est vrai aussi que, pour échapper « à ses démons », et se libérer, au mieux, de leurs emprises, il est toujours préférable de les affronter directement ! [à condition d'y être suffisamment préparé ou armé ...]

     

    L’éveil n'est-il pas le meilleur remède pour dissiper un cauchemar et évanouir ses terreurs ?

     

    Nous disposons donc [toujours] du choix [ou du libre arbitre !]

     

    Soit :

     

    Nous nous soumettons à la « Diabolophanie »

    [de diable « diabállô » =  signifiant « celui qui divise » ou « qui désunit » ou encore « qui détruit », et de phan, « apparition, révélation ou manifestation » = ce qui crée  le cahos ]

     

    et nous prenons alors le risque  :

     

    de nous diluer, et de nous disperser, ou de nous égarer dans la « Gaste Forêt » des existences superficielles et illusoires, et donc de nous diviser en nous coupant de notre propre totalité [et intégrité ] de Corps, d'Âme, mais aussi, d'Esprit !

     

    ... et de "succomber", alors, à la facilité et à l’indolence, en baissant « notre garde » [notre sauve-garde !], jusqu'au degré extrême de la soumission, de la fausse existence par procuration et jusqu'à la dépendance...

     

    Soit :

     

    Nous optons pour l'ouverture à nos « Théophanies », celle de la « Libération » par l'accomplissement physique, la réalisation psychique et la révélation spirituelle de la mise à jour de notre « Apocalypse » [ou de notre « Initiation ou Ré-Initialisation »] par l'oeuvre illimitée de notre « Remise en « Queste...tion » ou "re-nouvellement/rénovation" [ou Céphalophorie !], et donc pour notre "mélioration" perpétuelle …

     

    Dés lors, nul doute,  que notre meilleur « Sauve-Conduit ! » réside dans la voie de « l'Equophanie »,

     

    [« equo » =  cheval, et de phan, « apparition, révélation ou manifestation » = la quête de la réalisation]

     

    ... celle qui permet de nous « Temps...Pot...Iriser » - par la pratique et l’exercice - des vertus qui sont exigées par la « Voie Royale » ou « Queste du Saint Graal ! ».

     

    Et, in fine, pour nous « assurer » [le mieux !], et le meilleur passage, progressif et harmonieux, entre nos « Diabolophanies » et jusqu'à nos « Théophanies », avec l'armement :

     

    1/ des douze vertus chevaleresques que sont : Le Courage, la Puissance, le Partage, la Génération, la Souveraineté, la Créativité, l’Équilibre, la Fermeté, la Volonté, la Persévérance, l’Altruisme, l’Empathie …

     

    2/ des quatre vertus cardinales du Pouvoir Royal que sont : la Force, la Tempérance, la Justice et la Prudence … 

     

    3/ et les trois vertus théologales de l’Autorité Royale que sont : la Foi, la Charité et l’Espérance  

     

    [Cf. La série des articles du blog de l'Orden de Chevalerie intitulés : Exercices pratiques héraldiques]

     

    En "Divine...et...Yves" … vous voyez bien que la « Queste du Saint Graal », des Chevaliers de la Table Ronde du Roy Arthur n'est pas : qu'une « Œuvre Romanesque » …

     

    [Écrite en langue Romane ou langage courant pratiqué à l'époque, c'est à dire accessible à tous !]

     

    … mais une « réalité » toujours présente et toujours vivante [ au même titre que les RR 1 jusqu'aux RR 7 ! ] bien « tangible », et adaptée aussi à notre Temps !

     

    [ Suivez-la … et « L'Ove-Nid » ...

    ... S . O . S . (Save Our Souls ) ... 

    Sauvera Vos Âmes ! ]

     

     

    L'Ove...Nid

    Partager via Gmail

    2 comments
  •  

    « C'est lui qui change les temps et les circonstances, qui renverse et qui établit les rois, qui donne la sagesse aux sages et la science à ceux qui ont de l'intelligence. Il révèle ce qui est profond et caché, il connaît ce qui est dans les ténèbres, et la lumière demeure avec lui. Dieu de mes pères, je te glorifie et je te loue de ce que tu m'as donné la sagesse et la force, et de ce que tu m'as fait connaître ce que nous t'avons demandé, de ce que tu nous as révélé le secret du roi. »

    [Daniel 2.21.23]

     

    Les Trois Mondes

     

    L'Omerta 

     

    Comme le souligne Jean-Marie Bigorne (Cf. Chasseur d'Ovnis. Mémoires d'un enquêteur de terrain. Extraterrestres, Autocensures, Révélations, Éditions Le Temps Présent, Collection Énigma. 2014)  

     

    « La création du Gepan en 1977, et ses transformations (Sepra en 1988) pour aboutir à l'actuel Geipan, n'avait pas pour finalité réelle l'étude scientifique complète d'un phénomène atypique avec la possibilité d'implications exotiques. Mais plutôt un contrôle sociétal, un suivi des médias, une utilité de vigie pour la défense de l’État, et des intérêts économiques, stratégiques, et mêmes philosophiques, de la nation » 

     

    « Quant à ce qui reste non identifiable, ce n'est plus de leur ressort. A la science multidisciplinaire, d'agir... Or, cette dernière ignore obstinément et dédaigneusement cet embarrassant fardeau... » 

     

    « En fait, on peut parler d'un déni institutionnel, d'une sorte d'omerta à l'échelle planétaire. »

    « Ignorance volontaire et aveu d'impuissance ? »

     

    « Nous pensons que cela peut s'avérer grave pour l'avenir. » 

     

    « Chez nous [en France !] la déesse Raison règne toujours sans partage et refuse toute concession trop brutale à l'évolution vers l'univers ! »

     

    « Il faut avancer avec son temps et l'évolution générale. Après la physique classique newtonienne et la physique relativiste einsteinienne, arrive la physique quantique, révolutionnaire et difficile à appréhender par nos cerveaux nourris de cartésianisme et de rationalité traditionnelle et séculaire. Tout serait alors à revoir ? Surtout au sujet de la seule matérialité envisagée, connue et constatée, des choses... [et avérées, qui, pour les ufologues classiques est le point de vue qui compte pour permettre une avancée scientifique.] » 

     

    « Précisons cependant que les ufologues nord américains ont aussi pratiqué la rétention des informations les plus bizarres. Cela existait déjà dans des associations comme le Mufon, l'Apro, et le Cufos. Par la plume d'un enquêteur du Connecticut, P. Imbrogno, qui avait collaboré avec le Dr J. A. Hynek, nous avons appris que ce dernier lui avait demandé de ne pas publier les cas les plus sensationnels avec un haut niveau d'étrangeté, des prétentions de contacts avec non seulement une intelligence extraterrestre, mais aussi avec des démons, des djinns et autres êtres d'autres dimensions. Il pensait que les rapports nuiraient à la crédibilité des informations et des enquêtes concernant la possibilité de manifestations extraterrestres. » 

     

    « Chez nous l'ufologie n'a pas suffisamment progressé, non-seulement du fait de sa propre censure d'informations très particulières, mais aussi parce qu'elle n'a pas trouvé l'aide et les moyens pour exploiter l'ensemble de ses découvertes. Et surtout, pour avoir toujours subi le dénigrement et le désaveu des états, des élites, et de tous ceux qui les suivent. » 

     

     Les Chasseurs d'Ovnis 

     

    Jean-Marie Bigorne ...

     

    [qui est l'un de ces chercheurs passionnés, depuis plus de quarante ans, et qui appartient à cette race des « dinosaures » de l'ufologie, et des enquêteurs de terrain, malheureusement, en voie de disparition !]

     

    ... pense, à juste titre, qu'il subsiste une lacune dans les différentes possibilités de classification du Geipan :

     

    « celle des phénomènes suggérant de possibles manifestations d’Intelligences Non Humaines (INH) »

     

    ou « Éventualité d'Intrusion Exotique » ou « Possible Incursion d'INH »

     

    « ... Des phénomènes aérospatiaux non identifiés affichant des technologies hyper-avancées existent. Une partie de l'humanité en a pris conscience. Derrière cela se manifestent vraisemblablement des intelligences non humaines (INH) ...

    [et pas exclusivement extraterrestres, comme le fait remarquer avec insistance JMB !],

    ... ou peut-être des intelligences artificielles (IA), ou les deux à la fois. Ou autre chose encore ! » 

     

    Et en cela, JMB rejoint très précisément ce que nous révèle la Tradition de l'Orden de Chevalerie, avec la théorie de l'interdépendance des Mondes, en lien avec les Forces Invasives et inter-communicatives du Continuum Espace-Temps. 

     

     La Cryptophanie du Continuum 

     

    Cryptophanie : du grec ancien kruptós « couvert, caché » et phan, « apparition, révélation ou manifestation » = qui révèle ce qui est caché]

     

    La palette des « Manifestations » ou des « Apparitions » dites ufologiques reflètent indéniablement un ensemble de phénomènes, non ou mal-identifiés, qui révèlent l'existence des puissances ou des forces, d'un continuum espace-temps, qui se croisent et s’entremêlent à la frange de notre Monde.

     

    Par conséquent, et comme le préconise avec pragmatisme, lucidité et pertinence Jean-Marie Bigorne, nous aurions avantage [et grand intérêt !] à élargir rapidement notre vision au panorama de toutes ces « intelligences », qui, sous une forme ou une autre, se signalent à nous, et dont les « natures » [tant matérielles qu'immatérielles] ont des origines multiples, et très diversifiées, et qui "couvrent tout le spectre" allant :

     

    des rencontres « très rapprochées » purement extraterrestres,

     

    [Cf. Les partisans de la Théorie des Anciens Astronautes de Von Däniken Erich. 1969. Présence des extra-terrestres Titre original : Erinnerungen an die Zukunft (Souvenir du futur), 1968.],

     

    aux voyageurs temporels,

     

    [Cf. Jean-Pierre D’Hondt autre chasseur d’ovnis],

     

    à ceux de l'anti-monde,

     

    [Cf. Extraterrestres... viennent-ils de l'anti-monde ? De F. Kircher & D. Becker]

     

    en passant par les « Mondes Intermédiaires dits Para-Normaux » et autres "systèmes de contrôle"

     

    [Cf. Pierre Vieroudy « Ces Ovni Qui Annoncent Le Surhomme », et Michel Moutet et la revue « Parasciences », et Jacques Vallées Confrontations. Un scientifique à la recherche du contact avec un autre monde, et Jean Sider La Grande Mystification. 1/. Mimétisme et Polymorphisme du Phénomène Ovni. 2/. Des Forces Intelligentes Inconnues ?, et Fabrice Bonvin. Ovnis Les Agents du Changement.]

     

    et jusqu'aux véritables Théophanies.

     

    [qui sont généralement confondues avec certaines fausses « apparitions religieuses » qui, elles, sont des ingérences malveillantes et mimétiques de ce que la Tradition des Anciens, des Ancêtres et des Ainés de l'Orden de Chevalerie appelle « l'Infra-Monde ».] 

     

     Un Univers Impitoyable 

     

    Dans cet « Univers Impitoyable », où le « Réalisme Fantastique »,

    [Cf. « Le matin des Magiciens » de Jacques Bergier et de Louis Pauwels]

     

    nous paraît, "incohérent" ou « absurde » simplement parce que nous sommes [en grande partie] désarmés, face, à son mode « d'interpolation » métaphorique, [de tout ce qui va au delà de la forme apparente] qui nous "désarçonne", et dont la portée réelle nous échappe le plus souvent,

     

    et c'est pour cela que la Cryptophanie représente sans aucune doute, ici, une clef majeure pour nous donner accès à sa grille de lecture, à son « écriture imagée », et à son « langage » à la fois hiéroglyphique, archétypal et « symbolique », et à son « expression » souvent de types onirique et analogique.

     

    Le Cerveau Mammalien

     

     L'Effet-Miroir 

     

    Comme le remarquent, en effet, Dominique Becker et Fabrice Kircher [théoriciens de "l'Anti-Monde Ufologique"]

     

    [Cf. Mimétisme et Crashes d'Ovnis Editions Le temps Présent, Collection Enigma. 2013]

     

    un certain nombre d'apparitions de types ufologiques nous renvoie, aussi, notre propre image [souvent inversée] par mimétisme ou par imitation, et comme des « enseignes » ou des "avertissements" de nos propres dérives, citons par exemple « l’Insistance Récurrente » des "modèles d'ufonautes" qui reproduisent sous leurs formes extérieures : reptilienne, simiesque et hominienne : la trilogie [ou tri-unité] fonctionnelle "intérieure" des cerveaux reptilien, mammalien et hominien de l'homo-sapiens actuel.

     

    Le Cerveau Reptilien

     

    C'est en ce sens [qu'elle nous est indispensable] la Clef de la Cryptophanie, car elle nous entrouve la grille de lecture de ce « Continuum Quantique » :

     

    1/ en nous dévoilant l'encodage de sa « Méta-Logique »

     

    2/ et en nous ouvrant, par la même occurrence, les portes de notre propre « A-Venir ». 

     

     [citons  enfin, cet autre exemple particulièrement signifiant du célèbre ufonaute du "modèle" "Bibendum",

     

    (Bibendum est l'image de marque de la manufacture française des pneumatiques Michelin. Au Canada  comme en France, on l'appelle aussi le « Bonhomme Michelin ». Cet emblème publicitaire des pneumatiques de la marque Michelin a aussi pour devises  "Nunc est bibendum" « C’est maintenant qu’il faut boire ! » et « Michelin, le pneu qui boit l'obstacle ! ». Signalons que dans la "langue" des "oiseaux ou des volatiles ou de l'esprit ou des anges ou des étoiles" Michelin se lit : "Ce qui est à "mi-chemin" entendu que Michelin est le "petit Michel" dont l'étymologie signifie "Qui est comme Dieu ?", et que dans cette même langue la devise : « C’est maintenant qu’il faut boire ! » se lit : " C’est maintenant qu’il faut voir ! "; ce slogan publicitaire étant emprunté originellement à celui d'un projet d'affiche pour une brasserie qui montrait une "momie" brandissant une chope de bière, rappelons ici que la "mise en bière" signifie placer le corps du défunt à l'intérieur du cercueil : tout un programme ! Source Wilkipédia)

     

    qui est une autre « image-miroir » qui nous interpelle, car elle est une représentation syncrétique, et un signal : fort, et très expressif, de notre futur probable « d'Homme Moderne »« momifié et robotisé », étant donné que le « Bibendum » est une de nos représentations directes, et le renvoi parlant de "l'Homme Pneumatique" (de l'Homo Spiritus) "pneuma" signifiant en grec  "le soufle, la respiration ou l'esprit" ;

     

    autrement dit, à chaque occasion de ses "Rencontres Très Rapprochées", l'ufonaute "Bibendum" nous délivre, constamment, le "message" de vigilance ("Vigile...Lance") suivant :

     

    « Faites donc attention ou prenez garde, car l'Homme Véritable (corps, âme et esprit), est actuellement enfermé dans le carcant, mécanisé et mortifère, de la société artificiellement laïcisée, et de consommation hyper-matérialiste, où la loi dominante est le "profit" unique et absolu, qui le déshumanise insidieusement, en le déspiritualisant progressivement et méthodiquement ! »]

     

    L'Homo-Bibendum

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  « Des loups féroces se glisseront parmi vous, et ils seront sans pitié pour le troupeau. De vos propres rangs surgiront des hommes qui emploieront un langage mensonger pour se faire des disciples. Soyez donc vigilants ! »

     

    (Actes 20.29 )

     

    L'A...MASK

     

     

    Même si …

    ... il est manifeste que « l'Infra-Monde » exerce de plus en plus son pouvoir de « Démon...Nid...Action » [invasive] sur les populations (à risques)

     

    Afin de susciter le "Chaos" [K.Os = Khronos des Os ou Oz !] (dont ses représentants se repaissent) par les prises de possessions (des corps, des âmes et des esprits) et qui exacerbent les comportements primaires, instinctifs, agressifs (et meurtriers).

     

    Et dont les « apparitions » sont assimilées à tort [et "à travers" !] (ou se confondent souvent) avec la perception de certains phénomènes « dits Ovnis » [d'autant qu'elles se calquent sur eux par "mimétisme"] 

     

    [comme le montre nettement le lien évident entre les deux cartes, ci-joint, qui révèlent une corrélation directe entre : la répartition de la « densité » géographique des « délits de violences aux personnes» et de celle des « Pans » pour la France Métropolitaine]

     

    Carte des violences aux personnes

     

    Carte des PANS

     

     

    Donc ... même si ...

    comme le disait Jacques Bergier [le champion du "Réalisme Fantastique" !]  avec "l'Esprit de l'Ironie" et contre "la Concritude de l'Ignorance", et afin de dénoncer l'action de "l'In-Terror", certains "Ovnis" sont bien des "hallucinations collectives" provoquées par des extraterrestres !

     

    ... il y a cependant ...

    un Type « d'apparitions » ufologiques où l'Alien, comme pur produit de la « Génération Lucy...Férienne » [Lucy...Faite...Reine !], nous montre son vrai visage !

     

    [Attention ! les Âmes sensibles s'abstenir !] 

     

     A Bas les Masks 

     

    Voici donc les récits deux Rencontres Rapprochées de ce Type que nous avons extrait directement du dossier des « RR3 Rencontres du Troisième Type en France »

     

    [de Julien Gonzalez. Collection : Énigma. Éditions Le temps Présent. 2014]

     

    Près de Gorbio (ou de Menton), Alpes-Maritimes, printemps 1954, 02h40.

    M. Lorenzi.

     

    Le témoin rentre chez lui à pied, par un petit sentier. Soudain, il entend des bruits « métalliques » et pense qu'il s'agit de personnes occupées à « bricoler ». Puis il entend des bruits de voix. Au détour d'un petit escalier, il tombe net sur un engin lumineux posé au sol, de 5 à 6 m de diamètre, A côté se trouve un être d'environ 1,60 de haut, mince, harmonieux, revêtu d'une combinaison phosphorescente avec, devant le visage, un voile troué de deux orifices pour les yeux. L'humanoïde a eu un mouvement de surprise en apercevant le témoin, puis il a prononcé quelques mots dans une langue inconnue, gutturale... C'est alors que le témoin aperçoit sous l'engin un second personnage, occupé à une tâche mystérieuse, et qui se redresse vivement. Il visualise le témoin, et d'un geste assez lourd, il porte les mains sur son ventre, sur une boîte noire d'où jaillit un rayon lumineux. Instantanément, le témoin se sent paralysé, et cette paralysie augmente en même temps que l'intensité du rayon de lumière « solide ». Le témoin ne peut plus bouger, mais il continue à voir et à entendre. Le second personnage est plus petit que le premier, ses proportions sont moins harmonieuses, la tête est plus grosse. Il est habillé de la même manière. Le « N°2 » dit quelque chose de très court au « N°1 » et s'approche du témoin. Les deux êtres échangent de nouveau quelques mots. 

     

     A Visage Découvert 

     

    Le « N°2 » semble plus détendu après avoir constaté l'état du témoin, s'approche à environ 60 cm de sa tête et brusquement, relève son voile avec la main gauche, en levant la tête vers le témoin, de manière, semble-t-il, que ce dernier puisse voir parfaitement son visage. Celui-ci sera décrit de la manière suivante : Front très haut et très large. Pommettes saillantes, menton pointu et assez fort. Nez très fin et en bec d'aigle, lèvres minces. Dents blanches et régulières. Barbe clairsemée sur la pommette droite. Peau de couleur assez foncée. Les yeux sont légèrement plus écartés que sur un visage normal, vraisemblablement avec des paupières. La forme ne diffère pas tellement des yeux normaux, peut-être un léger type Asiatique. Ils étaient plus gros et globuleux.

     

    Dans un premier temps, il a semblé au témoin que le personnage n'avait pas d'yeux, simplement des trous dans les orbites, puis il a perçu dans l'orbite gauche un globe blanc, sans iris ni pupille. De cet œil gauche coulait une grosse larme d'un liquide épais et brun, qui descendait jusqu'à la commissure des lèvres. Était-ce cela que l'être tenait à lui montrer ? Nous n'en saurons jamais rien... L'être a lâché son voile qui est retombé sur son visage et, avec ses bras, à deux reprises différentes, il a fait des gestes éloquents, comme s'il incitait le témoin à le suivre, à ce moment, le « N°1 » qui paraissait le chef est intervenu et le « N°2 » s'est calmé instantanément. Les deux êtres se sont alors retournés et se sont dirigés tranquillement vers l'appareil sur lequel ils sont montés, sur le dessus, non sans difficultés, en s'aidant mutuellement, l'un poussant l'autre, le premier grimpé tirant l'autre. Le témoin les a vus disparaître dans l'engin sans qu'il puisse préciser où, il n'a remarqué aucune ouverture bien qu'il ait entendu un bruit sourd de fermeture métallique, Puis il a perdu connaissance... 

     

    (Enquête de Jean Chasseigne, 18 ans après les faits, publiée dans Lumières Dans La Nuit n°126 pages 8 - 10 ; Fernand Lagarde, Mystérieuses Soucoupes Volantes pages 136 - 137 + Interview en février 1976 par P. Bellemarre (émission C.Q.F.D.) au micro d'Europe n°1 qui donne 22h00 au lieu de 02h40.) (Fernand Lagarde, Mystérieuses Soucoupes Volantes pages 136 - 137)

     

    Un cas de RR3 au scénario quasi-identique nous est parvenu du Canada suite à une enquête réalisée par l'ufologue Jean Ferguson. Voici le récit complet publié en 1978 dans un livre « Les humanoïdes, les cerveaux qui dirigent les soucoupes volantes » (page 241 - 244) :

     

    « Date : Début de l'été 1950. Heure / entre 1 heure et 2 heures du matin. Lieu : Vassan, village rural de l'Abitibi, à peu de distance de Val-d'Or.

     

    M. L. B. revenait chez lui après avoir passé la soirée à jouer aux cartes avec ses voisins. Il faisait beau, le temps était clair. Le témoin marchait sur la route en terre battue quand il a aperçu, près d'une grange abandonnée depuis peu, une lumière. En même temps, il a entendu des bruits qu'il a pensé être d'origine métallique. Il s'est demandé s'il était prudent se s'approcher, mais après un temps d'hésitation, il a décidé de le faire. Il entendait alors parfaitement des éclats de voix. Il a cru qu'il s'agissait de gens qui avaient élu domicile dans cette grange pour faire de la « bagosse », un alcool fabriqué de façon illicite. Il avait déjà eu connaissance que cela s'était vu dans la région. Perplexe, le témoin s'est arrêté. Il a eu l'idée de revenir sur ses pas, car il ne tenait pas précisément à tomber sur des distillateurs clandestins. La curiosité aidant, il s'est glissé prudemment derrière une corde de « pitonne » (mesure de billes de bois, vendues pour en faire du papier). Là, il entendait très bien les voix et il voyait l'objet qui émettait la lumière. Il s'agissait d'un disque lumineux et brillant de 6 mètres de diamètre, suspendu à un mètre et demi du sol. « Je n'avais jamais entendu parler de soucoupes volantes de ma vie et j'étais loin de me douter que ça pouvait être ça... Près de cet appareil, j'ai vu nettement, à cause de la lumière qui était quand même assez forte et qui sortait de l'objet, un être de 1,60 m. Il était bien fait, mince et l'air plutôt jeune. Du moins, c'est ce que j'ai pensé à ce moment-là. Je n'avais pas peur de regarder parce que je n'avais plus peur de faire face à des fabricants d'alcool frelaté. J'ai donc contourné la corde de bois et je me suis avancé ». De près, le témoin a constaté que le « bonhomme » avait un vêtement phosphorescent d'une seule pièce et sur le visage, il portait un masque qui paraissait fait d'un morceau de cuir souple avec des trous pour les yeux. Il commençait au milieu du front et se terminait juste dessous la bouche. Le témoin ne s'est pas senti très brave devant le personnage masqué lorsqu'il s'est tourné vers lui, s'apercevant de sa présence, puis il a prononcé des mots dans une langue inconnue. « Il détachait ses syllabes avec une légère hésitation entre chacune d'elles. J'ai bien pensé que c'était de l'allemand, même si je n'ai pas entendu souvent cette langue ». Presque aussitôt, le témoin a perçu un mouvement sous l'objet lumineux. Un autre personnage a surgi de dessous l'appareil . Monsieur L. B. a fait la réflexion suivante : « Baptême ! Mon affaire est faite ! Ils sont deux et je suis seul ! » Peu rassuré, il observe chaque geste des deux étrangers. Le second personnage est plus petit que le premier ; il est vêtu de la même façon ; sa tête est plus grosse et elle est recouverte d'une sorte de cagoule. Il a les épaules larges, le dos voûté. A la ceinture, il porte un objet semblable à une lampe de poche. D'un geste pataud, il dirige vers le témoin cet instrument, celui-ci se sent aussitôt « mortifié ». (Dans le langage de Monsieur L. B. , cette expression signifie qu'il ne peut faire un seul geste, mais il garde toute sa connaissance ; il entend donc et voit tout ce qui se passe autour de lui sans pouvoir exécuter un seul mouvement). « C'était comme si tout à coup j'avais eu du plomb dans tous les membres. j'ai pensé que si j'essayais de faire un seul mouvement ? Ça prendrait des années avant que j'y parvienne. Et là, j'avais peur, car je me suis dit que si jamais je penchais en avant, je pouvais tomber et m'assommer sur une pierre ou bien me démettre un membre puisqu'à l'époque, je pesais comme il faut 225 livres : j'étais considéré comme un gros homme ». Mais cette impression devait s'avérer non fondée puisque le témoin est resté solidement ancré à l'endroit où il avait été « pétrifié ». Les deux êtres se sont mis à parler. Le premier semblait prendre un ton plus haut comme s'il était le chef. Le personnage à la lampe de poche s'est approché tout près du témoin. Il lui a même touché le menton avec sa main, probablement pour constater sa paralysie. Monsieur L. B. se souvient très bien de cette main aux doigts déformés comme par l'arthrite, « des doigts de vieillard ». Il était bien plus court de taille que le témoin, car sa tête arrivait tout juste à ses épaules. Pour autant que le témoin avait la possibilité de bouger les yeux, il pouvait distinguer les êtres autour de lui. Peut-être que l'être ne le voyait pas très bien, car il a enlevé sa cagoule. Là, même paralysé, Monsieur L. B. a eu un frisson de dégoût. Le visage de la créature était à cinquante centimètres du sien et il en distinguait tous les traits. La peau en était ridée comme celle d'une vieille pomme et tout aussi basanée. Il était déformé par un rictus : on voyait bien toutes ses dents, plus petites que celles d'un homme ordinaire et égales comme si une seule dent avait servi de modèle à toutes les autres. « C'était épouvantable à voir ! Et les yeux, les yeux ! Mon bon Monsieur, c'était quelque chose à voir ! Quand j'y repense, ça me fait encore frémir ! Car il me montrait ses yeux avec ses doigts tout déformés ; je me suis toujours demandé pourquoi. Il avait des globes oculaires semblables aux nôtres, mais le tour des yeux avait des plissures de peau comme le tour des yeux d'une poule ! Et les points noirs des yeux n'arrivaient pas à la même hauteur, comme s'ils regardaient chacun de leur côté. J'ai vu aussi que la face n'avait pas la moindre mobilité : elle était plaquée là, un point c'est tout. J'ai senti dans le geste de cet être qui m'indiquait son visage comme une marque d'amitié ou de confiance même si c'est fou à dire ! Il voulait me faire comprendre quelque chose, mais quoi ? Pour finir, il m'a touché le bras et il a remis sa cagoule. Il est resté quelques minutes à regarder mon visage. L'autre qui n'était pas intervenu jusque-là s'est remis à parler très fort. Celui qui était devant moi m'a quitté sur-le-champ pour se rendre jusqu'à l'engin lumineux. Les deux sont alors montés dans l'objet par une courte échelle ; il m'a semblé qu'ils n'étaient pas bien agiles. » Monsieur L. B.  ne se souvient plus de rien. Il prétend n'avoir pas perdu connaissance, mais il n'avait plus la force d'ouvrir les yeux malgré les efforts qu'il faisait. Il est resté ainsi pendant de longues minutes. Et peu à peu, il a pu bouger de nouveau. Il se sentait très en forme, très lucide, comme si cette période de paralysie avait décuplé toutes ses facultés. Lorsqu'il a été capable d'ouvrir les yeux, il n'y avait plus rien devant lui, ni appareil ni créatures. Il s'est assis dans l'herbe nouvelle et il a essayé de réfléchir à ce qui venait de lui arriver. Le témoin est maintenant âgé de 65 ans (1976). Vingt-cinq ans se sont écoulés depuis l'incident et il n'a jamais pu oublier ».

     

     

    L'A...MASK...A

     

    Ne nous voilons pas la face ! 

     

    Comment ne pas s'apercevoir et reconnaître que ces deux récits sont « structurellement » identiques ?

     

    Exactement comme si l'un des deux textes a servi de modèle à la rédaction et à l'adaptation « habile » de l'autre !

     

    Je ne connais qu'un autre cas de « copier/coller » aussi flagrant dans les « rapports » ufologiques et il concerne la célèbre R3 de Maurice Masse à Valensole (04 France), du 01 juillet 1965, et son « plagiat apparent » de la R3 de Matthieu Morice entre Caen et Creully (14 France), du 01 juin 1964.

     

    [dont je suis obligé malheureusement de vous épargner les récits, dans tous les détails [trop long !] pourtant elles le méritent amplement ! (mais je pourrais y revenir un jour si vous voulez ? Et si Dieu le Veult !) en attendant n'hésitez pas à consulter http://ufofu.tumblr.com/post/26896215803/un-coup-dessai-m-connu].

     

    Dans ces 4 observations R3 identiques (2 par 2) on ne peut nier les faits rapportés, sans porter atteinte à la probité des témoins ou des enquêteurs, qui sont tous « théoriquement » au-delà de toute suspicion de manipulations ou de « tricheries » !

     

    [d'autant que ces « rapports » sont le fait de la « fine fleur » de l'ufologie nationale sinon de la « crème ufologique » internationale ! (dont un officier supérieur de la Gendarmerie Nationale - excusez du peu ! - Non Non Non ! - ce n'est pas Monsieur Jean-Claude Bourret, qui lui, a été promu Général pour services rendus, évidemment, à son "Pays" !)]

     

    Nous voilà donc dans une impasse !

     

     Mais non … « Que nenni ! » …

     

    Car je vous propose de sauter cet obstacle, apparemment infranchissable, en tirant une nouvelle carte, et cette carte est un "merveilleux" « Joker » !

     

    Ce « Joker » [un vrai "miracle" !] : c'est évidemment le fameux [et bien pratique] facteur Oz, qui est généralement appliqué aux faits et aux observations ufologiques, et qui permet de supposer que certaines « créatures » sont capables de manipuler [au premier degrés] notre réalité ou la perception que nous en avons.

     

    Ce « facteur Oz » va donc nous « tirer de ces affaires » !

     

    Dès lors, qu'il y a « soupçon » de « tripotage » le réflexe immédiat est "bien-entendu" de « Douter » … [et le mal est fait (effet !)] … et il devient donc normal, logique  et « automatique » de « mettre en doute » la réalité ou le bien fondé des faits rapportés ! 

     

    [en somme de jeter la poupée avec son eau sale ! et l'objectif est donc atteint ...]

     

    Ne serait-ce pas là le but véritable de la manœuvre ? …

     

    Et in fine [même si les arguments ne manquent pas à "l'Appel" ! Cf. l'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé "L'Appel"]  le « comment » demeure secondaire, et le savoir : « par qui » a transité la « manipulation évidente puisque irréfutable » s'éclairera : par ce qui est toujours le primordial  : « le pourquoi ? ».

     

    Car  si, par tous les moyens, « on » cherche absolument [et continuellement] à discréditer les deux témoignages : de Maurice Masse et de M. Lorenzi [parmi les plus connus ou re...connus !] c'est que leurs RR3 [ou celles qui leur ressemblent] véhiculent [sans aucun doute] des « données » du plus grand intérêt et donc potentiellement dangereuses pour les partisans de la dissimulation, du camouflage ou du « Cover up » !

     

    Le Tripot...Age

     

     Les Vraies RR3 

     

    C'est bien l'occasion, ici, de ré-examiner, et de comprendre ... autrement … le scénario des RR3 qui [sauf exception !] apparaît généralement comme « stéréotypé » du genre habituel :

     

    une soucoupe volante atterrit [un peu n'importe où] ... ses ufonautes en sortent tournent autour de leur véhicule ou l'inspectent ...  paralysent les témoins à l'occasion ... font [furtivement] quelques prélèvements d'échantillons sur le site d'atterrissage ... et s'en vont à « tire-d'aile » avec leur engin ...

    ... et en somme : toute la « messe (noire) est dite » en peu de mots !

     

    « Dite » peut-être ?… mais sûrement pas … bien perçue et comprise … par tout le monde !

     

    Premier constat : les ufonautes en question sont des policiers, des soldats ou des militaires, la preuve : ils sont armés et ils n'hésitent pas à se servir de leur arme dès que les témoins s'approchent d'un peu trop près de leur « activité » ou de leur « opération » en cours.

     

    Deuxième constat : en atterrissant à peu près n'importe où, systématiquement ils vérifient [ou réparent] leurs engins et/ou effectuent des prélèvements minéraux ou biologiques avant de décoller le plus rapidement possible.

     

    Je sais que la plupart des « idéalistes » un peu rêveurs [et autres adeptes des "Grands Frères Ainés" ou "Big Brothers" de l'espace !] ont préféré voir dans ce deuxième constat l'activité de « scientifiques écolos » soucieux de l'avenir de la planète, et du bien-être, et du bonheur de ses résidents … alors que s'ils y regardaient, d'un peu plus près, ils comprendraient peut-être ou réaliseraient simplement, que leurs « chers » ufonautes sont tout bonnement tombés "en rideau !" [le coup de la panne quoi !]  

     

    Alors que l'on peut légitimement [et raisonnablement] penser…

     

    1/ … que les voyages supposés « spatiaux temporels » ne sont probablement pas tous « de tout repos » [Cf. les incidents et accidents de nos propres vols spatiaux !] et qu'un pourcentage non-négligeable d'entre eux dérivent [ou sont déroutés] de leurs parcours ou de leurs destinations ou objectifs initiaux, d'où, les « sites » ou lieux d'atterrissage très divers et souvent vraiment improbables [en réalité forcés !] sans oublier les accidents ou les crashs d'ovnis.

     

    2/ … et que cette obligation [indispensable] de refaire le « point spatio temporel », en prélevant des échantillons du « biotope ou de l'environnement », est sans doute, l'un des meilleurs moyens, et sûrement le plus rapide, de confirmer [et d'assurer] sa situation « quelque part dans le temps et dans l'espace » !

     

    Troisième constat : si les RR3 sont majoritairement « Furtives », c'est que les ufonautes sont sur la défensive, car ils sont [toujours] armés, et ils refusent ou fuient les Rencontres avec les Témoins, et leur présence est de courte durée.

     

    Visiblement nos « Visiteurs » ne sont que de passage [surtout si c'est accidentel !] et ils donnent aussi le sentiment ostentatoire de fuir un danger, ou une menace quelconque, qui serait en permanence au-dessus de leur tête, comme une épée de « Damoklès ».

     

    Leur comportement opérationnel (presque obsessionnel !) fait penser également aux « opérations commandos » ou du genre "vite fait" et "pas vus, pas pris !".

     

    Mais quelle Milice Terrestre ou Céleste craignent-ils réellement ?

     

    [Celles que nous signalent l'Orden de Chevalerie ? Cf. L'Article intitulé : La Milice Terrestre et la Milice Céleste]

     

    Cependant, les RR3 ne sont pas forcément toutes " accidentelles ".

     

    [et ne négligeons pas aussi qu'elles peuvent être aussi, en même temps, et d'une certaine manière très opportunes !]

     

    Ce qui nous ramène à celle de Maurice Masse, à Valensole le 01 juillet 1965, et qui est considérée comme un « classique irréfutable » de l’ingérence Alien sur notre planète (elle mériterait effectivement qu'on s'y attarde longuement) rappelez-vous qu'elle présente en effet un certain nombre de particularismes « hors normes » comme par exemple le fait que Maurice Masse et son père avaient constaté [avant sa RR3] depuis une semaine des dégâts nocturnes dans son champ de lavande, mais aussi le fait probablement le plus « dérangeant » qui est sans aucun doute les traces physiques laissées par « son » Ovni, avec en surcroît ce pivot central, qui a creusé un trou cylindrique de 18 cm de diamètre et de quarante centimètre de profondeur, et coudé en trois sillons plus petits (six centimètres de diamètres) à partir de quarante centimètres de profondeur.

     

    Or, ce « pivot » central fait penser à une « sonde » et cette sonde ne suggère t-elle pas aussi que les « ufonautes » auraient très bien pu, en réalité, déposer ou diffuser "quelque chose" sur place ? N'a t-on pas également signalé la présence d'un objet dans le sol en profondeur et à l'aplomb de ce pivot central ? [Cf. La RR3 de De Trancas en Argentine du 21 octobre 1963 où la famille Moreno a découvert, apres le départ des Ovnis, une multitude de petites boules composées à 96,48 % de carbonate de calcium et 3,51 % de carbonate de potassium et en suspension dans l'air l'odeur du soufre (confirmée et constatée par la doctoresse de l'hôpital de Trancas dont la voiture s'immobilisa à l'approche des Ovnis volant à basse altitude) cette odeur si  caractéristique des contacts avec "l'Infra-Monde" ! Cf. L'article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : La Gelée des Étoiles et le Beurre des Sorcières]

     

    Vous voyez bien que les RR3 ne sont pas toutes exactement identiques, et vous commencez à mieux comprendre pourquoi celle de Maurice Masse est particulièrement dérangeante pour les « debunkers » de l'ufologie !

     

    Et celle de M. Lorenzi à Menton ["On...(nous)... Ment !] alors ? …

    Le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle sort, elle-aussi, de l'ordinaire !

     

    L'A...MASK...A

     

    Le Dévoilement 

     

    C'est précisément "Lui" que les « démolisseurs de l'Ombre» [ou si vous préférez les « Men In Black »] veulent « Mask-Guer » !

     

    Alors donc ! … 

    dans les colonnes de Lumières Dans La Nuit de Raymond Veillith

    [Étymologie : Raymond = "celui qui protège par ses conseils éclairés". Le Roy du Monde en somme !]

    notre cher et regretté Ami Fernand (Étymologie : Fernand = courageux, aventurier)  Lagarde ne se trompait pas ? …

    lorsque qu'il suggérait que « l'ufonaute » avait peut-être bien « dévoilé » à M. Lorenzi son « vrai visage », celui d'un Alien appartenant à une espèce qui aurait (visiblement) de graves problèmes de dégénérescence « génétique ou Genèse...ique »...

     

    Et si c'était la principale raison de leur venue sur Terre, à tous ces «Visiteurs Extraterrestres», qui viendraient allégrement puiser dans son extraordinaire réserve génétique ? [et dans sa "bio-masse", à la récurrence, de la moisson ! ]

     

    [c'est vrai que ça aurait le mérite d'expliquer, en outre, tous ces abductions / kidnappings et autres disparitions (réelles et) définitives sans cesse en augmentation]

    [sur plus de 63 000 disparitions signalées en France pour 2014 :

    au moins (en moins !) 12 000 à 15 000 sont véritablement définitives. Cf. L'Article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : Le Grand Secret ]

     

     ... finalement c'est pas "6 Bête" ! …

     

    ... et si La...Garde ... avait ... « Divi...ne...ment » ... raison ?

     

     

    L'A...MASK

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement en Dieu.Toutes choses ont été faites par Lui, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans Lui. En Lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes.  Et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue.»

    (Prologue de l'évangile selon Saint Jean) 

     

     

    Verbum

     

     

     

    Si ... certains ont « bien » rencontré le Diable [Cf . Article du blog de l'Orden de Chevalerie intitulé : La Gelée des Étoiles et le Beurre des Sorcières] d'autres ont dû nécessairement apercevoir ses légions de Démons.

     

    Voici donc le récit d'une Rencontre Rapprochée de ce Type que nous avons extrait directement du dossier des « RR3 Rencontres du Troisième Type en France » …

     

    [de Julien Gonzalez . Collection : Énigma. Éditions Le temps Présent. 2014]

     

    … qui devrait bien nous le confirmer et, espérons-le, ouvrir de nouvelles perspectives à bon nombre de personnes qui, visiblement, en ont expressément besoin …

     

    Mais « à tous : Saigneurs, toutes les Horreurs ! », et une fois n'est pas coutume, commençons par la version mise en ligne, par les enquêteurs (En-quête ...des Tueurs) et Chercheurs (Cherchent...Heurts) officiels français du CNES, à Toulouse, Grands Amateurs en matière de « Gai ...Pan » :

     

    987-12-01120|NARBONNE (11) 1987|43,183333|3|12/12/1987|11|  Aude| Languedoc Roussillon| Rencontre avec 6 extra-terrestres.|| Le 12 décembre 1987, un témoin dit avoir rencontré près d'une ruine un groupe de 6 personnes étranges avec lesquels il échange quelques mots. Ces êtres mesurent entre 1 mètre et 1 mètre 50, et l'un d'entre eux dessine au sol deux signes. Ils partiront sur des engins sans moteur et sans roues ressemblant à des traîneaux. Le témoin fera une déposition à la gendarmerie le 28 décembre après qu'un article sur le sujet soit paru dans la presse locale le 20 décembre. Aucune autre information n'a pu être recueillie à la suite de ce témoignage.|||D | 

    (Rapport et Synthèse du Geipan : site du Geipan : http://www.cnes-geipan.fr/)  

     

    Voici maintenant la version proposée par Julien Gonzalez :

     

    Narbonne, « Malvési », Aude, 12 décembre 1987, 10h45. Témoin : M. Gérard Lamy.

     

    Il est 10h45, le témoin quitte son domicile pour se rendre près de l'usine de Malvési afin de récupérer du bois. Voilà l'étrange récit de son aventure que M. Gérard Lamy fit auprès de la Gendarmerie Nationale :

     

    « Arrivé en face des portails d'entrée de l'usine, environ 50 à 80 mètres avant, j'ai emprunté un chemin de terre sur la gauche pour aller récupérer du bois d'une bâtisse qui a été rasée. Cette maison en ruines se trouve à environ une dizaine de mètres de la route. J'ai garé mon véhicule en face de la bâtisse sur le chemin. Je suis descendu de ce dernier et contrairement à mon habitude, j'ai fait le tour de la plate-forme restante de cette habitation car il pleuvait. Après avoir avancé de 10 mètres, j'ai aperçu sous de petits arbustes, des taillis d'environ 5 à 6 mètres de hauteurs, un groupe de personnes qui s'était abrité. Ces personnes étaient aux nombres de 6, trois de 1,50 mètre et trois de 1 mètre. Gêné de leur présence je leur dis bonjour et je n'ai eu aucune réponse. Ensuite, je leur ai dit « sale temps aujourd'hui », c'est à ce moment-là que j'ai commencé à entendre des sons bizarres échangés entre eux. Pensant que c'était un groupe sportif qui s'était mis à l'abri, je leur ai demandé s'ils étaient du coin. A ce moment-là, ce qui me semble être une femme s'est avancée vers moi et m'a dit dans un mauvais français et avec une voix nasillarde « planète are » (phonétique). Croyant à une blague je leur ai répondu « Ah oui vous êtes des extraterrestres » tout en me retournant pour voir si je ne faisais pas partie d'un plateau de cinéma. Ce dit personnage qui s'est avancé vers moi s'est penché vers le sol et m'a fait dessiner deux signes et m'a transcrit en me disant « ciel », « démon ». J'ai également aperçu lorsque cette personne s'est avancée quatre drôles d'engins qui ressemblaient à des traîneaux des neiges sans moteur, sans roue, démunie de tout système mécanique. Ces engins étaient de couleur clair, deux mesuraient 1,50 mètre et les autres étaient plus petits. Intrigué par le fonctionnement de ces engins, j'ai posé la question « comment marche votre truc ?» La femme m'a répondu du « magnétique » et m'a fait comprendre qu'ils s'étaient arrêtés à cet endroit car la pluie les gênait. Ils m'ont également déclaré « pas de relais de base ». Je leur ai ensuite posé la question si leur planète, c'était mieux. Ils m'ont répondu « moins de travail ». Je leur ai demandé s'ils étaient comme nous et s'il y avait une atmosphère. Je n'ai pas eu de réponse mais ce qui me semblait être un homme s'est avancé et m'a tendu sa main et elle m'a paru très froide. J'ai demandé s'il y avait longtemps qu'il habitait une planète et il m'a été répondu en me montrant certaines personnes « XIIIe siècle » et d'autres personnages « IXe siècle ». Celui qui m'a tendu la main s'est désigné lui-même et a dit « pôle arctique ». Je leur ai posé la question s'ils prenaient des gens sur cette planète. J'ai eu comme réponse « Vous pas intéressant mais des gens viennent avec nous ». A ce moment-là, un septième personnage est arrivé et est rentré dans une sorte de transe en parlant entre eux en émettant des sons, il semblait furieux de notre conversation. Ensuite toutes ces personnes sont remontées sur leurs engins, un petit sur un petit engin, deux petits sur un petit engin et les trois autres sur un gros engin, celui qui est arrivé en dernier sur un gros engin. Sans rien mettre en route, les engins se sont mis à pivoter sur place en décollant légèrement et ensuite j'ai eu un « trou noir », comme un malaise dont je ne peux définir la durée. Je précise que je ne suis pas tombé au sol car je n'étais pas sale. Ensuite je suis revenu à mon véhicule en le touchant pour voir si ce n'était pas un rêve. Je précise que quand les engins ont démarré, j'ai reculé d'environ 5 à 6 mètres. Ces personnages avaient le teint terreux, de type très asiatique et avaient des rides au départ du nez perpendiculaires à la face. Ils étaient vêtus d'une sorte de combinaison foncée marron noir. Je ne peux définir la matière des vêtements ni la matière avec laquelle avaient été fabriqués leurs engins. Je précise qu'un personnage avait les cheveux très blancs comme les albinos, une autre avait les cheveux poivre et sel et les autres étaient encapuchonnés. Cela semble drôle, mais ce que je vous déclare est toute la vérité concernant cette affaire. Ceci n'est pas une hallucination. »

     

    (Rapport et Synthèse de l'article de : L'indépendant de Perpignan du 20 décembre 1987 ; Lumières dans la Nuit, enquête de Mme Denise Lacanal et de M. Théodore Revel ; Contact OVNI : bulletin du CEO France n°9, janvier-février-mars 1988, enquête de M. Marchel Pech, membre de l'IMSA et enquêteur LDLN ; P. V. de la Gendarmerie Nationale n° 1926/1987)

     

     

    Si on se base sur la « synthèse » mise en ligne par le Geipan,

    Le « PAN »(Phénomène Aérospatial Non identifié) de « Malvési » est un PAN de catégorie D : observation inexpliquée malgré les éléments en possession du Geipan. (La catégorie D recouvre deux sous-catégories :Les PAN D1 qui correspondent à des phénomènes étranges, mais dits de consistance moyenne, par exemple associés à un témoignage unique, sans enregistrement photo ou vidéo. [le PAN de Malvési est donc un Pan D1 !]

    Les PAN D2 correspondent à des phénomènes très étranges et de consistance forte : plusieurs témoins indépendants et/ou des enregistrements photo ou vidéo et/ou des traces au sol.) …

     

    autant dire ici : qu'avec cette analyse du Geipan du « PAN » observé par Gérard Lamy à Malvési (« con nous D...sert » !) et que du même coup (Bas), forcément, on reste sur sa « Fin » ! …

     

    Fort heureusement (pour les curieux par nature) non seulement le témoin Gérard Lamy a eu le courage de témoigner, et "providen...ciellement" (pour la recherche et l'étude ufologues) les vrais ufologues (indépendants et du secteur privé) au moins - eux - ont fait consciencieusement leur « travail » d'enquêteurs et de rapporteurs, avec (beaucoup plus de professionnalisme) de sérieux et de minutie, que le Geipan [mais c'est vrai que c'est la coutume !]

     

    Car en effet, ce cas est vraiment exemplaire, puisqu'il nous révèle l'identité de nos « Visiteurs Extraterrestres » … et, en plus, directement de leur propre « chef » et aveu !

     

    On aurait donc affaire à des « Démons » ! …

     

    On comprend mieux, dès lors, l'embarras gêné du Geipan, et on imagine facilement, aussi, l’incrédulité ou la réserve, du plus grand nombre des ufologues, devant une telle révélation. Tout ceci étant bien-entendu inconcevable et bien évidemment incroyable !

     

    … et pourtant ! … Et pourtant il existe un moyen très simple de s'en assurer, il suffit pour cela d'analyser et d'interpréter autrement (que très superficiellement à la Geipan) ce type de témoignage.

     

    Commençons, par examiner si vous le voulez bien [et vous le « Jacques ...Vallée » bien !] la sémantique précise des mots [ou si vous préférez le « Verbe » !] utilisés par les « ufonautes », et re-transcrits, par Gérard Lamy.

     

    Les "ufonautes", prétendent êtres des « Démons », ...

    or le mot « Démon » provient du Grec ancien « daímôn » qui signifie « dieu » ou « puissance, divine », ce qui nous rapproche déjà de la notion des « anciens dieux » et des pseudos « visiteurs extraterrestres » si chers aux partisans de la "Théorie des Anciens Astronautes" (plutôt simpliste et très réductrice, car : perçue exclusivement et, surtout, un peu trop orientée « Tôle et Boulon » !)

     

    Mais, s'il vous plaît, ne nous arrêtons pas en « si bon chemin » !

     

    Car, dans le même temps …

     

    [visiblement quelque peu agacés par la candeur et l'insistance du témoin, et probablement par arrogance et condescendance, à moins, que ce ne soit, ce qui serait tout de même très surprenant, par « Bonté d'Âme » !?]

     

    nos « Bons Démons » nous révèlent leur origine exacte :

     

    Ils viennent, selon eux, très précisément du « Ciel » et de la « Planète Are »

     

    [« Are » n'étant qu'un simple essai de transposition phonétique] …

     

    Or, si on les entend bien, … Il s'agit de la « Planète Are ou Ar ou Aar » … étonnamment (?) mais apparemment, ils disent vrai (!) ... car cette planète existe vraiment, et en plus, elle est très facile à identifier et à localiser ! …

     

    [Ce qui prouve bien, au passage, que ces « sympathiques » « Démons » sont des êtres particulièrement lettrés, et qu'en plus ils ne sont pas nés de « la dernière pluie » ! … Ils l'affirment d'ailleurs eux-mêmes puisqu'ils prétendent apparemment exister depuis le « IXe » et le « XIIIe » siècle !]

     

    [évidemment, il ne faut pas non plus être un  bien "Grand Mage" pour se rendre à l'évidence que ces chiffres ont une résonance symbolique et donc un sens allégorique : le « 9 » renvoyant par exemple à la « génération », et le « 13 » à la « mort » ou « fin de cycle » cf. L'année Solaire véritable celle des « 13 » Lunaisons ou 28x13 = 364 + l jour du « Temps hors du Temps » !]

     

    Mais maintenant, « atterrissons-nous » plutôt à cette fameuse et mystérieuse planète « Aar » …  

     

    En allemand ancien,

     

    [et vous voyez bien que ce n'est pas qu'une "Urban Legend", les « Démons » sont réellement polyglottes !]

     

    « Ar ou Aar » = Aigle … C'est donc la « Planète Aigle ou la planète de l'Aigle » … Et vous la connaissez tous …

     

    Puisque c'est celle du « Dieu des dieux » (avec lequel on la confond !) et qui a pour emblème « L'Aigle » [en plus du « Foudre »] à savoir « Zeus » chez les Grecs et « Jupiter » chez les Romains.

     

    LE FOUDRE

     

     

    Autrement dit, me direz-vous, nos « ufonautes » prétendent venir de la Planète Jupiter !? …

     

    Mais ... ("Jean ... Sider" !?)  n'est-ce pas aussi absurde (!) que de rencontrer des extraterrestres en traîneaux dans le midi de la France ? …

     

    Je vous l'accorde très volontiers, je suis bien d'accord avec vous et je partage votre avis...

     

    Néanmoins … ce n'est pas ce qu'ils disent (réellement) car en utilisant le mot « Planète » ... et vous l'avez bien compris ; puisque ces « ufonautes » s'expriment, non pas sur un mode littéral, mais bien sur un mode "analogique" qui est celui du langage métaphorique,

    (celui qui est « l'au-delà !» de la Forme et de son Sens apparent)

    et où le mot « Planète » a bien une autre signification, qui la différencie de celle d'un simple « Astre froid » ou  d'une « Terre/Planète » du Kosmos [qui est son sens "ordinaire" et le plus couramment employé en tant que "Planète" ou "Terre Physique"  !].

     

    Et en effet, le terme Planète possède un second sens, qui est son premier ! (son sens etymologique).

     

    Étymologiquement le mot « Planète » a pour origine l'expression du Grec ancien : « planêtês astêr», qui désigne un « astre en mouvement » ou « astre errant », par opposition aux étoiles, qui apparaissent fixes et immobiles sur la voûte céleste et qui sont elles assimilées, par la Tradition (qui est celle de l'Orden de Chevalerie), aux Archanges et aux Anges du Dieu « Unique en Trois personnes ». 

     

    Faisons donc, dès à présent, le point [fixe !] :

     

    Ces « dieux daímôns » prétendent donc appartenir à la « Sphère » d'un « Astre », qui est en errance ou en « dés-errance » et qui se prend pour le seul « Dieu des dieux », et cet « Astre » c'est celui qui les porte, ou qui leur apporte la « lumière », c'est donc [clairement !] le « Porteur de Lumière » à savoir le célèbre et fameux « Lucifer = du latin lux, « lumière », et ferre, « porter ») ».

     

    [Cest (Bien) Ce Qu'il Fallait Démontrer ! Car si on suit correctement leur mode de « langage métaphorique », ces « ufonautes » s'apparentent, assez bien, à ces « Âmes Vagabondes » extraterrestres envoyées en « pèlerinage » [ou en mission !] sur Terre par leur « Seigneur et Maître Lucifer », qui est l'antique diviseur, à savoir, le "bifide",

     

    qui foudroie (et c'est probablement ce qui est arrivé à Gérard Lamy avec son expérience du « trou noir ») avec sa « Fourche » ou avec son « Foudre » :

    (en forme de zigzag ... qu'arboraient dèjà certaines chemises sombres, brunes ou noires, de la même couleur apparemment que les habits portés par les "Petits Soldats"... "cagoulés" ... de Malvési !),

     

    le cercle [de l'Amour Divin] qui est celui de « l'Unique et Universelle » « Religion = religare signifiant relier ».

     

    (c'est du reste ce que nous « signale », en nous le montrant directement, une des rares « marques » portées par les Ovnis ! Cf. L'observation ovni de en Belgique décembre 1979)]

     

    Ufo - Mark

      

    Pour nous tous, et pour tous ceux qui seraient encore « tourmentés », par quelques doutes, prêtez l'oreille :

     

    afin « d'entendre » plus attentivement l'un des « ufonautes », qui nous confirme, à sa façon ce lien « Luciférien » puisqu'il fait référence directement et précisément à "l'Arctique" …

     

    « et c'est celui-là-même, qui avec une certaine « retenue obséquieuse », sous couvert d'une « réserve distante » (quelque peu méprisante !) a signifié à M. Gérard Lamy que sa « personne propre » ne les intéressaient pas, ou qu'elle n’était pas particulièrement intéressante !)

     

    [c'est là qu'il faut se souvenir que l'enfer, qui est toujours pavé de « fausses bonnes » intentions, et rappeler aussi qu'il est ... parait-il, gelé ! (figé, fixé et pétrifié !)]

     

    Car si ce mot « arctique » qui provient, aussi, du Grec ancien « árktos » et qui signifie « ours », est employé par cet « ufonaute », c'est qu'il est en rapport avec les constellations des Grande et Petite Ours , et c'est sans doute, pour bien nous signifier que l'« Ar » est bien son « axe polaire » ou son « Étoile ou Astre Polaire », autour duquel tourne tout son existence, et la totalité de son « Univers de Daimon ».

     

    [sans négliger que « Arctique » peut se lire ainsi « Ar (L'Aigle)...(et ) C (ses)...Tiques », et que l'Ours était appelé par les Anciens : « l'Homme des Bois ou Coureur des Bois », et comme « par coïncidence signifiante » :

    que font précisément ces « ufonautes » que rencontre M . Gérard Lamy, ce 12 décembre 1987 ? : … sinon courir, eux aussi, les Bois ... ceux de Malvési !]

     

    Mais ce n'est pas tout !...

     

    L'Aar (en allemand Aare) est aussi une rivière de Suisse longue de 288 km, et un affluent de la rive gauche du Rhin. (Trois des quatre centrales nucléaires suisses sont situées sur les rives de l'Aar, la quatrième se trouvant juste après la confluence de l'Aar avec le Rhin.)

     

    Elle prend sa source dans le massif de l'Aar - Gothard à partir des eaux provenant de la fonte des glaciers du Finsteraarhornà 4.275 m d'altitude. Par une dizaine de paliers, elle descend dans sa vallée supérieure. Ensuite elle rejoint les lacs de Brienz puis de Thoune. Son cours se dirige ensuite vers Berne, où la vieille ville a été construite au bord d'un méandre. Un lac artificiel a été créé après à Mühleberg. Plus loin, elle est rejointe par la Sarine, son principal affluent rive gauche, et continue jusqu'à Aarberg, d'où son cours a été modifié par le canal de Hagneck, afin que ses eaux rejoignent le lac de Bienne. À sa sortie, l'Aar continue son cours  vers le nord jusqu'au Rhin dans lequel elle se jette, près de Koblenz, sur une longueur totale de 288 kilomètres... [Cf . Wilkipédia]

     

    Sans vouloir « approfondir » plus avant, les liens, des correspondances et de la signalétique, sur ce thème, 

    (Cf. La Théorie des Signatures ou des « Signes ... qui Assurent ! »)

    nous ferons cependant remarquer [et c'est sans doute ici une des "illustrations" de ce que certains appellent timidement, "pudiquement" ou (si vous préférez)  prudemment la "géographie sacrée" !] que l'Aar est une rivière qui fait bien (doublement !) le lien entre « l'Aigle » et « l'Ours » et qu'elle les associe, puisqu'elle relie les deux villes de Berne et d'Aarberg (Aarberg dont les Armes sont très parlantes : Aar = Aigle et Berg = Montagne ) qui portent respectivement (comme par "Hazard Baltazar" !) les Blasons de « l'Ours »

    (Berne ou Ber = l'Ours ou Verne = l'Aulne [Cf. Le Roy des Aulnes !] ou Berg = Montagne ou Berner = Mettre le pavillon [le "Papillon" !] en Berne ...)

    et de « l'Aigle ».

     

    Les Mauvaises Rencontres

    L'Aigle

     

    Reste à tenter de répondre à la question, des engins bizarres observés par Gérard Lamy, et qu'il décrit comme des « Traîneaux des Neiges » ! (?) …

     

    Ces très curieux « Traîneaux des Neiges », présents ce 12 décembre 1987 dans les bois de Malvési, et utilisés par des Lutins Aliens "seconds" d'un "Faux Père Noël" ou d'un "Vrai Père Fouettard" (à la place des "bonnes et vieilles" Soucoupes Volantes classiques ) ?  ...

    " C'est sûr et certain ... et définitivement ... ils ne viennent pas de Laponie ! "

     

    Quels drôles d'engins vraiment ! …

     

    Hé ! me direz-vous les « Esprits Farceurs » ne sont pas à une facétie près …

    Mais ... bien au contraire … pour ma part, je répondrais qu'ils sont ici,

    et en l’occurrence  : « on peut plus "graves" et sérieux » !

     

    Voyez plutôt :

     

    Le mot « traîneau » provient du latin médiéval tragīnāre, ou dérivé du latin médiéval tragere ou du latin classique trahere, et dont les sens sont : tirer ou solliciter, trier ou tirailler, ou rassembler, ou traîner avec soi ou derrière soi, ou emmener ou charrier, ou entraîner, tirailler, extraire, rassembler, ou se livrer ou s'abandonner au sommeil, ou enlever, ravir, voler ou s'attribuer, s'approprier, revendiquer, absorber, sucer, aspirer, etc.

     

    Vous voyez bien, maintenant, que ce langage « figuré » avec « la mise en scène » visuelle des « traîneaux » exprime et synthétise, à lui seul, tout le plan d'actions mises en œuvre par les « prises d'Abduction » des témoins/cobbayes lors des RR3 et des RR4, qui, décidément, s'apparentent de plus en plus aux « prises de possession » des "candidats/victimes", volontaires ou involontaires, au cours des « rapts ou enlèvements » des « sabbaths » d'antan, où les attiraient et les entraînaient : les « Suppôts et Fidèles de Sathan » …

     

    C'est aussi cette image :

    (ou "Em...Blème" = "Ans...(des)...Blèmes" ! c'est à dire les "Temps" des "Albinos", que sont les "Men In Black" dont le "M" [de "M Le Maudit" !] est la Mark ...

    Cf. "L'Un...Signe" en forme de "M" de l'Ovni/"Airship" observé en Avril, en Illinois, au cours de la "vague" ufologique de 1897, un "bon" siècle avant la "Mauvaise Rencontre" de Gérard Lamy !)

     

    Ufo - Mark

     

    et que nous montre, encore, une autre, des rares « marques ou insignes » portées par les Ovnis, et qui nous suggère, de manière schématisée, à la fois, un « Traîneau » et un « Sabot » …

    le « Sabot » étant aussi un double symbole de l'anarchie et du sabotage. (Cf. Ovni observé au Tennessee USA) :

     

    Ufo - Mark

     

     (autrement dit : c'est tout le programme, annoncé depuis longtemps dans les Saintes Écritures, de « Lucifer » !)

    [ "Sabots...Âges" c'est-à-dire : l'Âge ou les Âges du "Porteur" ou "Porte...Heurts" (le Père...dur...bas...tueur !) au sabot ... ou des "Sabots" ("Tueurs" !)  du "Bouc", qui est l'une des " représentions ou incarnations" des "manifestants" du Diable  au "Sabbath" ou "Sabboth" (en somme les discothèques ou "Boites de Nuit" de la belle époque !)  ]

     

     

     Enfin, terminons "l’exégèse" (provisoire) de cette affaire avec une dernière précision.

     

    Le site de Malvési est une ancienne carrière de soufre exploitée de 1935 à 1953, pour la production de dioxyde de soufre, et que l’exploitation de la mine a laissé sur le site un massif de résidus dans lequel ont été creusés les premiers bassins de l'usine atomique[Cf . Wilkipédia]

     

    (C'est l'usine Areva Malvési de raffinage et de conversion du Yellowcake [un concentré de minerai d'uranium] sous la forme de tétrafluorure d'uranium (UF) située à Narbonne dans la zone industrielle de Malvezy). [Cf . Wilkipédia]

     

    [Comme vous le constatez à votre tour, ce n'est pas d'aujourd'hui, seulement, que nos « Amis » Extraterrestres s'intéressent de près à nos « Affaires Nucléaires », et qu'ils visitent [ou contrôlent ou surveillent ?] nos « sites stratégiques », et pas uniquement avec des « Drones »] …

     

    Mais que fait : La Police !? Le Geipan !? et L'Armée !? 

     

    Il est vrai aussi (à leurs décharges !) que les carrières, mines, grottes et les cavernes ont la réputation (légendaire !) d'abriter ou d'être les "Pouponnières Naturelles" des Nains Farfadets, des Gnomes et des Petits Lutins ...  

     

    Dans ces conditions - et après tout - rien de surprenant, à ce que M. Gérard Lamy y a rencontré des "Démons Extraterrestres ... de Petites Tailles"...

     

    Sans oublier tout de même que depuis le début, vous vous doutiez bien, que toute cette affaire de : Malvézy (ou Monemvasia = l'unique voie, "ou Voix de " Son Maître" !) sentait ... dèjà ... fortement et très abondamment  :

    l'odeur du soufre ! ... Non ? 

    Partager via Gmail

    your comment
  •  

    Pro Gloria

     

     

    Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies ; des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel … 

    Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots …

    Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées."

    (Saint Luc Chapitre 21) 

     

     La Queste de l'Ufologue 

     

    Une enquête ufologique n’est jamais achevée, c’est comme une enquête policière non résolue et prématurément close, ou comme les événements historiques qui s’éclairent différemment avec le recul et la perspective du temps, ou quand la découverte d’éléments nouveaux permettent de ré-ouvrir le dossier et d’approfondir l’étude du sujet selon un éclairage nouveau et le plus souvent inattendu.

     

    S’il veut connaître “l’objet” véritable de son étude, l’ufologue, en plus de son enquête policière, ne peut pas agir autrement que l'historien, l’anthropologue ou l’ethnologue ; il doit s’immerger dans le “milieu” de l’événement ufologique, dans son espace naturel et dans son temps propre et sa chronologie évolutive, c’est à dire dans son contexte réel et dynamique, mais jamais dans son imaginaire ou son pré-supposé personnel.

     

    C’est souvent le plus difficile à réaliser, car très long, et extrêmement délicat, puisque qu’il faut aussi introspecter la sphère privée et familiale des témoins. C’est pourtant ce type de suivi qui a permis de s’apercevoir, par exemple, que de simple RR1 (rencontre rapprochée de type 1) ou RR2 signalaient en réalité des RR3 avec abductions où des “visites en chambre” sur les témoins principaux mais également sur leurs enfants et leurs proches.

     

    Heureusement, la pugnacité, la persévérance, la détermination et le courage de ces chercheurs ufologues, (essentiellement privés et bénévoles !) après 50 ans d’enquêtes et de contre-enquêtes, de recherches, de lectures, d’études, d’analyses, de synthèses et de publications, nous offrent maintenant le fruit inestimable de leurs recherches.

     

    Celui du témoignage du policier Lonnie Zamora à Socorro au Nouveau Mexique le 24 avril 1964 vers 17h45, est à ce titre exemplaire.

     

     Un cas presque (trop) parfait ! 

     

    Ufo - Mark

     

    En ufologie il existe des cas classiques qui sont considérés avec celui de Lonnie Zamora à Socorro comme des «cas bétons» parce qu’ils sont accrédités d’un fort coefficient d’inexpliqué ou d’étrangeté, tout en étant considérés comme représentatifs avec une crédibilité importante.

     

     Voici les faits selon le rapport parmi les plus complets : (Cf.ovnis-direct.com/ovnisocorro.html)

     

     

     L'observation de Socorro : le meilleur cas au monde ?

     

    (Traduction de l'article de Patrick Huyghe (site www.rr0.rg ) paru dans la revue The Anomalist, 8ème numéro, en 2000.)  

     

     Introduction

     

    Aucune histoire d’ovni n’a, plus que celle de Socorro, contribué à convaincre toute une génération que les ovnis n’étaient pas seulement des objets mystérieux parcourant les cieux, mais qu’ils étaient aussi, probablement, pilotés par des visiteurs d’un autre monde. L’affaire de Socorro n’est certes pas le premier cas d’une prétendue rencontre avec des extraterrestres. De telles histoires circulaient alors depuis au moins une cinquantaine d’années. Mais avant que l’observation du policier Lonnie Zamora fasse la Une des journaux, en 1964, les récits de rencontre avec des hommes de l’espace étaient le fait de témoins à la crédibilité et à la réputation discutables. Des histoires qui prêtaient pour le moins à sourire.

     

    L’histoire de Zamora était différente. Il était policier, ce qui faisait de lui un témoin hautement crédible. Dès lors, s'évanouit définitivement le sentiment alors très répandu — y compris parmi les amateurs d’ovnis — selon quoi il y avait quelque chose d’absurde, voire même de ridicule, à propos des humanoïdes. L'association entre ces objets mystérieux, les ovnis, et la présence de petits pilotes venus d'ailleurs, devint alors l'une des composantes essentielles du phénomène.  

     

     L’Événement 

     

    Les cieux étaient clairs et ensoleillés, avec juste quelques nuages épars, cet après-midi du 24 avril 1964, au dessus de Socorro au Nouveau Mexique. Le vent soufflait avec force dans le ciel, pendant qu'au sol, un représentant de la loi filait à vive allure, poursuivant un chauffard au volant d'une Chevrolet noire. Lonnie Zamora, un officier de police de Socorro, conduisait la deuxième voiture de police, une Pontiac blanche de 1964. C'est alors que, vers 17h45, alors qu'il pourchassait le contrevenant, il aperçut une flamme dans le ciel et entendit un rugissement soudain. Pensant qu'un dépôt de dynamite toute proche venait d'exploser, il abandonna la poursuite pour se diriger vers l'endroit d'où semblait venir cette curieuse flamme.

     

    Pendant qu'il roulait, il put voir, à travers ses lunettes de soleil vertes placées par-dessus sa paire de verres correcteurs, cette flamme qui descendait lentement. Elle était de couleur bleue et orange et avait la forme d'un entonnoir, deux fois plus large à sa base qu'à son extrémité et quatre fois plus haute que large. Mais une colline l'empêchait de voir la source de cette flamme.

     

    Ce bruit que Zamora entendait toujours ce qui tenait plus du rugissement que d'une explosion ou d'un réacteur. Pendant qu'il conduisait, fenêtres baissées, sur la route rocailleuse qui menait au dépôt de dynamite, ce bruit passa d'une fréquence élevée à une fréquence basse, en une dizaine de secondes environ.

     

    Mais Zamora eut une difficulté considérable à monter en haut de la colline, à cause de la route en pente raide et rugueuse. Les roues de sa voiture glissaient sur la rocaille instable, et il dût s'y reprendre à deux fois, forcé à chaque fois de faire marche arrière pour relancer le véhicule. A la troisième tentative, il remarqua que la flamme et le grondement avaient disparus, puis il finit par atteindre le haut de la colline de 18 mètres Une fois au sommet, Zamora roula lentement vers l'ouest, sur une route pleine de graviers, sans plus rien remarquer d'anormal pendant 15 à 20 secondes.

     

    Pendant qu'il cherchait du regard le dépôt de dynamite dont il ne se souvenait pas de la situation exacte, il vit soudain un objet brillant, vers le sud, à 240 mètres de distance environ. Il arrêta immédiatement sa voiture et se mit à observer la scène pendant quelques secondes.

     

    Tout d'abord, cet objet lui évoqua une voiture retournée, puis il aperçut deux personnes en combinaisons blanches juste à côté. La « voiture » paraissait toute blanche, comme posée sur le terrain de mousses, et les deux silhouettes avaient l'air normales. Il supposa qu'il s'agissait d'adultes de petite taille, ou bien de grands enfants, qui se seraient amusés à renverser le véhicule. Ils mesuraient environ un tiers de la taille de l'objet, soit 1,20 à 1,37 mètres environ. C'est alors que l'un d'entre eux se tourna vers Zamora, et qu'il parut effrayé.

     

    Pensant pouvoir leur être utile, le policier s'engagea sur la route qui menait vers eux. Sur le chemin, il indiqua par radio au bureau du shérif qu'il était sur le lieu d'un possible accident, dans un arroyo (cours d’eau et plus particulièrement un ruisseau temporaire qui se remplit lorsqu’il pleut dans une région désertique) et qu'il allait bientôt sortir de son véhicule pour examiner la situation de plus près. Toujours en parlant à la radio, il stoppa à 30 mètres  environ de la “voiture retournée”. Mais au moment d'ouvrir sa porte, il fit tomber son micro et dût se baisser pour le ramasser et le replacer sur son support. C'est à ce moment qu'il entendit deux ou trois coups très forts, espacés d'à peine une seconde les uns des autres. C'était comme si quelqu'un ouvrait et refermait violemment la portière d'une voiture.

     

    Avant qu'il puisse se retourner vers la scène, il entendit une nouvelle fois le rugissement, qui augmenta en puissance, évoluant d'une tonalité grave à une tonalité aiguë. Au même moment, il vit la flamme sous l'objet, et réalisa alors qu'il ne s'agissait nullement d'une voiture retournée. L'objet s'éleva à la verticale, lentement, en émettant depuis le centre de sa face inférieure une légère flamme bleutée dont l'extrémité tournait à l'orange. Cette flamme semblait remuer la poussière dans les environs immédiats, mais il n'y avait pas de fumée.

     

    Depuis une distance de 800 pieds (800x0,3048 mètre = 243,84 mètres) environ Zamora eut un bon aperçu de l'objet. Il avait la forme d'un oeuf de couleur aluminium. Pas de porte, ni de hublot, ni aucune autre caractéristique, à part une inscription de couleur rouge. Cette inscription, à la manière d'un insigne, occupait près de 0,76 mètres de large, en plein milieu de l'objet. Lorsqu'il fut à un peu moins d'un mètre au-dessus du sol, Zamora remarqua qu'il semblait être doté de “pieds” à sa base, inclinés vers l'extérieur et qui reposaient sur le sol.

     

    Ufo - Mark

     

    Comme le rugissement ne cessait de s'accentuer, Zamora pensa que l'engin allait peut-être exploser, il se détourna, paniqué, et se mit à courir pour rejoindre sa voiture. Soudain, alors qu'il jetait un regard vers l'objet, il heurta le pare-chocs arrière de sa voiture avec sa jambe, tomba au sol et perdit ses lunettes. Mais il se releva tout de suite et continua à courir vers la crête de la colline. En regardant encore une fois en arrière il vit que l'objet [dont les dimensions ont été estimées de 7 à 6 m sur 2 à 3 m avait l'aspect métallique blanc alluminium ave la forme d'un œuf ovïdes ou d'un ballon de rugby américain] s'était élevé au-dessus de l'arroyo et qu'il était maintenant dans le ciel, au même niveau que sa voiture.

     

    Zamora était si effrayé par le rugissement qu'il comptait bien continuer à grimper la colline, mais le bruit s'arrêta et il entendit à la place un gémissement aigu qui dura peut-être une seconde. Il plongea alors à terre, la face tournée vers le sol, en protégeant sa tête avec ses bras. Dans le silence qui suivit, il se décida à regarder en l'air et vit l'objet partir en direction du sud-est, en ligne droite, à environ 3 à 4,5 mètres du sol. Il passa bientôt à presque un mètre au-dessus du stock de dynamite dont la hauteur était de 2,5 mètres.

     

    Zamora revint alors en courant à sa voiture, tout en gardant un œil sur l'objet qui montait toujours et se dirigeait au loin, au-dessus de la campagne, silencieusement et sans flamme. Il ramassa ses verres correcteurs, mais laissa ses lunettes de soleil au sol, et rentra dans la voiture. Il contacta tout de suite Ned Lopez, l'opérateur radio de la police, et lui dit de regarder par la fenêtre de son bureau. “Qu'est-ce que c'est ?” demanda Lopez. “Ca ressemble à un ballon”, répondit Zamora, qui suivait toujours l'objet des yeux. Il semblait s'élever lentement et “rapetisser” très vite. Après avoir survolé Box Canyon ou Six Mile Canyon Mountain, il disparût simplement.

     

    Zamora donna alors des instructions à Lopez et au sergent M. Samuel Chavez, un patrouilleur d'état du Nouveau Mexique, pour qu'ils le rejoignent. En attendant leur arrivée, il sortit son stylo et fit un croquis de l'insigne qu'il avait vu sur l'objet. Il dessina un demi-cercle au-dessus d'une flèche pointant vers le haut depuis une ligne droite de base (Ray Stanford, a suspecté par la suite que le dessin de Zamora aurait été « changé » par l'enquêteur militaire venu l'interroger, et que Zamora décrivit à l'origine un insigne comme un V inversé au-dessus de 3 lignes parallèles).[Cf. les révélations de Ray Stanford, 50 ans après les faits !?, et qui était à l’époque représentant du Comité National d'Enquêtes sur les Phénomènes Aériens (NICAP), un groupement ufologique privé de haut niveau basé à Washington, D.C.]

     

    Zamora descendit alors jusqu'à l'endroit où l'objet s'était trouvé, et constata que quelques broussailles avait brûlé. Il entendit alors le sergent Chavez l'appeler depuis la radio de sa voiture pour lui demander de préciser sa position. Zamora retourna alors à son véhicule et dit à Chavez de regarder droit devant lui - il se tenait juste là.

     

     L’Enquête 

     

    L'enquête sur l'incident de Socorro commença quelques minutes après la rencontre. Ce sera l'un des incidents d'ovnis les plus étudiés de l'histoire.

     

    Le sergent Chavez de la Police d'Etat du Nouveau Mexique arriva dans sa voiture juste quelques instants après que Lonnie Zamora ait vu l'objet disparaître au loin. Chavez jeta un oeil à Zamora qui était pâle et en sueur. « On dirait que tu as vu le diable… », lui dit-il. « Peut-être bien que je l'ai vu ! », lui rétorqua Zamora. Lorsqu'il mit le patrouilleur au courant de ce qui s'était passé, Chavez fut d'abord sceptique. Il regarda discrètement dans la voiture de Zamora à la recherche d'outils qu'il aurait pu utiliser pour produire ces traces d'atterrissage. Mais il ne trouva rien permettant d'incriminer Zamora.

     

    Lorsque Zamora et Chavez commencèrent à marcher le long de l'arroyo où Zamora avait vu l'objet, ils trouvèrent des traces de brûlures ici et là. De la fumée semblait émaner d'un buisson brûlé, mais il n'y avait ni flamme ni braise. Chavez remarqua que le buisson brûlé était au centre de 4 empreintes triangulaires. Il cassa alors une branche du buisson, mais il était froid au toucher. Les 4 empreintes au sol avaient apparemment été produites par les pieds de ce qui avait atterri là, quoi que ce fût.

     

    Quelques minutes plus tard, le policier d'état Ted V. Jordan, l'adjoint au shérif James Luckie, et l'inspecteur de bétail Robert White, lequel avait entendu la discussion radio entre les policiers, arrivèrent et commencèrent à examiner les lieux. Jordan prit des photographies. A 19h Chavez et Zamora partirent rejoindre les bureaux de la Police d'État. Lorsqu'ils arrivèrent, Zamora parla à l'agent du FBI J. Arthur Byrnes Jr., qui se trouvait être au bureau pour une autre affaire et avait entendu parler de l'incident sur la radio de la police.

     

    Byrnes contacta immédiatement l'officier en charge au centre d'essais de White Sands, qui à son tour contacta le capitaine Richard T. Holder, l'officier militaire le plus proche. Holder arriva à la station 20 mn plus tard, et lui comme Byrnes interrogèrent Zamora. Par la suite ils visitèrent le site en compagnie de plusieurs officiers de police de Socorro. Puis, de retour au poste, Holder appela une police militaire, qui établit un périmètre autour du site le soir-même et, à l'aide de lampes-torches, prirent des mesures et recueillirent des échantillons. A 1h du matin, Holder avait terminé son rapport sur l'incident. Un peu plus tard, il allait recevoir l'appel d'un colonel dans la salle de commandement de l'État-major Interarmées du Pentagone qui voulait être tenu au courant de l'incident sur le brouilleur (NdT : l'émetteur radio codé utilisé pour les communications militaires).

     

    [(?) A mettre sans doute sur le compte de cette supposée “société secrète” ou club réservé d’étudiants de New Mexico Tech, (genre celle Skull and Bones de l’université de Yale) et dont les farces “high-tech” (souvent d’inspiration Alien) étaient soi disant le passe-temps favoris. (Cf. Blog archives Dossiers Secrets)]

     

    L'Air Force entama alors son enquête. Le major Hector Quintanilla, qui était alors directeur du projet Blue Book (Commission d’enquête officielle sur les ovnis aux États-Unis) pour l'US Air Force depuis à peine un an, admit que ce fut un enfer lorsque l'histoire parut dans les journaux, le 25 avril. Les journalistes appelèrent Quintanilla tôt chez lui, de sorte qu'il partit à son bureau immédiatement pour diriger l'enquête. Lorsqu'il y arriva enfin, « les téléphones ne cessaient de sonner », se souvient-il ; pas moins d'une douzaine d'appels en attente pour lui. Mais il ne répondit à aucun. La première chose qu'il voulait faire était de contacter le major William Connor, l'officier enquêteur sur les ovnis à la base aérienne de Kirkland à Albuquerque, au Nouveau Mexique, à 55 miles de Socorro. Bien que Conner lui-même avait peu d'expérience, le sergent David Moody, qui était l'analyste en chef de Quintanilla, se trouvait être en affectation temporaire à Kirkland.

     

    Il fallut des heures pour que l'enquête de l'Air Force démarre vraiment. Un compteur Geiger dût être trouvé ainsi que le photographe de la base. Moody et Conner vérifièrent finalement la radioactivité du site seulement deux jours après l'événement, et les résultats furent négatifs. Ils ne parvinrent pas non plus à trouver une quelconque trace radar du passage de l'objet. Ils obtinrent des copies de l'enquête préliminaire de Holder ainsi que les photographies du site que l'adjoint au shérif Jordan avait prises.

     

    Les échantillons de sol prélevés le soir du 24 avril furent analysés par l'Air Force Materials Laboratory. Une analyse spectrographique achevée le 19 mai sur un échantillon du sol ne révéla aucun matériau étranger. Aucun élément chimique n'avait été trouvé dans le sol carbonisé ou brûlé qui puisse accréditer la présence d'un quelconque système de propulsion. Pas plus que le laboratoire ne trouva de quelconque différence significative de composition entre les échantillons de contrôle et ceux du site. Le laboratoire conclut donc qu'il n'y avait aucun résidu étranger sur le site.

     

    Les médias exerçaient une forte pression sur le Bureau de l'Information de l'Air Force pour avoir une réponse mais, nota Quintanilla, « il n'y avait rien à partir de quoi nous pouvions tirer une conclusion définitive, ou même une évaluation digne de ce nom ». Quintanilla n'avait aucune idée de ce que Zamora avait bien pu voir, mais il était bien déterminé à en découvrir l'origine. Il décida d'envoyer à Kirkland le conseiller scientifique du Blue Book, J. Allen Hynek, l'astronome de l'Université Northwestern.

     

    Parallèlement, le dimanche 26 avril, Jim et Coral Lorenzen de l'Organisation de Recherche sur les Phénomènes Aériens (APRO) de Tucson arrivèrent sur place pour mener leur propre enquête. Ils établirent que les empreintes laissées par les pieds de l'objet couvraient une zone de 8 [8x30,48 = 2,4384 m] sur 12 pieds [12x30,48 = 3,6576 m]. Les empreintes étaient de forme triangulaire et de 3 à 4 pouces de profondeur. Ils notèrent aussi 4 dépressions circulaires, d'environ 4 pouces 1/2 de diamètre et approximativement 3 pouces [3x2,54 cm = 7,62 cm] de profondeur ; empreintes qu'ils supposèrent avoir été faites par l'échelle que les personnages avaient dû utiliser pour entrer et sortir de l'appareil. Quatre autres empreintes avec une petite forme de croissant au milieu furent trouvées là où les personnages se tenaient ; on pensa qu'il s'agissait de leurs traces de pas.

     

    Le mardi 28 avril vit arriver Ray Stanford, représentant du Comité National d'Enquêtes sur les Phénomènes Aériens (NICAP), un groupement ufologique privé de haut niveau basé à Washington, D.C. Stanford, un médium (« psychic ») qui affirmait avoir vu des ovnis lui même à de nombreuses reprises, rencontra Zamora, visita le site et recueillit sur le sol ce qui lui semblait être des éraflures métalliques sur une roche, dans l'une des dépressions du sol, là où l'objet avait atterri. Une analyse ultérieure par des scientifiques du Centre de Vol Spatial Goddard à Greenbelt, dans le Maryland, révéla que le matériau était juste de la silice - c'est-à-dire rien que du sable. Mais Stanford préféra insister sur le fait que le scientifique qui avait procédé à l'analyse lui avait initialement affirmé que les éraflures étaient un alliage de zinc et de fer différent de tous ceux connus sur Terre, laissant à penser que l'objet de Socorro était un appareil extraterrestre.

     

    De nombreuses personnes enquêtèrent sur l'incident de Socorro, mais probablement personne ne fit un travail aussi approfondi que Ray Stanford, qui publia le seul ouvrage consacré à ce cas, Socorro Saucer in a Pentagon Pantry (Blueapple Books, Austin, Texas, 1976). Malgré son ampleur, l'enquête de Stanford est considérablement teintée d'une attitude quasi-paranoïaque, largement répandue à l'époque, au sujet d'une supposée politique du secret de l'Air Force sur les ovnis. Stanford était ainsi convaincu que les autorités avaient tenté de dissimuler leur intérêt et leur implication dans le cas de Socorro, et de cacher des indices. En fait, l'agent du FBI Arthur Byrnes demanda que son nom ne soit pas mentionné en tant que participant à l'enquête de Socorro. Byrnes demanda aussi à Zamora de ne pas mentionner avoir vu les deux personnages associés à l'objet. Et le capitaine Holder suggéra à Zamora qu'il ne parle du symbole qu'il avait vu sur le côté de l'appareil à personne d'autre que les enquêteurs officiels.

     

    Ufo - Mark

     

    Plus tard, Stanford apprit par James McDonald, un physicien de l'atmosphère de l'Université d'Arizona, qu'une chimiste radiologue du Public Health Service de Las Vegas avait analysé les matériaux recueillis à Socorro, dont du sable vitrifié recueilli sur le site d'atterrissage. Mais il semble que des personnes de l'Air Force vinrent récupérer toutes les notes et les matériaux de cette chimiste, en lui demandant de ne plus en parler. L'Air Force avait aussi récupéré les photographies du site d'atterrissage prises par Ted Jordan après le départ de l'objet, sans jamais les lui rendre. Pour quelle raison ? Parce qu'elles auraient été abîmées, apparemment irradiées.

     

    Lorsque l'astronome Hynek arriva à Socorro pour le compte de l'Air Force, il y avait peu de choses qu'il puisse faire pour ajouter à l'effort d'enquête déjà mené. Zamora reconstitua l'épisode entier pour Hynek, qui erra également loin du lieu de l'incident, à la recherche de traces d'atterrissage similaires dans la zone, sans en trouver aucune. Les traces elles-mêmes ne faisaient que 2 ou 3 pouces de profondeur, elles étaient sablonneuses, argileuses et tassées (« hard-packed »), et semblaient avoir été écopées (« scooped out »), comme si un énorme dispositif mécanique s'était positionné là avec une certaine douceur. Hynek observa personnellement certains des buissons épineux carbonisés dans le voisinage immédiat de l'incident.

     

    Hynek décida de se focaliser sur le caractère et les relations des personnes impliquées, Zamora en particulier. Il espérait invalider le témoignage de Zamora d'une manière ou d'une autre, mais cet effort échoua. « Mon opinion est qu'un événement réel, physique a eu lieu dans la périphérie de Socorro cet après-midi-là… », conclut-il.

     

    Dans le même temps Quintanilla procédait à ses propres vérifications. Il appela le Centre de Contrôle des Ballons de la base aérienne de Holloman au Nouveau Mexique, afin de vérifier l'activité des ballons dans la région au moment de l'incident. Avec sa secrétaire Marilyn Beumer Stancombe, ils appelèrent toutes les stations météo et les bases de l'Air Force du Nouveau Mexique. Ils examinèrent également la possibilité d'une activité d'hélicoptère et les vols d'appareils gouvernementaux et privés dans l'état, susceptibles d'apporter une explication à l'observation de Zamora.

     

    Mais toutes ces vérifications se révélèrent négatives. Il n'y avait eu aucun hélicoptère, aucun ballon ni aucun appareil non-identifié dans la région, et les installations radar de Holloman et Albuquerque n'avaient observé aucun « blip » inhabituel. En outre, le site radar le plus proche de Socorro, le Holloman Moving Target Indicator Radar, ait été éteint ce jour-là à 16h. Désespéré, Quintanilla appela même la division reconnaissance du Pentagone et le Service d'Immigration. Finalement, en dernier recours, il décida de vérifier même auprès du Poste de Commandement de la Maison Blanche. Mais c'était une impasse là aussi - un général informa Quintanilla que la seule activité qu'ils avaient eue dans la zone était des vols de U-2, le premier avion espion de haute altitude de l'Amérique à l'époque.

     

    Après des jours à vérifier une chose puis une autre, Quintanilla finit par recevoir le rapport de Hynek sur Socorro. Mais celui-ci n'ajoutait pratiquement rien au rapport que Connor et Moody avaient rédigé. En fait, Quintanilla était furieux contre Hynek, car ce dernier avait « soufflé sur les braises » à l'occasion de ses conférences de presse. « J'étais déterminé à résoudre le cas envers et contre tout », notera Quintanilla. Comme Hynek, il était convaincu qu'un véritable appareil physique s'était trouvé là. La question était : était-ce extraterrestre ou de fabrication humaine ?

     

    Quintanilla suspectait que la solution puisse se trouver dans un quelconque hangar de la base aérienne de Holloman. Après avoir tiré quelques ficelles au Pentagone, il prit lui-même l'avion pour Holloman afin d'interroger longuement le commandant de la base. Sa visite dura quatre jours, Quintanilla parla à tout le monde et fit des recherches d'un bout à l'autre de la base. Il passa même un autre jour avec les contrôleurs, les plus bas dans l'échelle hiérarchique, de la zone de missiles de White Sands. Mais il dût repartir, convaincu que la réponse au mystère de Socorro ne résidait finalement pas dans la base d'Holloman.

     

    Sur le chemin du retour, à la base aérienne de Wright Patterson dans l'Ohio, Quintanilla aboutit à une autre solution potentielle au mystère de Socorro : Zamora aurait-il pu voir un prototype du module d'atterrissage lunaire, qui était alors en cours de test ? Il demanda à être informé sur le sujet, les recherches sur le module lunaire du programme Apollo étant menées justement à Wright Patterson. Il passa beaucoup de temps à suivre cet piste, et pour de bonnes raisons. C'était une excellente supposition.

     

    Fin 1962 la NASA avait sélectionné la société Grumman pour fabriquer cette pièce de matériel cruciale pour la course à la Lune de l'Amérique. Le contrat fut signé le 14 janvier 1963 et Grumman passa les trois premiers mois à mettre au point une forme externe acceptable pour le véhicule. On mit beaucoup d'attention à imaginer à quoi la surface de la Lune ressemblerait et comment on pouvait concevoir un atterrissage en toute sécurité. Les concepteurs réalisèrent qu'ils n'avaient pas besoin d'un véhicule aérodynamiquement profilé, comme cela aurait été nécessaire dans l'atmosphère terrestre. L'appareil ne devant opérer que dans le vide spatial, il pouvait avoir une apparence aussi maladroite qu'il était nécessaire. Et comme l'appareil de Socorro, ce serait un véhicule conçu pour deux hommes.

     

    La NASA décida que les systèmes de propulsion du module seraient testés à White Sands, et prévoyait également de tester le module lunaire en vol au Nouveau Mexique, si l'on en croit une étude historique du programme par la NASA. Mais au fil des années, la conception du module lunaire changea considérablement, et à la fin Grumman aboutit avec une sorte d'énorme insecte aux pattes d'araignée, assez différent de ce que Zamora avait vu au Nouveau Mexique en 1964.

     

    Dans sa quête, Quintanilla écrivit même à toutes les sociétés impliquées dans la recherche opérationnelle sur le module lunaire, mais toutes leurs réponses furent négatives. Aucun prototype de module lunaire n'était encore opérationnel en avril 1964.

     

    A la fin, Quintanilla, forcé de se prononcer sur le cas, le qualifia de “non-identifié.” Il le fit bien que pensant que de nombreux éléments essentiels du cas manquaient, « des éléments impondérables (« intangibles ») impossibles à vérifier ». En 1966, dans les pages d'un magazine intitulé Studies in Intelligence, Quintanilla affirme ne pas douter une minute de la fiabilité de Zamora : « Un officier de police sérieux, un pilier de son église, et un homme bien versé dans la reconnaissance des véhicules aériens dans cette région. Il est intrigué par ce qu'il a vu et, franchement, nous le sommes tout autant. Il s'agit du cas le mieux documenté de nos archives, et nous ne sommes toujours pas parvenus, en dépit d'une enquête approfondie, à trouver le véhicule ou tout autre stimulus qui pu ainsi effrayer Zamora au point de le paniquer. »

     

    Ufo - Mark

     

     Témoins concordants 

     

    Déterminée comme elle l'était à se débarrasser du cas (« to explain away »), l'Air Force n'essaya pas vraiment de retrouver d'autres témoins de l'événement de Socorro. Mais d'autres virent apparemment l'objet de Zamora, dont 2 hommes de Dubuque, dans l'Iowa, dont le témoignage, cependant, se révéla par la suite douteux. Le soir de l'incident, le dispatcher de la radio de la police reçu 3 signalements d'habitants prétendant avoir vu une flamme de lumière bleue dans la zone, mais il ne consigna pas leurs noms dans le registre des appels. Une chaîne de télé d'Albuquerque aurait aussi reçu un appel, juste avant 17h30, d'une personne déclarant avoir vu un ovni en forme d'oeuf qui voyageait en direction du sud, vers Socorro. Mais encore une fois le nom du correspondant ne fut pas conservé. Deux femmes de la périphérie sud de Socorro déclarèrent avoir entendu le bruit de rugissement associé à l'objet, mais sans jamais voir l'objet lui-même.

     

    Deux jours après l'incident, Opel Grinder, le responsable de la station service des Frères Whitting, raconta une histoire fascinante, bien que non étayée. Grinder raconta qu'un groupe de touristes - un homme, sa femme et 3 garçons - s'était arrêté à sa station en fin d'après-midi et avait fait mention de « cet appareil volant bien bas près du sol près d'ici». Lorsque Grinder répondit qu'il y avait beaucoup d'hélicoptères dans la région, le touriste commenta : « C'était un drôle d'hélicoptère alors, si c'en était un ». L'objet avait survolé leur voiture, en se dirigeant apparemment tout droit vers l'arroyo où Zamora avait fait sa rencontre. L'homme ajouta même avoir vu une voiture de police - probablement celle de Zamora - qui se dirigeait vers la colline. Malheureusement, ce temoin ne revint jamais s'identifier après que l'observation de Zamora ait été rendue publique.

     

    Des années plus tard, d'autres témoins se firent connaître. Robert Dusenberry, qui travaillait pour la Socorro Electric Corporation, déclara avoir vu le départ de l'objet avec 2 autres hommes alors qu'ils roulaient le long du « site d'atterrissage ». Plusieurs heures après l'incident, un sergent-chef de la Stallion Range Station voisine de la zone d'essais de missiles de White Sands repéra une lueur bleue dans le ciel. Alors que celle-ci s'intensifiait, le moteur de sa voiture s'arrêta et son système électrique tomba en panne. Après que la lueur ait disparu, il fut à nouveau capable de démarrer sa voiture. La lueur était apparue au sud-ouest, exactement la direction où l'objet se dirigeait lorsque Zamora le perdit de vue.

     

     La seule suspicion de canular … (the sole voice of hoax) 

     

    Une seule personne, à Socorro, pensa qu'en fait Zamora avait fabriqué toute l'histoire, et cet honneur douteux revient à Felix Phillips. Phillips vivait près du site d'atterrissage et se trouvait chez lui avec sa femme au moment de l'incident. Ils vivaient si près, en fait - juste à un millier de pieds de distance - que Phillips jugeait qu'il aurait dû entendre l'énorme rugissement dont Zamora avait parlé, en particulier parce que Zamora avait prétendu l'avoir entendu à 4000 pieds de distance, et par-dessus le bruit de sa propre voiture lancée à pleine vitesse. Cependant, bien que Phillips ait eu plusieurs de ses fenêtres ouvertes cet après-midi-là, ni lui ni sa femme n'entendirent aucun son…

     

    Phillips fut la seule personne à considérer Zamora comme l'auteur d'un canular. Mais Hynek jugea l'accusation inacceptable : le memo officiel de Hynek sur l'incident précise : « Phillips était directement en vent arrière depuis la coulée, il y avait un vent sud-ouest qui soufflait très fort, et la coulée est sur le versant opposé de la colline d'où Phillips écoutait. Ceci, bien sûr, peut faire une énorme différence dans la capacité à entendre. »

     

    Au fil des années, aucune autre suggestion de canular n'a été formulée. « Il est honteux de s'en prendre à quelqu'un d'aussi honnête que Lonnie Zamora », dit aujourd'hui l'enquêteur Ray Stanford, « Cet homme est honnête du matin au soir. »

     

    [Cependant une autre théorie explicative proposée plus récemment propose celle d'une autre farce (faite au dépend de Lonnie Zamora) à base de pyrothecnie et ballon + gaz inflammable (tout ça sur un sîte de stockage de dynamite ?!) élaborée et réalisée par un club réservé d’étudiants qui serait une sorte de “société secrète d’étudiants” de New Mexico Tech (genre celle “Skull and Bones” de l’université de Yale et dont les “bonnes mauvaises” blagues, souvent d’inspiration Alien, étaient paraît-il le passe-temps favoris ?), et dans laquelle aurait travaillé Lonnie Zamora avant de devenir policier municipal. (Cf. Blog archives Dossiers Secrets)]

     

     Théories et explications 

     

    Tout le monde pense que Zamora a bien vu quelque chose. Mais qu'est-ce que c'était ? En dépit de la propre conclusion de l'Air Force, les sceptiques, comme Donald Menzel, un astronome de l'Université de Harvard et le « déboulonneur » (« debunker ») d'ovnis le plus influent de l'époque, pensait que quelqu'un avait dû faire une blague à Zamora. Le scénario de Menzel, très élaboré, impliquait des jeunes du lycée utilisant un ballon et divers produits chimiques pour « jouer un tour » à l'officier de police, pour une raison ou une autre. Quelques années plus tard, cependant, Menzel changeait d'avis :

     

    peut-être Zamora avait-il vu finalement un « diable des poussières » (« dust evil »)

     

    (NdT : Les « dust evils » sont de grands tourbillons de poussière qui apparaissent dans les étendues désertiques, produits par le vent.) 

     

    Initialement, Philip Klass, un rédacteur du magazine Aviation Week and Space Technology, pensa que Zamora avait vu un phénomène de plasma lié aux lignes électriques à haute tension avoisinantes. Mais lui aussi changea d'avis des années plus tard, et en vint à croire que Zamora avait conspiré avec le maire, lequel possédait la propriété sur laquelle l'incident avait eut lieu, afin de fabriquer cette histoire d'ovni et d'attirer les touristes. Si c'est bien le cas, cela n'a pas marché.

     

    La plupart des gens à Socorro pensaient que l'objet que Zamora avait vu était probablement un prototype expérimental secret. Ce fut aussi l'opinion de l'ufologue Jacques Vallée. Le détail de l'insigne vu par Zamora sur l'objet accréditait cette thèse.

     

     L’Insigne de quoi peut-il bien s’agir ? 

     

    Ufo - Mark

     

    Cet insigne qu'il se souvient clairement avoir vu sur le mystérieux objet ovoïde est sans doute l'aspect le plus déroutant de l'observation de Zamora. Il est assez rare que les signalements d'ovnis mentionnent quelque inscription que ce soit. En fait, de telles inscriptions constituent une caractéristique particulière des appareils de fabrication humaine. Et ils ont un but précis : permettre l'identification. En théorie, il serait sans doute possible de déterminer l'origine de l'appareil si nous pouvions faire correspondre les inscriptions décrites par Zamora avec un insigne connu.

     

    La description des inscriptions par Zamora évoquèrent à J. Allen Hynek un marquage de bétail typique, mais, à l'évidence, ce n'était pas une vache qu'avait vu Zamora. Jacques Vallée, qui travaillait étroitement avec Hynek à l'Université Northwestern en 1964, pensait pour sa part que l'insigne ressemblait beaucoup au logo de la société Astropower, une filliale de la Douglas Aircraft Corporation. Il avait trouvé le logo dans une publicité d'un numéro spécial informatique des Actes de l'Institut des Ingénieurs Radio, daté de janvier 1961. L'insigne rendit Vallée suspicieux. Il n'avait jamais entendu parler d'un signalement de soucoupe authentique dans lequel un insigne aurait été vu sur le côté de l'engin. Il se demanda alors si l'appareil de Socorro n'aurait pas pu être un prototype militaire quelconque. Tout comme Quintanilla, Vallée suspecta en outre qu'il puisse s'agir d'un prototype du module lunaire. [D’autant que la base de White Sands Missile Range se situait à proximité immédiate de Socorro, ils pensèrent donc qu'il pouvait s’agir d’une excursion de module lunaire (LEM)]

     

     Haut, haut et loin ! (up, up and away !) 

     

    Larry Robinson pense savoir ce que Lonnie Zamora a vu ce jour-là. Quelque part entre 1965 et février 1967, Robinson, aujourd'hui ingénieur à l'université d'Indiana, se souvient avoir lu un article de magazine à propos d'une séries de vols d'un ballon à air chaud à travers plusieurs états. Une carte montrait les points d'atterrissage du ballon. Une petite anecdote racontait une aventure amusante sur le trajet :

     

    « l'équipage fit une rencontre avec un représentant des forces de l'ordre qui avait visiblement l'intention de tirer sur l'engin, ou même de tirer sur eux. Il paraissait véritablement effrayé par ce ballon. Ils découvrirent ensuite que le policier avait cru voir un vaisseau spatial. »

     

    Hélas, Robinson ne parvint jamais à retrouver cet article.

     

    Puis, en mars 1967, Robinson acheta le numéro spécial du magazine Look consacré aux soucoupes volantes et, pour la première fois, il lut le récit de l'observation de Socorro. Le nom de Socorro lui était familier parce qu'il l'avait vu récemment sur la carte publiée avec l'article du magazine.

     

    En juin 1968 Robinson vit pour la première fois les inscriptions que Zamora avait décrites et il se souvint immédiatement d'une publicité qu'il avait vue dans un autre magazine en 1963 ou 1964, et qui montrait un ballon appartenant à, ou sponsorisé par, la société International Paper. Leur logo était un cercle avec une flèche pointant vers le haut, constituée des lettres “I” et “P”. Mais il écarta l'explication d'un ballon, pensant, à l'époque, que les ballons ne pouvaient être aussi bruyants que l'engin décrit par Zamora.

     

    Puis un jour de l'été 1976 Robinson entendit son chien aboyer, puis un rugissement très fort au dehors. Lorsqu'il sortit dans son jardin, il vit un objet rond à environ 200 pieds d'altitude. C'était un ballon à air chaud piloté, propriété d'un établissement vinicole local. Le ballon rugit à nouveau et il vit la flamme qui sortait du brûleur pour faire s'élever la ballon. Lorsque Robinson relut le récit de Socorro en février 1996, tout semblait concorder.

     

    « Tous les effets observés collent parfaitement avec un ballon », conclut Robinson, qui remarque qu'en 1964, ces ballons de sport à air chaud ne dataient que d'un ou deux ans. « Lorsque le ballon a atterri, les pilotes ont stoppé le brûleur par sécurité. Ils avaient probablement la plate-forme triangulaire et plate utilisée à cette époque, avant 1966, qui laissa trois marques sur le sol. «puis un stand l'équipage mis en place ou dû retenir l'anneau de la bouche du ballon afin de la garder ouverte. En faisant cela ils firent probablement les quatre marques ainsi que les empreintes de pas. Ils rallumèrent alors le brûleur (les coups entendus par Zamora) et remplirent à nouveau l'enveloppe. Le brûleur émet des souffles sur les côtés lors du remplissage jusqu'à ce que le ballon s'élève, ce qui mit probablement le feu aux broussailles. Avec dans les parages un policier donnant l'impression d'être un peu dingue, et qui se cachait pour arriver vers eux, ils n'ont certainement pas tardé à décoller pour fuir droit vers le ciel. » 

     

    Robinson pense que l'insigne que Zamora avait vu sur l'objet n'était autre que le logo de la International Paper Corporation et que l'objet était un de leurs ballons. Mais une vérification auprès du siège d'International Paper, à Rye dans l'état de New York, ne permit pas de confirmer cette hypothèse :

     

    Le logo de la société, qui ressemble effectivement à ce que Zamora avait vu, ne fut pas utilisé avant 1968, quatre ans après l'incident de Socorro. Et il n'était pas rouge, contrairement à ce que Zamora avait décrit. (La société en question existe toujours aux États-Unis, on peut constater qu'elle utilise toujours le logo adopté en 1968, en lettres blanches sur fond bleu, sur son site internet).

     

    « Je pense savoir ce qui s'est passé », répond Robinson. « Dans les courses de ballons, les emblèmes doivent être lisibles depuis assez loin pour pouvoir identifier la société. Les responsables ont dû penser que le précédent logo de International Paper n'aurait certainement pas suffit à cette identification. C'est à ce moment que le nouveau logo a dû être mise au point. Ou alors, quelqu'un d'autre devait avoir un logo semblable. » 

     

    Ufo - Mark

     

    Ou bien, ce ballon aurait-il pu être un projet militaire secret ? Un article de Peter Stekel sur Don Piccard, le pionnier des ballons, indique : « Au cours de ses années à Raven (Industries), entre 1962 et 1964, Piccard consacra toute son énergie à promouvoir les Vulcoons, des ballons thermiques à passager unique. En insistant sur son absence d'accréditation de sécurité à l'époque, Piccard raconte qu'il travailla strictement sur les ballons de sport et qu'il n'eut aucun rapport avec les contrats militaires de Raven… En se remémorant ces jours à Raven, Piccard est d'avis que la division des ballons sport de la compagnie était en réalité une couverture pour les applications militaires de ballons :

     

     “Le programme de ballon sport, auquel la direction de Raven Industry ne croyait pas, ne faisait finalement qu'entretenir cet homme un peu fou (was strictly getting this crazy guy) passionné par les ballons, qui faisait une superbe couverture. Et donc, le jour où l'un de ces autres ballons (ceux des essais militaires, NdT) serait aperçu, il évoquerait juste un de ces aéronautes sportifs.' Lorsque la Marine mit fin à son contrat avec Raven, le programme de ballons sport s'arrêta aussi. C'était en décembre 1964.”

     

     Un design avec des « Pieds » 

     

    On peut déduire des informations sur l'appareil de Socorro d'après les traces qu'il a laissé derrière lui dans le ravin du désert. L'objet laissa quatre empreintes de « pads d'atterrissage », arrangées de manière asymétrique. Trois des empreintes, équilatérales, faisaient 1 ou 2 pouces de profondeur en leur centre, avec un monticule de terre de 2 pouces de haut expulsé vers l'extérieur ; la quatrième empreinte n'avait qu'un pouce de profondeur et était moins nette. Il a été estimé qu'il faudrait la tranquille pression (« the gentle setting ») d'au moins une tonne pour produire chacune des marques laissées dans ce type de sol du désert. Le véhicule lui-même, alors, devait peser entre 4 et 10 tonnes.

     

    Plus particulier, cependant, est l'arrangement des quatre marques sur le sol. Elles suggèrent une figure quadrilatérale avec une distance allant de 9 pieds 7 pouces 1/2 à 13 pieds 2 pouces 1/2 entre chaque empreinte. De manière significative, lorsque des lignes sont tracées entre les empreintes opposées, elles coupent le centre à des angles de 90°. Une analyse d'ingénierie minutieuse par William T. Powers en 1968 montra que les diverses mesures sont cohérentes entre elles. De plus, Powers montra que si le centre de gravité de l'objet était directement au-dessus de la marque de brûlure du centre, alors un poids égal aurait été supporté à chaque point médian des lignes tracées entre les quatre pads d'atterrissage - en supposant que le lien entre les “pieds” était souple.

     

    « Nous devons conclure », écrivit Powers dans la Flying Saucer Review, « que tout plaide en faveur d'un véhicule ayant atterri près de Socorro, sur 4 pieds. » Powers fut surpris de constater que les pads d'atterrissage semblaient avoir été placés de manière utile pour ceux utilisant l'engin (les empreintes de pas, et vraisemblablement la porte, sont situés près de la marque qui semble la plus “mal placée”) plutôt qu'en fonction de règles de symétrie trop strictes. « Et cela », nota Powers, avec un étonnement considérable, « sans sacrifier aux nécessités d'une bonne ingénierie ».

     

     A propos de Lonnie Zamora

     

    A l'époque de l'incident, Lonnie Zamora avait 31 ans, il était trapu, portait des lunettes, et officiait depuis plus de dix ans dans les forces de police de Socorro au Nouveau Mexique. Autour de lui, personne n'a douté qu'il avait effectivement vu quelque chose en ce jour fatidique du 24 avril 1964, et il eut toujours droit à tous les éloges. Pour son superviseur, le chef de la police Polo Pineda, Zamora était « un bon gars », une expression qui illustre bien l'opinion générale (« covers a lot of ground ») parmi les officiers de police. Le Dr. Lincoln La Paz, qui à l'époque dirigeait l'Institut des Météorites de l'Université du Nouveau Mexique à Albuquerque, connaissait Zamora depuis une quinzaine d'années. Pour La Paz, c'était un homme honnête et fiable. Le sergent Sam Chavez de la Police d'Etat, avait la plus haute considération pour la fiabilité de Zamora et son intégrité incontestée. Il le connaissait comme un homme sobre et dédié à son travail. Et, en toute logique, sa dernière rencontre avec l'alcool remontait à deux ou trois bières un mois auparavant.

     

    Le véritable nom de Lonnie Zamora est Dionicio Zamora. Il est né à Magdalena, au Nouveau Mexique, le 7 septembre 1933. A l'âge de 17 ans, il rejoint la Garde Nationale du Nouveau Mexique et sert pendant 24 ans. Bien qu'il ne vit jamais le combat, il participa aux interventions lors des émeutes de prison des années 1980. Zamora rejoignit le département de police de Socorro en tant qu'officier à mi-temps en 1951 et passa à plein temps à l'âge de 21 ans.

     

    L'un des incidents d'ovni les plus significatifs de tous les temps devrait logiquement changer un homme pour toujours. Était-ce bien le cas ici ? Je décidais de le découvrir. Retrouver Zamora fut assez facile. Il vivait toujours dans la même ville. Son numéro de téléphone était le même qu'il y a un quart de siècle. Et à l'âge de 66 ans, il travaillait toujours. Il montra quelque réticence à discuter.

     

    Il tenta tout d'abord de me dissuader. « je ne me souviens plus de ça aujourd'hui », me dit-il, « et puis je ne fais plus d'interviews ». Mais il était trop gentil et aimable pour insister et il voulut bien répondre à mes questions, bien que brièvement. Zamora se montra tout à fait sincère, bien qu'il soit clairement toujours aussi déconcerté aujourd'hui qu'il le fut alors, 35 ans plus tôt.

     

    Je commençai ma brève interview avec une question sur la durée de la rencontre. La littérature prétend que moins de deux minutes s'écoulèrent entre le moment ou Zamora vit la flamme pour la première fois et la disparition finale de l'objet dans le ciel. Mais cela me sembla être une durée bien trop brève pour inclure tout l'épisode, y compris ses trois tentatives successives de faire grimper sa voiture de police en haut de la colline. Je lui demandai donc s'il se souvenait de la durée que prit son observation :

     

    « Oui, je me souviens… Oh, je dirais que c'était six ou sept minutes environ. »

     

    ·       Lorsque vous avez réalisé que l'objet n'était pas une voiture renversée, qu'avez-vous pensé que c'était ?

    ·      Je ne sais pas. Je n'ai rien pensé. J'ai juste couru, je n'ai pas… Je n'ai pas… J'étais tellement effrayé, je n'ai pas pensé.

     

    ·      Qu'est-ce qu'il y avait de si effrayant ?

    ·      Le bruit. L'apparence de l'objet.

     

    ·      Que pensez-vous, aujourd'hui, de ce qui est arrivé, il y a 35 ans ?

    ·      Je ne sais pas. Je n'y pense pas beaucoup. Je ne vais pas là-bas. Je ne parle plus de ça. Mais les gens m'appellent toujours.

     

    ·      Cet incident a-t-il grandement affecté votre vie ?

    ·      Ca n'a pas du tout affecté ma vie. C'est juste quelque chose qui est arrivé, et j'ai juste continué mon chemin après.

     

    ·      Combien de temps avez-vous travaillé au département de police ?

    ·      Quinze ans au total. Mais seulement pendant deux ans après l'incident et puis je suis parti. J'ai été transféré aux remblais, vous savez, remblayer la terre. C'est ce que je fais encore aujourd'hui.

     

    ·      La ville de Socorro a-t-elle changé depuis l'incident ?

    ·      Non, pas du tout. C'est toujours une petite ville, rien de plus.

     

    ·      Que pensez-vous avoir vu ce jour de 1964 ?

    ·      Je ne sais toujours pas. Ce n'était rien qui venait d'ici par contre. C'était quelque chose qui venait d'un autre endroit, je suppose. Je ne pense pas que c'était un projet secret ni rien comme ça.

     

    ·      Mais les deux personnes que vous avez vu se tenant à côté de l'objet, ils avaient l'air plutôt normaux, non ?

    ·      Je n'ai pas vu de personnages. J'ai juste pensé les avoir vu au loin là-bas, comme ça. En fait je ne les ai pas vus. J'ai pensé avoir vu des combinaisons, mais en fait que ne les ai pas vues.

       (deux heures après l'incident, lorsque Zamora fut interrogé pour la première fois par l'agent Byrnes du FBI, on lui dit qu'il serait mieux qu'il ne mentionne pas avoir vu les petits personnages en blanc, parce que personne ne le croirait. Plus de trois décennies plus tard, Zamora admettait difficilement à des étrangers avoir effectivement vu ces personnages.

       Les a-t-il vraiment vus ?)

     

    ·      Avez-vous jamais compris ce qu'étaient ces inscriptions sur l'objet ?

    ·      Non, je n'ai jamais trouvé. Personne, je pense.

     

    ·       Quelqu'un a récemment essayé d'expliquer votre observation en affirmant qu'il y avait une course de ballons à air chaud à l'époque, et que ce que vous avez vu était un des ballons faisant une brève halte. Que pensez-vous de cette idée ?

    ·       Les gens disent toutes sortes de choses. A l'époque, tout le monde savait ce que c'était, tout le monde avait une explication. Ils ont dit que c'était un 'pogo' (un appareil à décollage et atterrissage vertical) ; que c'était un ballon à air chaud ; que c'était un vortex, vous savez, un de ces entonnoirs qui descendent. Ils ont dit beaucoup de choses, mais je sais ce que j'ai vu. Et ce n'était pas un de ces trucs.

     

    ·      Avez-vous vu quoi que ce soit d'autres de semblable depuis ?

    ·      Non.

     

    ·      Croyez-vous à une vie extraterrestre ?

    ·      Je ne sais pas. Peut-être. J'ai vu quelque chose, mais je ne sais pas ce que c'était.

     

    ·      Que pense votre femme de tout çà ?

    ·      Elle pense que je suis fou. (rires)

     

    ·      Mais toutes les femmes disent çà de leurs maris...

               C'est bien vrai ça ! (rires)

     

    Ufo - Mark

     

     Conclusion 

     

    L'incident de Socorro reste l'un des cas d'ovnis les plus remarquables de tous les temps. Enquêté de manière intensive et analysé en profondeur par certains des esprits les plus brillants de l'époque, il constitue notamment le seul cas inexpliqué de Blue Book impliquant un appareil posé à terre et ses occupants.

     

    Plusieurs facteurs placent ce cas au-dessus de la moyenne des observations d'ovnis. Le témoin principal était un policier, et un individu hautement digne de confiance. Un certain nombre de témoins secondaires déclarent également avoir observé telle ou telle partie de l'événement, qui eut lieu, de manière notable, à faible distance et en plein jour. Mais, peut-être le plus important, l'événement laissa derrière lui des indices physiques, des trous dans le sol et des broussailles carbonisées, qui suggèrent fortement qu'un objet physique a bien été présent à l'endroit supposé de l'atterrissage. Un autre facteur qui jette sur ce cas une lumière favorable est ce qui arriva immédiatement après l'observation. A peine l'objet avait-il été perdu de vue qu'une enquête fut entamée, la première d'une longue série.

     

    En somme, il y a peu de doutes dans l'esprit de quiconque qu'un objet réel fut impliqué. Mais qu'était-il ? De nombreuses personnes furent convaincues qu'il s'agissait d'une arme militaire secrète ou d'un appareil de la NASA qui fit un bref atterrissage d'urgence. Mais malgré ses recherches aux niveaux les plus hauts placés, le directeur du Projet Blue Book, Quintanilla, ne parvint jamais à confirmer cette hypothèse. Et, certainement, même si le secret lui avait été caché à l'époque, il serait probable que nous le saurions aujourd'hui, plus d'un quart de siècle après l'événement. Mais rien de semblable n'a émergé des coffres noirs du Pentagone.

     

    Pouvait-il simplement s'agir d'un ballon à air chaud faisant un arrêt momentané, comme le suggère l'ingénieur Larry Robinson ? C'est possible. Après tout, comme l'avance à raison Robinson, Zamora lui-même dit que l'objet lui évoquait un ballon. Mais plusieurs détails militent contre cette explication. D'abord, Zamora ne vit pas de nacelle, de gondole ou de plate-forme sous le ballon lui-même, ni de cordages d'ailleurs, et les flammes qu'il vit sortaient de sous l'objet, et au milieu, en brûlant vers le bas. De plus, Zamora paniqua clairement à la vue de cet objet ; dans ses 13 années comme officier de police il n'avait jamais rien vu de tel. Robinson insiste sur le fait que le ballon à air chaud moderne n'avait que 2 ans d'existence à l'époque de l'observation et que les gens n'étaient pas encore familiers du rugissement et de la flamme de cette nouvelle technologie et qu'il était donc compréhensible que Zamora ait été fortement surpris. Mais si c'était un ballon, comme aurait-il pu laisser des traces d'atterrissages dans le désert équivalent à un appareil de 4 à 10 tonnes ? Robinson pense que l'impact d'un ballon avec une plate-forme métallique était suffisant pour créer de telles empreintes.

     

    « Après tout », nous rappelle-t-il, « les personnages aussi ont laissé des empreintes. Doit-on considérer qu'ils avaient du surpoids ? » demande-t-il. [on pourrait aussi se poser la question de ce qu'ils étaient vraiment ?]

     

    On pourrait penser qu'une explication si triviale aurait fait l'objet d'une enquête approfondie à l'époque. S'il y avait eu la moindre chance qu'il s'agisse bien d'un ballon, le Blue Book aurait certainement sauté sur cette occasion. Après tout, Quintanilla désespérait de trouver une solution.

     

    Comment aurait-il pu - et tous les autres avec lui - manquer quelque chose d'aussi simple ?

     

    D'un autre côté, si Robinson a raison, qui aurait pensé à demander à une société fabriquant des boîtiers d'archives si elle sponsorisait un ballon dans la région ?

     

    Si l'explication du ballon n'est pas impossible, elle est hautement improbable. Mais peut-être pas aussi improbable qu'un appareil extraterrestre.  

     

     Quand l’Arbre laisse apparaître la Forêt !

     

    Comme le souligne les administrateurs d’ovnis-direct (Cf.ovnis-direct.com/ovnisocorro.html), il est rare, en effet, que les enquêteurs de l’US Air Force admettent officiellement être déroutés par une affaire d’ovni. Ce cas impliquant un agent de police ayant observé un ovni à Socorro, au Nouveau-Mexique en 1964, les a véritablement laissés perplexes.

     

    Et comme le dit en introduction (Cf . www. greguti. Com / ovni observation_de_socorro) “Aucune histoire d’ovni n’a, plus que celle de Socorro, contribué à convaincre toute une génération que les ovnis n’étaient pas seulement des objets mystérieux parcourant les cieux, mais qu’ils étaient aussi, probablement, pilotés par des visiteurs d’un autre monde. L’affaire de Socorro n’est certes pas le premier cas d’une prétendue rencontre avec des extraterrestres. De telles histoires circulaient alors depuis au moins une cinquantaine d’années. Mais avant que l’observation du policier Lonnie Zamora fasse la Une des journaux, en 1964, les récits de rencontre avec des hommes de l’espace étaient le fait de témoins à la crédibilité et à la réputation discutables. Des histoires qui prêtaient pour le moins à sourire.

     

    L’histoire de Zamora était différente. Il était policier, ce qui faisait de lui un témoin hautement crédible. Dès lors, s'évanouit définitivement le sentiment alors très répandu - y compris parmi les amateurs d’ovnis - selon quoi il y avait quelque chose d’absurde, voire même de ridicule, à propos des humanoïdes. L'association entre ces objets mystérieux, les ovnis, et la présence de petits pilotes venus d'ailleurs, devint alors l'une des composantes essentielles du "phénomène.”

     

    Ces remarques pertinentes expliquent à elles seules “la raison d’être” de cette observation, à condition évidemment d’admettre une ingérence réelle de nos “Visiteurs” ou de ceux qui les instrumentalisent.

     

    D’abord le témoin et les enquêteurs sont en dehors de tout soupçon de fraude (sauf exception !)

     

    Le témoin principal, bien plus que simplement sincère, apparaît même traumatisé par son expérience, - et c’est ici, et en l’occurrence ,très significatif et révélateur - car c’est exactement ce qui arrive aux témoins des RR4 et autres abductions et kidnappings, où les “victimes ou cobbayes” subissent une sorte de lavage de cerveau ou de prise de contrôle mental.

     

    Autrement dit, la RR3, soi-disant, inopinée du policier Zamora aurait été en quelque sorte programmée [comme un film !], à commencer par la poursuite du chauffard (resté non identifié) et qui a eu pour résultat d’amener Zamora directement sur le lieu [le décor principal ! ] de l’arrivée ou de la rencontre de l’Ovni.

     

    Or, comme par hasard le chauffard poursuivi par le policier conduisait une Chevrolet de couleur “Noire”; cette couleur, et on le sait parfaitement maintenant avec 50 ans de recul, est évidemment la “Marque”, la “Griffe” ou le signal fort des interactions, ingérences ou présences des fameux et diaboliques [dans tous les sens du terme !] “Men In Black” (MIB)

     

    La mise en scène est donc parfaite, et le "sénario" [des producteurs de la firme "MIB Universal and Co"]  peut se "réaliser", et leur  "film" se "distribuér" comme prévu :

     

    Avec Lonnie Zamora, qui est effectivement la personne « providentielle » [ou le "personnage" au profil inespéré !], puisqu’en dehors de tout soupçon de fraude, étant policier assermenté, jouissant de surcroît d’une très bonne réputation de sérieux, ainsi pourra-t-il jouer son "premier" rôle (bien involontaire, et en "vedette américaine" !) de témoin “rêvé”, et idéal, pour assister [à la représentation !] de l’arrivée sur terre, et du départ furtif de visiteurs supposés Aliens, avec leur engin interplanétaire.

     

    Avec suffisamment de témoins [ou "rôles" !] secondaires (dont la plupart sont restés malheureusement anonymes !) et des “traces matérielles”, qui sont autant d’indices synchrones pour accréditer la réalité des faits allégués.

     

    C’est évidemment comme si “on” voulait absolument nous prouver [en nous diffusant sa projection !] la matérialité des Ovnis, mais du type explicitement : “Tôle et Boulons” !

     

     Les Hybrides 

     

    Et pour cela ce “on “ ne recule devant rien, puisqu’on voit assez nettement que cet Ovni ovoïde suggère et évoque à “s’y méprendre” (c’est d’ailleurs ce qui s’est passé et se passe encore aujourd'hui !) le fameux module lunaire “LEM” (qui était comme par hasard testé et expérimenté par l’armée américaine à une poignée de kilomètres du site d’atterrissage de Socorro sur la base de “White Sands”)

     

    Autrement dit, l’œuf / Ovni de Zamora ressemble à une espèce de mélange ou d’hybridation improbable entre un “Disque Volant” ou “Soucoupe Volante” classiques (comportement, et forme exotique, apparition ostentatoire et élusif; traces matérielles sans solution déterminante ou définitive, atterrissage et décollage bruyants mais mode de déplacement silencieux, etc.) et d’une “navette” spatiale telle que pouvaient l’imaginer les militaires et autres ingénieurs de la conquête spatiale des années 60 ! (propulsions à réaction thermo-calorifique, bruit de réacteur ou de turbine, module de petite taille, aspect métallique blanc aluminium, apparence de pieds en poutrelles métalliques et bruit métallique de porte qui se ferme, etc.)

     

    [de même pour les deux “humanoïdes” qui semblaient être revêtus d’une combinaison blanche à la manière des cosmonautes et des futurs astronautes du programme Apollo !]

     

    Voilà, enfin de compte, comment on peut influencer simplement, mais durablement et de manière efficace la perception d’une “migration” extraterrestre en la réduisant en quelque sorte à sa "portion congrue", ou à un arbre unique, qui servira de paravent, et à dissimuler dans les années à venir (et par le passé !) et jusqu’à aujourd’hui, la totalité de la forêt, d’une véritable « invasion extraterrestre » qui dans sa forme est beaucoup moins perceptible visuellement ; et donc d’autant plus dangereuse puisque insidieuse voire pernicieuse.

     

    Évidemment, notre cher Professeur Allen Hynek, qui est toujours en première ligne lorsqu’il est question d’un “bon-mauvais” coup, est bien présent, et cette fois-ci (comme par enchantement !) il prend fait et cause pour la réalité “matériel et mécanique” de l’Ovni, ce qui évidemment fut déterminant à l’époque pour emporter l’adhésion quasi définitive et générale des militaires, des ufologues et de l’opinion publique sur l’orientation et la vision franchement “Tôle et Boulons” des Ovnis.

     

     C’est là que l’on voit que le diable s’habille bien en Prada [ou en Prava] !

     

     Le même jour à New-York à 10 h du matin le 24 avril 1964 — environ 10 h avant l'événement de Socorro - Gary Wilcox, un fermier vivant à Tioga City, dans l'état de New York, vit un appareil qui ressemblait beaucoup à celui vu à Socorro, ainsi que 2 personnages similaires habillés de manière presque identique. Wilcox décrivit avoir vu un objet brillant dans les bois. Alors qu'il approchait, il vit un engin en forme d'oeuf de 6 mètresde long stationnant à 0,6 mètre au-dessus du sol. Lorque Wilcox commença à l'examiner, il fut confronté à deux êtres, chacun de 4 pieds de haut environ et portant des combinaisons blanches argentées qui recouvraient leur tête. Ces personnages, trapus, portaient des plateaux sur lesquels se trouvaient des échantillons de sol. 

     

    Un des êtres approcha Wilcox et commença à lui parler en anglais. Ils parlèrent pendant 2h de sujets tels que la pollution de l'air, les sondes spatiales, les méthodes d'agriculture et le fait que ces êtres prétendaient venir de Mars. Les martiens dirent à Wilcox de ne parler à personne de son aventure, puis ils entrèrent dans leur vaisseau, qui émit un son lancinant (« an idling sound ») lorsqu'il décolla.

     

    Wilcox réalisa à quel point son histoire était absurde et pensa que quelqu'un lui avait fait une blague. Il appela alors sa mère pour lui raconter ce qui était arrivé, et l'histoire finit par être connue. Les jours suivants, diverses personnes vinrent interroger Wilcox, dont le shérif, deux agents fédéraux, des ufologues et des journalistes de presse. Ils trouvèrent tous en Wilcox un sujet très réticent, au moins, personne ne pouvait l'accuser de rechercher la publicité. Wilcox n'entendit parler de l'événement de Socorro qu'une semaine plus tard, lorsque son père lui montra une coupure de presse à ce sujet. (Traduction de l'article de Patrick Huyghe (site www.rr0.rg ) paru dans la revue The Anomalist, 8ème numéro, en 2000.)

     

     Errare humanum est, Perseverare diabolicum 

     

    C'est là où l'expression "coïncidence significative" prend tout son sens,

     

    et avec d'autant plus de relief, avec 50 ans de recul, car maintenant le lien apparaît nettement, entre les deux affaires de Zamora et de Wilcox (dont les nombreuses ressemblances sont indiscutables) car, effectivement c'est comme si on voulait nous convaincre, avec cette autre « mise-en-scène », ce même jour, mais à l'autre bout du pays,

     

    1 / de la réalité des « Soucoupes Volantes » et qui (avec ce témoignage concomitant à celui de Zamora) à n'en plus douter, apparaissent  indiscutablement comme des vaisseaux spatiaux d'origine extraterrestre, puisque leurs occupants nous le confirment gentiment et directement en anglais !

     

    2 / et par surcroît, nous persuader aussi, des intentions pacifiques des Ufonautes, puisqu'il s agit de sympathiques « Martiens » qui sont capables de discuter aimablement, avec le premier venu, pendant au moins 2 bonnes heures et de sujets passionnants comme la pollution, l'écologie, le développement durable, etc.

     

    [Ce genre de « propagande » a connu elle-aussi un succès considérable puisqu'elle réussit à orienter et à conditionner, encore aujourd'hui (alimentée il est vrai par beaucoup d'autres opérations et « montages » de ce type), la perception « positive », de la majorité des ufologues, et du grand public, sur les attentions réelles de nos supposés « Martiens »]

     

    (Au Secours ! Jimmy Guieu Reviens Vite !)

     

    Mais, à l'époque sans doute était-il nécessaire, de bien enfoncer … le clou d'ou l'incident de Socorro, … et comme « deux bons coups » valent mieux qu'un !

     

    Cependant, tous non pas été dupés par cette « manœuvre grossière », à commencer par l'unique témoin de l'affaire de Tioga City : 

     

    Gary Wilcox, qui lui (le bon sens paysan sans doute !?) est resté convaincu qu'on lui avait joué une « Bien Bonne Mauvaise Farce ! » 

     

    [Le mensonge, la duperie, l'imitation mimétique, le faux-semblant, le trompe-l’œil, le masque etc... ne sont-ils pas la « Marque » bien connue de celui que toutes les Traditions, comme celle de l 'Orden de Chevalerie, et les croyances religieuse, dénomment « Le Malin ou le Rusé», et la « Signature » de ses légions démoniaques ?] 

     

    Et depuis qu'on vous le dit : il n'y a jamais de fumée [de l'enfer] sans son feu !

     

     La Cerise sur le Gâteau !

     

    L’estampille remarquée et notée par Zamora sur l’Ovni de Socorro, qui est comparée par J. Allen Hynek à une marque de bétail (!), est évidemment un anachronisme car effectivement les Ovnis (du moins de ce type !) ne portent pas de “cocarde” d'identification ou d'appartenance.

     

    [malgré des millions de témoignages dans le monde, depuis 50 ans, il n'existe presque pas d’insignes ou de marques signalétiques répertoriés sur les ovnis ;  et peut-être de l'ordre de la dizaine, en tout et pour tout !]

     

    En ce sens, aussi, on peut dire que l’Ovni de Zamora est exceptionnel, et comme on "souhaite" ostensiblement, à travers son "marquage" (comme l'évoque à sa manière Hynek !) , nous communiquer un message, intéressons nous donc, doublement, à celui-ci.

     

    Ufo - Mark

     

    Ce message (et autres "intersignes" versions à trois verticales ou variations de flèches et de lignes verticales ou horizontales) est en fait d’une lecture simple et aisée, car on y voit (essence...ciellement) un trait horizontal, surmonté d’un trait vertical surmonté lui-même d’un chevron et le tout surmonté d’un arc :

     

    l’arc étant la figuration du ciel, le trait horizontal celle de la terre (ou de l’horizon terrestre), le trait vertical celle du lien ascensionnel et le chevron la pointe d’une flèche qui est propulsée vers le haut ;

     Autrement dit :

     Cet ovni est un véhicule qui permet de relier la terre au ciel ;

     ou si on préférez :

     Ici, vous êtes en présence d’un vaisseau spatial pour voyager dans l’espace sidéral.

    [D’ailleurs la ressemblance avec le logo de la société d'astronautique “Astropower” porteur d’une sémantique équivalente (ou approchante) rendit à l’époque Jacques Vallée suspicieux sur son origine purement et “honnêtement” extraterrestre].

     Une fois encore, c’est le même message :

     Les Ovnis sont des vaisseaux spatiaux ou machines volantes d’origine extraterrestre !

     Nous en voici maintenant convaincus, puisque comme le Porc Salut, c’est même directement écrit dessus !

     

    [du reste, les autres versions de l’insigne de l’ovni de Socorro tournent autour de la même idée : les trois horizontales parallèles associées au chevron évoquent l’idée de voyage à travers les mondes parallèles (monde physique et mondes infra et supra) et auquel on peut adjoindre un sens supplémentaire (ou complémentaire) de protection (genre patrouilleur de l’espace !) avec le chevron qui, par sa forme, réunie et unifie et donc pacifie ces trois mondes !].

     

     Les Crachats de Lune et autres Gelées, Morves ou Baves du Ciel et Beurres des Sorcières.

     

    Si on a bien reçu, et retenu, la leçon, que semblent nous suggérer ostensiblement les “MIB” et autres “Petits Vers de Gris” [champions attitrés du nouveau miraculeux scientifique] et toutes les caisses de résonances des “idiots qui leur sont décidément très utiles !”

     

    [Comme certains inconditionnels de “nos grands Frères Ainés de l’Espace” ou autres “Gays...Pieds” et Geipan “hypnotisés et ovni...boulés” qu'ils sont, par ce parallèle de la "Magie" (dans tous les sens !) ou "Technologies" extraterrestres qui les “fascinent” toujours autant !]

     

    avec des “coups médiatiques” (telle l’affaire de Socorro et de bien d’autres !) mais aussi à coups de “manipulation mentale”, histoire de bien nous l’enfoncer... dans le crâne ! :

     

    1/ les ovnis sont le produit exclusif d’une technologie Alien du genre engin mécanique “Soucoupe Volante Tôle et Boulons”

     

    2 / Et surtout n’allons pas nous imaginer que “nos sympathiques visiteurs extraterrestres” pourraient aussi être d’une autre nature (beaucoup moins sympathique et aimable) ou pourquoi pas (sait-on jamais ?) de constitutions plus subtiles ou évanescentes.

     

    Et pourtant, il semblerait bien que certains faits (qui sont toujours bien plus têtus que nous !) archives et documents s’obstinent à leur donner tort, en nous évoquant, rapportant et racontant le contraire !

     

     Pluies de l'Espace et Formes de Vie Extraterrestre .

     

     (D’après www.mystere-tv.com/pluies-de-l-espace-et-formes-de-vie-extraterrestre- )

     

    Tous les ans, environ 50.000 météorites [sans oublier que les météroïdes ont progressé environ d’un facteur 10 depuis 2005] pénètrent dans l'atmosphère terrestre et impactent le plancher des vaches. Quotidiennement, ce sont donc 100 tonnes de débris provenant de l'espace qui se retrouvent sur la planète. Ces dernières années, les scientifiques s'intéressent de très près à ces corps célestes qui frappent la surface terrestre, et leurs études sont riches d'enseignements.

     

    Le 28 novembre 2001, à Manchester, une pluie de météorites s'abat dans un champ. Les témoins de cet événement contactent un particulier qui s'intéresse aux phénomènes paranormaux. Ce dernier se déplace dès le lendemain, et ce qu'il va découvrir va le surprendre : en lieu et place de météorites, il va trouver une sorte de résidu gélatineux, dont l'odeur de soufre ne laisse planer aucun doute sur sa provenance spatiale. La curiosité de notre homme le pousse à toucher du doigt cette substance étrange, qui se désintègre quasiment immédiatement.

     

    A Philadelphie (Pennsylvanie, USA), nous ferons connaissance avec l'historien Dan Rolph, qui relatera l'étrange affaire de cette soucoupe volante [en forme de disque volant] qui se serait écrasée dans cette même ville en 1950 après avoir été aperçue par des policiers. Cet OVNI, dont la durée de vie serait très limitée, a lui aussi mué en une sorte de matière visqueuse à l'odeur soufrée.

     

    Un fait identique est à signalé et rapporté aussi à Oakville le 7 août 1994 (Etats-Unis), mais il présentera la particularité que les habitants qui ont été en contact direct avec cette substance gélatineuse tomberont malades. Mais cette fois-ci et fort heureusement, un échantillon de cette matière a pu être prélevée et analysée en laboratoire. Le microbiologiste Mike McDowell délivrera la conclusion de cette expertise, son rapport et assez surprenant. Depuis à Oakville, les thèses les plus folles circulent au sujet de cette curieuse matière. Était-elle d'origine terrestre ? S'agissait-il d'expériences menées par l'armée américaine ?

     

    En tous cas, Mike Mc Dowell n'hésitera pas à alimenter la thèse conspirationniste en évoquant la disparition mystérieuse de l'échantillon. Un laboratoire d'analyse privé disposera également d'un autre échantillon, fourni par une habitante. Le résultat des examens pratiqués sur cette matière sera tout aussi ébouriffant !

     

    A Murchinson (Australie), le 28 septembre 1969, ce sont des acides aminés qui sont découverts à la suite de ces pluies étonnantes... Ce qui tendrait à prouver que l'on pourrait trouver des traces de vie extraterrestre dans les météorites, et relancerait l'hypothèse de la panspermie pour remonter aux origines de la vie sur la Terre.

     

    En juillet 2001 à Kerala (en Inde), c'est une pluie de couleur rouge sang qui s'abat sur la ville, effrayant la population locale. Pour certains microbiologistes, il ne fait plus aucun doute que cette pluie contenait des preuves de l'existence de micro-organismes extraterrestres.

     

    Au musée d'histoire de Philadelphie, les archives révèlent que les premiers incidents de ce type ont été signalés aux alentours du XVIème siècle. [Cf . Aussi les livres et Le Livre des Damnés de Charles Hoy Fort 1919] Pour se faire une idée plus précise du danger d'éventuelle d'une contamination humaine d'origine inconnue, nous nous rendrons au siège de la NASA, à Washington, un endroit où Cassy Conley est en charge de la protection biologique planétaire. Cette dernière restera très sceptique par rapport à ces phénomènes curieux.

     

    « Bave du ciel» ou «Morve d'étoiles», ces pluies déclenchent toujours de la stupéfaction aux quatre coins du monde.

     

    [Elles sont confondues généralement et très opportunément pour certains avec : le Nostoc qui a aussi l’aspect de masse gélatineuses ressemblant à certaines algues]

     

    Un échantillon de cette gelée qui a été recueillie en Écosse traversera la Manche pour être étudiée dans un laboratoire new yorkais. Une simulation confirmera qu'un météore s'écrasant sur Terre peut très bien contenir une gelée biologique dans son noyau. «Ces Crachats de Lune» contiennent-ils vraiment des formes de vie extraterrestre ?

     

    [beaucoup, avec ces arrivées massives de météores extraterrestres, redoutent évidemment une possible contamination nuisible sous forme biologique ou microbienne, mais ne pourrait-elle pas être aussi le support [ou le cocon ou la matrice] d’une autre « infestation », de type parasitaire ou viral par exemple; encore plus dangereuse, car pourquoi pas délétère et sous une forme éthérée ou psychique ?]

     

    [toutes ces apparitions sporadiques, de grandes ou des nouvelles épidemies ou pandémies, sont visiblement liées aux bombardements continuels de la Terre par les météroïdes ! Cf. à ce sujet les dossiers d’Alien Theory (Ancient Aliens)]

     

    Depuis l’arrivée le 12 novembre 2014 de l’atterrisseur Philae de la sonde Rosetta sur la comète 67 P / Churyumov-Gerasimento, nous avons eu la confirmation que les comètes

     

    [qui ont toujours eu dans toutes les traditions populaires ou religieuses une réputation (doublement) “sulfureuse” puisque annonciatrices de malheurs de catastrophes ou d’épidémies]

     

     ne sentent pas la “rose” mais bien “l’œuf pourri” autrement dit le soufre, (sulfure d’hydrogène)

     

    or, (dans ces mêmes traditions populaires ou religieuses) le soufre est systématiquement associé à l’apparition ou à la manifestation du “Diable” ou de ses “Acolytes” !

     

    [A rapprocher, évidement, de toutes ces Rencontres Ufologiques qui signalent la présence de "l'Odeur Prégnante du Soufre", comme lors de la célèbre affaire du 21 octobre 1963, près de la ville de Trancas, en argentine, où la famille Moreno a découvert, apres le départ des Ovnis, une multitude de petites boules composées à 96,48 % de carbonate de calcium et 3,51 % de carbonate de potassium, et en suspension dans l'air l'odeur du soufre, confirmée et constatée par la doctoresse de l'hôpital de Trancas, dont la voiture s'immobilisa, cette nuit-là, alors qu'elle se rendait en ville, et à l'approche des Ovnis volant à basse altitude ; cette odeur si  caractéristique des contacts avec "l'Infra-Monde" ! . La doctoresse vit dans le ciel une quarantaine d'objets lumineux volant à basse altitude ! Après leur passage, l'atmosphère fut imprégnée d'une pénètrante odeur de soufre ... (Cf. Les apparitions Ovni BD de Jacques Lob et Robert Gigi. Dargaud Editeur. 1979) ]

     

     

     Ce qui nous ramène directement à « l’Oeuf » de Soccorro;

     car en définitive, peut être faut-il croire sur parole Lonnie Zamora, puisque de son propre aveu,

     lorsque Chavez, le retrouva en premier et très rapidement sur le site de sa vision ou apparition « non-identifiée »,

     et qu’il jeta un œil à Zamora qui était pâle et en sueur, et lui dit :

     

    « On dirait que tu as vu le Diable… »,

     

    Zamora lui répondit :

     

    « Peut-être bien que je l'ai vu ! »

     

    Ufo - Mark

     

     

    Partager via Gmail

    your comment
  • If the Spirit of him who raised Jesus from the dead dwells in you, he who raised Christ from the dead will give life to your mortal bodies also through his Spirit that dwells in you. " (Rom 8, 11)

     

     

    The spurs

     

     

    The Light Tunnels

     

    Reached the threshold of death, millions of people tell have temporarily left their bodies and visited other worlds.

     

    Called NDE (Near Death Experience) or EMI (in french, Expérience de Mort Imminente), the story of the afterlife reported by a person back from a deep coma, comparable to a death is not clinique.Ce a new phenomenon since history is full of such stories. For about 25 years, EMI studies have multiplied and we realized that these experiences were more common than previously thought.

     

    Des EMI ont été rapportées de tous les pays du monde, et ce par des milliers de personnes, indépendamment de leur culture ou religion. D'ailleurs, au début des années 1980, une enquête statistique révélait que 8 millions d'américains auraient vécus une EMI.

     

    People who almost died after of an accident, a heart attack or a delicate operation often express the same visions. Generally, in a classic NDE, the dying leaves his body and flies. It then enters a dark tunnel at the end of which is a white light. He sees his life flash before him. Then it enters the area of light and is then wrapped in a feeling of peace, often associated with the appearance of a "being of light".

     

    Other rarer cases, are less idyllic: it shows a scary and negative (vision of hell?). But most people who have experienced an NDE talk of a barrier, obstacle they have not crossed to be permanently dead. (www.mysteresdumonde.fr/categ/paranormal/100-emi-nde.html)

     

     

    Mona Lisa

     

    The Light Holes 

     

    A wormhole (in English: wormhole) is in physics, a hypothetical object linking two separate layers or two distinct regions of space-time and manifest one side, like a black hole, and the the other side, like a white hole.

     

    Austrian physicist Ludwig Flamm (1885-1964) is sometimes presented as the first to propose, in 1916, the existence of wormholes. But the community agrees to consider that their existence has been suggested in 1935 by Albert Einstein and Nathan Rosen with "Einstein-Rosen bridges."

    Wormholes owe their name to Charles W. Misner and John A. Wheeler and who appoints them so in 1975.

    A wormhole would form a shortcut through space-time. To represent more simply, we can represent the space-time not in four dimensions, but two-dimensional, like a rug or a sheet of paper. The surface of this sheet is folded on itself in a three dimensional space.

     

    Use the shortcut "wormhole" would travel from point A to point B directly in a time significantly reduced compared to the time it would take to travel the distance between these two points linearly on the surface of the sheet. Visually, we must not imagine traveling on the surface of the paper, but through the wormhole; the sheet is folded on itself allows the point A to directly reach point B. The encounter of the two points would be the wormhole.

    The use of a wormhole would travel from one point in space to another (travel in space), travel from one point to another time (travel through time) and the journey of a point in space-time to another (travel through space and simultaneously through time). (fr.wikipedia.org/wiki/Trou_de_ver)

     

    The Roaming Souls 

     

    It should not be William of Saint Clair or Albert Einstein to realize of obviousness parallelism between the theory of "Tunnels of space-time" and experience "Light Tunnel".

     

    And if as we taught the tradition of the elders, ancestors and elders of the Orden of Chivalry, the Universe comes well in the three worlds: physical (Soma or hardware), energy (Ether or astral) and mental (Sema or dream), it would appear therefore admissible to explore the universe via one of three "vessels" or bodies: physical, energy and mind of man.

     

     This ability to explain it-alone luxury "precautions" surrounding the rituals of "passage to the other world" at time of death, and practice "universal" mummification of bodies ;

     

    and she especially merit underline or put forward, to warn and to remind us, the actual reality of migration, invasion, or the incarnation of the creatures of infra- world (lower astral or hell), and those beings of the supra-world (high astral or celestial) in our world.

     

    inter...laced !

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  

    The cross of Christ

     

     

    « In the beginning God created the heaven and the earth. »

    (Genesis Chapter 1). 

     

    The 7 Days of Creation

     

    The heraldic system is the illustration and development of this creation. This is the hologamic conception of the coats of arms.

     

    Let us underline here their main points of concordances :

     

    1 / « Let there be light ». « God separated the light from the darkness.» 

    It is primarily the waiting table of heraldry, shield of plain silver, and his shadow.

     

    2 / « There was evening and there was morning. ».

    This is the geo-sacral orientation of the shield which gives it its meaning.

     

    3 / « God made the firmament, divided the waters which were under the firmament and the waters that are above. "God called the dry land "earth," and he called the mass of the water "sea" . "Let the earth bring forth grass, the herb that bears his seed, and the fruit tree that gives its kind, the fruit that bears his seed.».

    These are the divisions of space weapons and generation, reinforcements partitioning parts, and furniture and figures of regeneration.

     

    4 / And God said « Let there be lights in the dome of the sky to separate the day from the night; and let them be for signs and for seasons and for days and years, and let them be lights in the dome of the sky to give light upon the earth. ». God made the two great lights - the greater light to rule the day and the lesser light to rule the night - and the stars. God set them in the dome of the sky to give light upon the earth.

    It is the progress of the time dedicated, that is the sacred space of the Symbol, and the emergence of the lights of his Bow of Alliance, which illuminates the field of the sheild of all its colors.

     

     5 / « Let the waters bring forth swarms of living creatures, and let birds fly above the earth across the dome of the sky. ».

    It is the development of the dressings, the associations, the disjunction, the backwardations, the duplications and other developments.

     

     6 / And God said : « Let the earth bring forth living creatures of every kind: cattle and creeping things and wild animals of the earth of every kind." And it was so. 25 God made the wild animals of the earth of every kind, and the cattle of every kind, and everything that creeps upon the ground of every kind. ».

    So God created humankind in his image, in the image of God he created them ; male and female he created them. 

    God blessed them, and God said to them : « Be fruitful and multiply, and fill the earth and subdue it; and have dominion over the fish of the sea and over the birds of the air and over every living thing that moves upon the earth. » .

    God said : « See, I have given you every plant yielding seed that is upon the face of all the earth, and every tree with seed in its fruit; you shall have them for food.

    And to every beast of the earth, and to every bird of the air, and to everything that creeps on the earth, everything that has the breath of life, I have given every green plant for food. ». 

    This is the completion of his works, singular passage by the duel, the multiplication of singularities, and all of his creation expressed by filems the adoption and transmission of Arms.

     

    7 / Thus were finished the heavens and the earth, and every deployment. 

    On the seventh day God had finished the work he had done. He rested on the seventh day from all His work which he had made.

    And God blessed the seventh day he made it holy, because on that day he had rested from all the work of creating that he had done. (Cf . culture-religieuse-sainte-anne.over-blog.com/). 

    This is the day «out of time», from its creation, the focal point of the center of the Abyss, meet his eternity in the heart of the shield, which is the Creative Word.

     

    These 7 days, it is time nitescent of Divine Creation, (Nitescent: Term supported to characterize an object Where emanates a strong glow or something that shines brightly.)

    [it is that of 52 (5 + 2 = 7) weeks of 364 (3 + 6 + 4 = 13 = 4) days of the solar year, the division 28 (4x7ou 2 + 8 = 10 = 1) days 13 (1 + 3 = 4) lunar months + 1 day "Time out of Time" rediscovered by the new Mayanism which advocates calendar syntropy]

    which is that of the rhythmic harmonization of man,

    by Radiant Cross [4] the Lord [3], in his Divine Universe [4 + 3 = 7] [1] = [8] = The Christ.

    The radiant Cross

     

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  Key Pax 

     

    A picture is better than 1000 words.

    (Confucius)

     

    The Passkey (Le Passe-Par-Tout = Password By The All)

    The literal antonym of "symbolism" is the "devilish", which divides (from the Greek diaballein, dia- through, and -ballein throw, throw around, that is to say, divide, disperse, by extension to confusing). (See Symbology Wikipedia).

    The diabolical is the deceptive appearance. Which is misleading and makes believe to breakage and is an illusion of the senses, that which divides.

    While the "symbolic" (the word "symbol" comes from the ancient Greek sumbolon [σύμβολον], which is derived from the verb sumbalein [symballein] in "union with", and -ballein, throw) meaning "put together", "join "," compare "," exchange "," meet "," explain ", otherwise-known : It is what moves closer, reconstitutes the unity or the original totality, while revealing of the sense.

    The symbol is thus a key that opens a passage,who throws a bridge between the worlds, it is by meaning, which unites those meaning with to those who mean, and connects them; and so it is in the proper sense, the support and the vector of a sacred act because telling and one religious function because illuminating. (See source wikipedia).

     

    The skins Clothing

    According to legends certain individuals or entities are able to transform into an animal, after having taken the fur. (see Metamorphosis. Wilkipedia).

    After eating the fruit of the tree of knowledge of good and evil, Adam and Eve saw that they were naked and they sewed loincloths fig leaves, God replaced by clothing from animal skins for better cover up.

     

    The Pannes (Pannes : Fabric [wool, silk, cotton] worked like velvet, the longer and less tight hair is set, and used in the manufacture of clothing or furniture.)

    They are fur (Hermine The Vair, Sable, etc.) that alongside enamels and metals (colors) heraldic "dress" the shields (which reflect the stages of progress and elevation of Being). Besides, the etymology of the word "panne" (with penna, pannus see Wilkipedia) refers both to pen and over weaver and the "panne" (panne it's also a breakdown) of the ship that stops in other words that attaches.

     

    Skin-Walkers

    The hermeneutical exegesis of the name "Adam" (or Primitive Clay Earth) and the name "Eve" (Life) suggests the embodiment of "Prima Materia" in the "Materia Prima" awakening (for the restoration question) and is able to rise (by his quest) by up to God, or go lower than the vegetable or mineral. (cf. Adam.Wilkipedia).

    This capacity for renewal, "change skin", or "Metamorphism", from subtle to thick, indicates the interference of shapeshifters (the skins Carriers) and other polymorphs, which occur in all living kingdoms (stone to mind), and in all the universe.

     

     

    The skins holders

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  

    CHEVALERIE

    ACTA NON VERBA

     

     

    Agissons plus et parlons moins…

    C'est par les œuvres accomplies

    Que l’on est chevalier…

     

    Act more and talk less ...

    It is through the works done

    Whether one is a knight ...

     

     

    La chevalerie est trop belle

    Pour qu'on nous la serve au rabais.

     

    Chivalry is too beautiful

    To that we serve at a discount.

     

     

    La chevalerie est active

    Et dédaigne les beaux parleurs.

     

    Chivalry is active

    And disdains the fine speakers.

     

    La chevalerie est modeste

    Elle passe en faisant le bien

    Et ne veut rien garder de son geste.

     

    The chivalry is modest

    She passes while doing good

    And wants to keep nothing of this

     

    La chevalerie est profonde…

    Elle parcourt parfois le monde

    Sous les haillons d’un mendiant.

     

    Chivalry is deep ...

    Sometimes she travels the world

    Under the rags of a beggar.

     

    La chevalerie est très Sainte

    C’est l’art de serviteur de Dieu,

    On n’y doit entrer qu'avec crainte

    On n’est pas chevalier par jeu.

     

    Chivalry is most holy

    This is the art of God's servant,

    We are due to come with fear

    It is not a knight per game.

     

     

    C’est une tâche redoutable

    Que d’être loyal serviteur

    Seul le Christ de la Sainte Table

    Garde l’âme à cette hauteur

     

    This is a daunting task

    That being loyal servant

    Only Christ the Holy Table

     Keeps the soul at this height

     

    …Ceux-là qui sont ses fidèles

    Ne sonnent pas leur olifant

    Pour signaler les citadelles

    Qu'ils font tomber en triomphant.

     

    .. Those who are its loyal

    Do not sound their olifant

    To report citadels

    They doing fall down in triumphant.

     

    Ils font leurs œuvres de tendresse

    Comme s’ils craignaient d’être vus.

    Et les torts que leur main redresse

    C’est Dieu seul qui les a connus.

     

     They make their tenderness works

    As if they were afraid of being seen.

    And the harm their hand straightens

    It is God alone who knew them.

     

     

    Puis ayant couru leur carrière

    Ils s’allongent silencieux

    Dans l’humble pose funéraire

    Où sommeillent leurs grands aïeux.

     

    And having run their career

    They extend silencer

    In the humble funeral poses

    Where slumber their great ancestors.

     

    Et la plèbe trop tard surprise

    N’ayant en eux rien vu briller

    Lit sur la dalle étroite et grise

    « Ci-git   qui fut un chevalier ».

     

    And the plebs too late surprise

    Not having seen anything in them shine

    Bed on the narrow, gray slab

     "Here lies who was a knight." 

     

     

    Poème du père SEVIN

    Logo du scoutisme mondial

     

     

     

    Sang

     

     

     

     

     

    Fils du Dragon

     

     

     

     

     

    Saint Eclaire

     

     

     

     

     

     

    Gardien

     

     

     

     

     

     

    Terre

     

    Poème écrit en 1924 par le P. Sevin, fondateur du scoutisme en France et en Belgique.

    Poem written in 1924 by Father Sevin, founder of Scouting in France and Belgium.

     

     

    Partager via Gmail

    your comment
  • Blason tranché au un d’azur au cavalier cabré d’argent à l’écu de gueules plain, au deux palé de gueules et d’or

    PRINCIPES DE LA NOUVELLE CHEVALERIE

     

    ÉCLAIRCISSEMENT SUR LA CHEVALERIE

    Article 1

    La chevalerie est une institution à caractère originairement militaire et religieux dont la fin est d’« élargir ici-bas les frontières du Royaume de Dieu » (Léon Gautier) par le service et la défense des faibles, de la justice et de la paix. Elle vise à établir la Cité temporelle sur les fondements des enseignements de NS Jésus-Christ. Toute chevalerie cherche d’abord le Règne de Dieu et Sa Justice, sachant que le reste, c’est-à-dire la paix sur la terre et les bienfaits qui en découlent, est donné par surcroît. Elle est une lignée historique de personne à personne sous forme d’un sacramental et donne grâce d’état pour autant que participation au serment de l’Ordre comme gardien de la Parole et une augmentation des dons du St Esprit : Force, Prudence, Justice et Tempérance.

    Article 2

    a)      Née en occident bien avant le Xe siècle d’imprégnation de l’évangile dans la classe militaire, la chevalerie demeure un Ordre d’essence chrétienne. D’autres civilisations ont connu des Institutions Héroïques en elles-mêmes nobles et respectables, qui ont donné naissance à une morale aristocratique proche du Code chevaleresque. La chevalerie, l’héroïsme chrétien, constitue un radical renversement des valeurs profanes enseignant aussi que le Christ, Verbe de Dieu, a renversé ainsi toutes les connaissances terrestres et a prouvé qu’il était le premier des chevaliers. La chevalerie c’est le sacrifice à l’état d’institution. « La chevalerie est une des trois institutions de Paix » (concile du Puy 1038).

    b)      Les institutions Héroïques non chrétiennes ne sont donc pas la chevalerie. Elles sont des préparations providentielles à la chevalerie, leur morale et leurs usages traditionnels purifiés et assumés par elles peuvent permettre d’arrivé à la chevalerie du Christ.

    Article 3

    a)      la chevalerie s’est manifestée aux XIe, XIIe et XIIIe siècles. Elle a permis les Croisades et donné naissances aux Ordres de chevalerie régulière connu des décadences. Toutefois, elle n’a jamais entièrement disparu : son esprit n’a cessé de se manifester dans le nombre de héros et de saints, et l’institution elle-même s’est maintenue avec honneur à travers des Ordres séculaires, non seulement au sein de l’Église Catholique qui l’avait suscitée, mais aussi dans d’autres portions de la Chrétienté déchirée.

    b)      La chevalerie renaît régulièrement à travers le temps, avec la conviction d’apporter pour sa part des réponses utiles aux graves problèmes de l’époque où elle reparaît, à tout siècle de fer répond une chevalerie d’acier.

    Article 4

    a)      La chevalerie s’est alliée à la Chrétienté quelle a pour mission de défendre. La Chrétienté est la communauté de ceux qui croit en l’Amour du Christ, pour établir une civilisation humaine par libre consentement des peuples, sous l’influx de la grâce divine et la paix qui est la tranquillité indispensable dans l’Ordre.

    b)      La chevalerie ne sert pas un État ni une cause politique ou dynastique, des intérêts économiques, des intérêts de classe ou quoi que ce soit de purement temporel. Elle est régulation entre le gouvernant et les gouvernés comme le symbolise l’épée en fléau de la balance.

    Article 5

    La chevalerie adopte par imitation la tunique sans couture du Christ et comme son Maître souhaite que tous soit un comme le Père et le Fils sont Un dans l’Amour de l’Esprit Saint.

    Article 6

    La chevalerie a pour but essentiel d’œuvrer au bien commun et pour cela chacun de ses membres va jusqu’au sacrifice de sa vie si ceci s’avère nécessaire et efficace. L’Ordre étant chaque chose à sa place dans l’harmonie des fonctions.

    Article 7

    a)      Toute chevalerie comporte un aspect combatif signifié par l’adoubement, et livre aux ennemis de l’Ordre chrétien un combat qui est à la fois spirituel et temporel.

    b)      La « guerre révolutionnaire » menée à la chrétienté démontre avec clarté que le combat spirituel appartient à la guerre. Les armées ne sont plus les seules à se mesurer sur un champ de bataille. L’enjeu de cette guerre est la population qui doit être protégée. La chevalerie doit contribuer à cette tache.

    c)      Le chevalier est décidé à défendre les valeurs chrétiennes dont il a la garde. Nul chevalier ne peut refuser cette conséquence ultime de son adoubement. Force et libre arbitre chevaleresque doivent toujours être utilisés pour la sauvegarde des démunis, la vérité et l’Amour, pour manifester la Foi.

      

    La Passion

     

    DE LA CHEVALERIE COMME INSTITUTION

    Article 8

    La chevalerie est le collège formé par tous ceux qui ont reçu validement l’adoubement et vivent conformément au Code de la chevalerie.

    Article 9

    La chevalerie est un Ordre dont la tête est le Christ et les membres sont l’autre partie dans la complémentarité de la fonction.

    Article 10

    a)      L’adoubement crée les chevaliers. Il a deux formes légitimes :

    ·         Il est laïc, lorsque celui qui le confère est lui-même un chrétien laïc authentiquement chevalier adoubé ;

    ·         Il est liturgique, lorsque le consécrateur est un Évêque, un Abbé ou un autre Prélat ayant privilège, utilisant un rituel traditionnel approuvé par l’autorité compétente.

    b)      Les rites, ont une valeur juridique, créent des chevaliers, ayant même devoirs et même droits, y compris celui de transmettre à leur tour la chevalerie selon le mode laïc.

    c)      Les décorations ou les Ordres de Mérites, ne sont pas des adoubements.

    d)     De même des cérémonies à caractère chevaleresque d’initiations ésotériques ou maçonniques ne créent pas de chevalier.

    Article 11

    a)      L’adoubement est un sacramental, il comporte une bénédiction et confère au croyant qui le reçoit la grâce nécessaire pour accomplir les devoirs de chevalier.

    b)      Nul laïc ne peut conférer l’adoubement qu’il n’ait été lui-même validement adoubé.

    Article 12

    a)      Le rite de l’adoubement doit comporter les éléments suivants :

    ·         La volonté de transmettre et celle de recevoir ;

    ·         Le geste de ceindre l’épée ;

    ·         Des paroles exprimant la transmission de la chevalerie ;

    ·         La « paumée » ou la « colée ». 

    À quoi peuvent s’ajouter d’autres éléments vénérables tels que :

    ·         La veillée d’armes ;

    ·         La déposition de l’épée sur l’autel ;

    ·         La bénédiction de l’épée par un prêtre ;

    ·         Etc.

    b)      La validité de l’adoubement laïc dépend de l’authenticité de sa filiation. Celle-ci doit être continue et décelable.

    Article 13

    a)      L’adoubement conféré à un non-chrétien est invalide, nul de plein doit et non advenu. Il en est de même de l’adoubement conféré à une femme.

    b)      L’adoubement, entraînant des devoirs, ne peut être licitement conféré à des personnes inaptes ou non qualifiées. Nul ne peut être chevalier s’il n’est croyant sincère, ayant atteint l’age de la majorité, sain d’esprit et de corps, noble de cœur et loyal, courageux au physique et au moral, ayant fait ses preuves, animé de la volonté d’observer en tous points le Code de la chevalerie au péril de ses biens et de sa vie.

    c)      La chevalerie a toujours été distincte de l’État et de la noblesse ; elle est une aristocratie d’un autre ordre.

    Article 14

    a)      Le Code de la chevalerie s’impose à tous les chevaliers. Il a connu des rédactions diverses, mais contient les éléments suivants :

    ·         Foi, Espérance, Charité ;

    ·         Fidélité ;

    ·         Amour et Douceur, passion de la Vérité

    ·         Force ;

    ·         Mépris de l’argent, des compromissions, de la médiocrité ;

    ·         Respect des Pauvres et des Faibles ;

    ·         Service de la Paix ;

    ·         Humilité et Magnanimité ;

    ·         Intrépidité ;

    ·         Courtoisie et Délicatesse.

    b)      La tradition de la chevalerie reconnaît, en Marie la Dame des chevaliers, en l’Archange Michel vainqueur du Dragon, le Maître de la Chevalerie Céleste et de toute la chevalerie, St Georges étant son reflet terrestre.

    Article 15

    a)      La chevalerie se profane et les crimes énoncés ci-après la provoque :

    ·         Apostasie de la Foi chrétienne ;

    ·         Aide aux ennemis de la Chrétienté ;

    ·         Attentat aux bonnes mœurs ;

    ·         Trahison ;

    ·         Transmission de la chevalerie à un membre de sectes ou partis anti-chrétien ;

    ·         Et tout manquement à l’Honneur ou à la Parole donnée.

    b)      Toute profanation de la chevalerie est encourue ipso et facto d’office « Huc et nunc » (Ici et maintenant).

     

    Le Coup d'Epée

     

    DES ORDRES DE CHEVALERIE

    Article 16

    L’état de chevalier séculier est toujours possible au sein du monde. Les Ordres réguliers constituent le milieu favorable et naturel. Ils sont des écoles de formation au service et au sacrifice attendu. Que la Chevalerie est le sacrifice à l’état d’institution dans le détachement du profit.

    Article 17

    a)      La Chevalerie comprend : les Ordres chevaleresques et réguliers de formation ancienne, qui ont connu des évolutions diverses et se sont maintenus sans interruption jusqu'à nos jours ; Les Ordres anciens tombés en désuétude, et restaurés légitimement ; enfin, les ordres de fondation récente (XIXe et XXe siècles), qui ont été créés afin de poursuivre aujourd'hui l’idéal de la chevalerie dans le respect de son esprit et de ses traditions.

    b)      Les Princes de Maisons Souveraines ont souvent créé par le passé des Compagnies d’Honneur dites Ordres de chevalerie, pour récompenser leurs sujets de services éminents rendus à leur personne, à leur dynastie ou à leur État, et affermir ainsi les liens de fidélité qui les unissent à leur trône ou à leur maison. On admet communément que ces Princes, même s’ils n’exercent plus leur souveraineté, gardent néanmoins, et eux seuls, la faculté de créer et de régir ces sortes de Compagnies d’Honneur, pour respectable qu’elles soient, ne sont pas véritablement des chevaleries et leurs membres ne sont pas « chevalier ». la prétention des Princes à monopoliser la chevalerie à leur profit est dépourvue de tout fondement légitime et est, de ce fait, nulle de plein droit. Mais un Prince chrétien peut, comme toute autre chevalier, fonder un Ordre de chevalerie, s’il se conforme aux règles traditionnelles, notamment en ce qui concerne les fins générales de la chevalerie et sa transmission valide par l’adoubement.

    c)      Les simples décorations conférées par les Princes et les États ne sont pas des Ordres de chevalerie. Les Ordres de chevalerie ne constituent pas des distinctions ou des décorations et à titre accessoire ne peut exister qu’en vertu d’une décision du Saint Siège. La chevalerie a toujours mis son honneur à servir, sans jamais rechercher de retour ou récompense.

    Article 18

    La diversité des Ordres est un bien qui découle de la nature même de l’homme et de la diversité des vocations. Elle manifeste la richesse de l’idéal chevaleresque. Elle permet d’éviter tous les totalitarismes. Elle doit favoriser une saine émulation dans le service désintéressé du Bien commun de la chrétienté.

    Article 19

    a)      La légitimité d’un Ordre chevaleresque est constituée par la conformité de son esprit, de ses fins, moyens, organisation, usages et rites, à ceux de la chevalerie, tel qu’ils sont résumés dans le présent texte. Elle ne se confond nullement avec l’ancienneté de sa fondation, ni avec sa continuité historique. La Chevalerie est un Ordre dont la Loi morale et les fins ne sauraient être caduques. Des Ordres nouveaux peuvent être créés par suite d’initiatives privées. Les Ordres qui se sont perpétués sans interruption à travers les siècles doivent apporter la preuve indubitable de leur légitimité.

    b)      Un Ordre ancien parfaitement légitime peut ne comporter, en son sein, aucun chevalier adoubé, parce que l’usage de l’adoubement est tombé en désuétude. Cet état de chose doit être regardé comme anormal et ses responsables y remédier au plus tôt.

    c)      Les Ordres qui se sont maintenus au sein de la Réforme protestante doivent être regardés comme légitime dans la mesure où ils conservent les traditions chevaleresques, s’emploient à promouvoir l’unité de tous les chrétiens et combattent pour la chrétienté.

    d)     Un Ordre contemporain peut prétendre se rattacher à un Ordre ancien. Il peut aussi ancrer son action dans la lignée d’un Ordre ancien en usant de ses règles.

    Article 20

    a)      Les Ordres de chevalerie sont à leurs origines, pour la plupart, religieux et chevaleresques, comportant la profession solennelle des vœux de pauvreté, chasteté et obéissance, et tel est resté jusqu'à nos jours l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, dit de Malte. Ceux qui sont composés de chevaliers séculiers, constituent des confréries chevaleresques : Calatrava, Santiago, Montessa, Teutonique et Aviz.

    b)      Les Ordres nouveaux ou rénovés qui se veulent réguliers et chevaleresques, indiquent par-là qu’ils imposent à leurs membres une discipline ou règle, et mènent le combat pour la Chrétienté.

    c)      Le titre de Chevaleresque est réservé aux Ordres qui ont combattu en tant que tels, les armes à la main.

    d)     Le titre d’Hospitalier appartient à tout Ordre ayant une activité charitable réelle.

    e)      Le titre de Souverain appartient exclusivement à l’Ordre qui jouit de la souveraineté reconnue par plusieurs États, même si cette souveraineté ne possède pas l’assise d’un territoire. Seul l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, dit de Malte, dont le siège magistral est à Rome, est actuellement Souverain. D’autres tel ceux du conseil des Ordres, possède une juridiction autonome.

    f)       Le titre de Dynastique convient uniquement aux Ordres fondés par les Princes souverains ou de Maison ayant régné. Les Ordres dynastique ne peuvent d’ailleurs être des chevaleries au sens propre du terme (voir art 4 § b et art 17 § b).

    g)      Le mot Ordre désigne traditionnellement toute compagnie chevaleresque légitimement constituée, et n’a pas nécessairement le sens restreint d’Ordre religieux tel que le définit le Doit canon.

    Article 21

    a)      Les Ordres anciens conservent les souvenir des services rendus à la cause de la Chrétienté. Ce maintien des traditions rend présents et vivants à tous les chevaliers de ces Ordres les exemples de leurs Anciens et sont, pour eux, un motif de marcher sur leurs traces.

    b)      Il comporte donc :

    ·         Un retour aux sources de la simplicité, de l’humilité, de la piété chrétienne, du service des humbles et de la défense des opprimés par le don de soi-même ;

    ·         Une revalorisation de l’adoubement, en réservant peu à peu le titre de chevalier à ceux qui sont régulièrement adoubés ;

    ·         Un éloignement de la notion de décoration ;

    ·         La promotion d’un esprit chevaleresque à la mesure du combat présent.

    Article 22

    Les Ordres nouveaux ne sont nécessaires que dans la mesure où les Ordres anciens ne répondent pas au format approprié à l’époque moderne. Ils évitent avec soin tout caractère honorifique, et gardent à leurs rites et cérémonies la sobriété qui convient.

    Article 23

    L’appartenance d’un chevalier à plusieurs Ordres est un usage non conforme à la tradition, « nul ne pouvant servir deux maîtres » ni observer deux rythmes.

    Article 24

    a)      Les Ordres de chevalerie animés du désir de servir les valeurs chrétiennes, chacun selon sa manière propre, œuvrent à redonner à la chevalerie la place qui lui revient dans la vie.

    b)      A cette fin, tout Ordre chevaleresque et régulier :

    ·         Fait profession de christianisme, et ne saurait admettre dans ses rangs des chevaliers non chrétiens ou athées ;

    ·         Appartient à une confession chrétienne déterminée, ne peut admettre des membres d’une autre confession (voir art 23) ;

    ·         Confère validement l’adoubement chevaleresque à ses membres, et veille à ce que ceux-ci ne transmettent pas inconsidérément la chevalerie ;

    ·         Se conformes aux fins de la chevalerie ;

    ·         Impose à ses membres, sous la foi d’un serment, d’une profession ou d’un engagement d’honneur, prononcés après un temps de probation convenable, des obligations particulières, dont quelques-unes à caractère religieux, et un style de vie conforme au Code, aux usages et coutumes chevaleresques ;

    ·         Développe chez ses membres, par une formation religieuse, l’éthique chevaleresque ;

    ·         Organise des activités chevaleresques concrètes pour le service du Prochain.

    Article 25

    a)      Il revient à l’ensemble des Ordres de chevalerie, de s’adonner par tradition à l’Hospitalité et au service des Faibles, de combattre les idéologies qui falsifient la rectitude de la Parole et portent atteinte à la dignité et à la liberté de l’homme créé à l’image de Dieu, de promouvoir des institutions conformes au Droit naturel, de favoriser les relations entre les peuples en vue de promouvoir la paix chrétienne, de porter secours aux Nations captives de tout État totalitaire, de veiller au libre accès aux Lieux Saints, de diffuser l’idéal chevaleresque.

    b)      La chevalerie a un rôle qui doit être reconnu dans la vie internationale et légitimement respectée.

    Article 26

    a)      Il est contraire à la nature de la chevalerie de se placer sous la tutelle d’un État ou à son service exclusif. Les ordres sont loyaux à l’égard des Pouvoirs temporels légitimes, et au-delà des intérêts temporels, ils servent partout la Chrétienté et la Paix.

    b)      La protection d’un Prince ou d’un État ne doit pas aliéner un Ordre chevaleresque, et le priver de son indépendance morale et spirituelle.

    c)      Il n’est pas permis à un Ordre authentique de se soumettre à l’hégémonie d’associations ou d’entités philosophiques ou politiques même soi-disant neutres.

    d)     L’Ordre de chevalerie n’étant pas une création d’État ne peut en aucun cas être abrogé par quelque décret que ce soit.

    Article 27

    Les Ordres renoncent aux initiatives inspirées par la vaine gloire et un puéril amour des titres et décorations de pacotille ou au goût de lucre et à l’escroquerie. Ils nient la qualité chevaleresque de ces entreprises.

    Article 28

    Les Ordres peuvent ménager les consultations utiles entre leurs représentants, en vue de promouvoir une unité d’action pour la réalisation des fins de chevalerie. Ils peuvent aussi passer des accords ou contracter des alliances les uns avec les autres, d’une manière provisoire ou permanente tel le conseil de l’Ordre de la chevalerie régulière en Espagne.

    Article 29

    Les Ordres d’Honneur, qui habilités à sanctionner les défaillances, sont favorables au but fixé par les présents principes.

     

    Le Peuple du Val

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  

    Memento Moris

    Blason de Gueules à la croix tréflée d’argent

     

    DE LA CHEVALERIE

     

    A la gloire du Dieu Un en Trinité

    de l’Archange SMichel,

    des Sts Longin et Corneille

    des Sts Dimitrius et Mercurius

    et Georgius et Sébastianus

    et Mauricius

     

    Liminaire

    Ce n’est pas sans crainte que devant vous aujourd'hui j’aborde le sujet de la Chevalerie. Il est beaucoup plus facile d’en parler que d’en être. Les vicissitudes de l’humaine nature sont telles qu’il est plus facile de paraître que d’être et que souvent l’on parle ou écrit bien en théorie de ce que dans la pratique on vit mal.

     

    Vous avez dit Chevalerie ?

    De quoi parlez-vous en Vérité ?

    De quoi s’agit-il ?

    Sait-on seulement à quoi l’on fait référence ?

    La Cavalcade

    C’est un mot presque magique, il a traversé les siècles et les océans et encore aujourd’hui chez nous tous qui l’entendons, il éveille des aspirations et des nostalgies inavouées. Qui de nous, enfant bien né, n’a pas rêvé d’être le « chevalier » d’une cause, pour lors importante, qui de nous ne se trouverait-il pas honoré de recevoir un insigne qui, croit-il alors, lui donnerait droit au titre prestigieux de « chevalier ».

    Parmi nos jeunes gens, beaucoup se battent dans les sports ou dans des organisations de jeunesse sous l’ombre protectrice de la grande figure ancestrale que nous évoquons et dont nous chercherons à découvrir ensemble la réalité.

    Pour commencer, sommes-nous conscients de ce qu’est la chevalerie et le chevalier qui en est membre ? Qu’évoque pour nous la chevalerie ? Sommes-nous victimes des films, de la télévision, des bandes dessinées, des clichés des affiches ? Ou bien sombrons-nous dans la croyance qu’un « Chevalier » est un « Monsieur » pourvu d’une médaille ou recouvert d’un bel uniforme chamarré et adorné, un Monsieur dont la fortune lui permet de participer, sans risque, à des œuvres caritatives de bon aloi ?

    Croyez-vous que la chevalerie est un jockey-club, un super Rotary ou Lions’ club ?

    Si telle est votre croyance, vous seriez dans l’erreur la plus complète.

    Ce que n’est pas la chevalerie

    La chevalerie n’est pas un club de « seigneur » fut-il de la guerre, où se rassemblerait une aristocratie de « messieurs » dont les titres ne leur sont dus qu’en vertu de leur descendance d’ancêtres méritants, dont ils « descendent » trop souvent en moins bien (comme les expressions disent bien ce qu’elles veulent nous faire comprendre au-delà des apparences). Certes il est difficile de succéder à des grands, trop souvent ils oublient de se tourner vers les grands exemples de leurs ancêtres et ainsi de s’élever par leurs actes et non par leurs titres. Ce que, Dieu merci, beaucoup qui ne paraissent pas font dans leur for intérieur.

    Ce n’est pas non plus un « super-club » où certains jours de cérémonie on s’habille d’un uniforme dont le prix est aussi important qu’une voiture. Qu’on l’agrémente d’une cape, d’une couleur ou d’une autre, qu’elle soit pourvue d’une croix ou d’un autre insigne n’y ajoutera rien et en tout cas pas la chevalerie.

    Que sonne et reluise le tintement et l’éclat de métal de toutes sortes de médailles aux multicolores rubans ne mettra pas le moins du monde une once de chevalerie.

    Tous ces effets de cape et de médaillés en uniforme ou en habit qui font ressembler à des pingouins ne donneront que les apparences de la chevalerie, ne feront pas « être » chevalier. Tout ce que l’on peut en attendre est peut-être un peu d’étonnement chez les non avertis et un peu de ridicule pour ceux qui se sont déguisés ainsi momentanément mais de nos jours il y a longtemps que le ridicule ne tue plus !

    Dans le meilleur des cas, aux yeux de la bonne société, on pensera que ces signes décoratifs sont dus pour d’honorables services rendus, donc désignent des décorés mais pas des chevaliers.

    Comme l’écrivait il y a quelques années un de mes amis « s’il y a des chevaliers aujourd’hui, ils ne sont certainement pas dans les salons de Paris ou de Bruxelles… » et j’ajouterai dans ceux de n’importe quelle grande ville du monde ni dans le « virevolti » dans des effets de cape et le « cliquettement » de la quincaillerie de médaille mais « dans les bras pleins de poussière et de sang, là où les chrétiens souffrent au Moyen-Orient par exemple ».

    Défaisons-nous des illusions, la chevalerie est un idéal très haut, si haut qu’il est difficile de l’atteindre. Individuellement ou en groupe, cet idéal vers lequel tendent les efforts n’arrive à son apogée que pour entamer un autre déclin.

    D’aucuns ont écrit des livres comme « Le déclin de la chevalerie » d’autres « Des ordres de chevalerie », qu’est-ce à dire ?

    Vous connaissez tous les « boomerangs », vous connaissez tous son vol, il revient, s'il ne touche son but, à l’inverse de son lancement de départ. Ainsi en est-il de la chevalerie, comme elle n’a pas encore rencontré son but qui est la « Jérusalem d’en haut », où réside son Maître le Christ, le premier des chevaliers, périodiquement elle se dégrade et périodiquement il faut la relancer vers son but. L’histoire de la chevalerie elle-même n’échappe pas à cette loi d’entropie qui touche toute institution humaine en attente de la perfection définitive qui sera atteinte à la fin des temps.

    La chevalerie est un idéal ancestral lié à notre nostalgie d’une forme idéale, chaque siècle en eut sa forme et le temps passe.

    Aujourd'hui par la recherche historique, nous avons pu faire de notoires progrès dans la connaissance de ce mode de vie. Bien au-delà du travail toujours valable de Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye[1], de ceux de Léon Gautier[2] et de Levray[3], Gustave Cohen[4] et Marc Bloch[5], Eyghein, Delander qui y furent nos maîtres.

    Quoi qu’il en soit, essayons aujourd’hui avec vous de faire le point comme on jette un regard en arrière sur un chemin parcouru, comme dans un moment de retraite durant lequel on essaie de préparer l’avenir.

    Maintenant, essayant d’éviter les parties trop techniques, nous parlerons de l’ordre de chevalerie en sa forme générale dite séculière, laissant pour un autre moment la forme particulière des ordres de chevalerie régulière.

    Nous l’aborderons par le biais de la tradition historique après le Christ et nous l’examinerons sur le plan de ses principes juridiques, de ses implications spirituelles, de son actualité aujourd’hui.

     

    La Chevalerie Ailée

     

    Le biais historique 

    « Du roi David et de ses preux homes vint notre chevalerie

    Qui le premier eut los et amor de clergie.

    Puis en Grèce à Sparte et Thèbes fut reçue

    S’en vint de Troies à Rome la chevalerie

    De Celtie reçu sa some

    Qui ore en Gaule est maintenue »

    (Dit du Prudhomme en chevalerie)

     

    Au-delà de la période du christianisme, que nous n’aborderons pas en détail aujourd’hui, nous savons par la tradition que « l’ordre chevaleresque » existait déjà chez les indo-celtes dont nous sommes peu ou prou issus.

    Nous citerons rapidement de mémoire les noms de quatre grandes familles : « le rameau rouge » de tradition celtique, les Courettes et Hypeïs de tradition grecque, les « eques romains » et les « preux de David ». C’est de ces divers rameaux ou fers à chevaux réunis que sont issus les premiers « MILES CHRISTIANI » dont le noyau est effectif dès 33 après J.C.

    Ces premiers « miles christiani » auront souvent à subir le martyre individuel et ils seront la sauvegarde de la communauté naissante, gardiens des reliques de la Passion et des Lieux Saints, procurateurs des « Saints » dont parle St Paul dans l’épître aux Romains (XII, v13). Tels seront les centurions LonginCorneille, et d’autres comme Joseph d’Arimathie et bien sûr SPaul après sa conversion.

    Parmi les martyrs des deux premiers siècles, vous trouverez beaucoup de ceux-ci soutenant face aux idoles d’alors le dernier bon combat, celui qui leur fit remporter la palme.

    La première grande moisson eut lieu sous l’empereur romain Maximien vers 286-293, c’est celle des martyrs de la légion thébaine que commandait Saint Maurice.

    Ils versèrent leur sang dans le Valais suisse à Agaune où leurs restes sont encore vénérés, et la lance de St Maurice servit de palladium au royaume primitif des Burgondes, jusqu’à sa défaite sous St Sigismond devant les barbares venu du Nord.

    C’est vers 311 que se fixera une première fois les normes de l’éthique des chevaliers chrétiens. L’un de ceux qui en sera dans sa prime jeunesse (328) un fruit sera SMartin (316-396) dont nous aurons l’occasion de reparler plus d’une fois.

    En 477, le Maître de la Militum est un Burgonde chrétien, il est arien de confession, malheureusement il faut dire qu’à cette époque c’était l’opinion de la majorité dirigeante.

    Ce sera sous son fils Sigismond qu’une deuxième réforme se fera, elle s’effectuera entre 512-516 aux conciles d’Orléans et d’Epone et donnera naissance à la forme mérovingienne de la chevalerie chrétienne.

    Deux siècles passent de nouveau, l’effet d’entropie se fait sentir, il faut RE-FORMER, c’est dans le cadre du VIIème concile œcuménique en 742 et aboutira en 803 à la prise de Barcelone aux dépens de la poussée musulmane. Ce sera l’œuvre de la chrétienté carolingienne qui plus tard se « typifiera » sous la forme de Gérard de Roussillon et de Roland à Roncevaux (778).

    Le temps s’en va de nouveau, il faut spécifier la fonction ecclésiale de la chevalerie, elle deviendra le fer de lance de la Paix et Trêve de Dieu proclamée au cœur des assemblées du Puy en 990, de Narbonne et Charroux en 987. Les prototypes de ces chevaliers seront Guillaume d’Orange et Vivien.

    Le cœur de la RE-FORME : St Benoît d’Aniane et le grand pèlerinage de purification de St Jacques de Compostelle et la F.S. (Fraternité sainte).

    Plus au nord en Senouais, la résistance à la poussée musulmane avait, fixé sa tradition dans le monastère de Ste Colombe, près de Sens.

    Fille d’un prince d’Espagne sous Aurélien, elle eut pour défenseur une ourse et après avoir échappé à l’incendie de sa prison, elle consomma son martyre par la décapitation.

    Ce qui est certain, c’est que ce monastère fut un haut lieu de la dynastie mérovingienne et que le fils de Frédégonde, Clotaire II et sa descendance en prit soin.

    Sainte Colombe et l’abbé Eban (+ 750) fut à l’origine de la victoire obtenue en 737 devant les murs de Sens contre des bandes d’Abd er Rahman.

     

    C'est pour Aile que je Mors !

     

    Les Pépinides 

    Charlemagne prit grand soin aussi en hommage insigne de lui donner la calotte d’Alcuin.

    Capitulaire d’Aix-la-Chapelle, 897

    Benoît d’Aniane, fils du comte de Maguelone, 750-820

    En 847 apparaît Bernard uni par lien de parenté à Charles le Chauve (Bernard est un nom de la famille du duc de Septimanie, ancienne Narbonnaise)

    Deux frères, Echard et Childéric, fils de Childebrand, comte du pagus Augusto du Nensis (Autun).

    Les noms qui sont employés en 850 montrent une filiation par la tradition des prénoms et elle est un indice qui fait remonter ce centre d’Autun par Thierry comte d’Autun, Childéric V fils de Brunehaut et Sigisbert 1er, Clotaire 1er à Clovis 1er et le ferait bien prince légitime mérovingien ;

    Quand Girard de Roussillon (+877) va intervenir, la lignée royale n’aura plus de protecteur et les conséquences de la bataille de Fontenoy-en-Puisaye de 841 se feront sentir.

    Et c’est pourquoi Charles le Chauve (840), essaiera avec Lambert le recteur et l’archevêque Wenilo de race royale de faire passer l’abbaye dans leurs biens fond (comme dépouille de princes royaux mérovingiens).

     

    Saint Loup de Ferrière arrivera à réduire la difficulté. 

    Wenilo essaiera en direction de Louis le Germanique en 858 et échouera en 859 au concile de Savinière près Toul. C’est lui qui voulut construire la basilique carolingienne et la consacra, autre manière d’effacer la légitimité royale des comtes d’Autun.

    858 – 764 ( plus ou moins)

    Ermyne de Balus, sœur de Berthe femme de Gérard

    A la suite du retour en force d’Alard

    L’histoire nous conduira par :

    Welf – 865 – 881

    Conrad VI -  888- 881 à Hughes l’abbé 882 – 886

    Issu de Conrad Guelfe de Bavière…. Comte d’Auxerre.

    Beau- fils de Robert le Fort, frère utérin de Eudes Ier et Robert Ier qui occupa le trône de France et pointe déjà avec la lignée usurpatrice des capétiens. S’il n’y avait plus de « Pépinide » ce qui est discutable, car il existait toute une branche issue de Lothaire, le roi d’Italie, comte de Vermandois, Roucy, etc…

    Ce n’est donc pas sans raison que le comte de Bourgogne avec Richard le Justicier, comte d’Autun, (Ealis II fille de Conrad II, fils de Conrad) revendique l’abbaye pour la faire retourner dans le bien fond de prince mérovingien, qui y place Betton Bheux, évêque d’Auxerre, mort le 24 février 918 ; il est inhumé aussi à Ste Colombe.

    Rodholphes 924 + 926

    A la mort de Raoul le duc de France va installer un vicomte originaire des Frémond en 942.

    Mais le comte de Reims (Rouy de Lothaire) le chasse comme intrus.

    Qui fut à nouveau reprise et c’est à la mort de Hugues Capet que les Frémond prirent le titre de comte (ou le reçurent en gratification de leur exploit).

    Ses descendants Renard, Frémond II et Renard II le Mauvais ne furent que plaies pour l’abbaye. Ce n’est qu’en 1015 que se termine cette engeance.

    Cerf Volant

    Robert le Pieux réunit le comté à la couronne.

    Nous voici revenus à la période de St Odilon.

    Wilerius Guillaume , 1048-1088

    Arnould fils du comte de Champagne (Vermandois) et frère de St Thibault.

    De là à Roscelinus = Roncelin 1100- 1139

    Puis à Théobaldus, Thibaut de Pahen ?? 1139-1146 ;

    Ce fut aussi le temps où à Pothière (monastère relevant de la seule papauté) se composa la deuxième version de la « Vita Girardi » (vie de Gérard de Roussillon) cousin de SGuillaume.

    -       Gérard y apparaît comme un défenseur de l’héritier légitime.

    -       Un loyal vassal qui va jusqu’à laisser prendre ses biens pour défendre la veuve et l’orphelin.

    -       Un fidèle serviteur de l’Église qui lui fait restituer tous les biens usurpés par des puissances laïques.

    -       Qui préfère refuser l’affrontement sanglant quand il sait que la lutte est inutile.

    -       Qui finit saintement ses jours en fondation pieuse à Pothière.

    -       Un chevalier véridique.

    Il est vrai que la légende déforme beaucoup les personnages, mais la connaissance historique de l’authentique Gérard de Roussillon, issu des rois mérovingiens et allié des Carolingiens et Capétiens, montre un homme droit comme une épée qui est le fléau de la balance des différentes branches des races royales.

    Partant de cette vie, on peut comprendre le pourquoi de la halte qu’y fera Ste Jeanne d’Arc en ce monastère de Pothière.

    Autre enseignement de ce « Vita Girardi » : c’est d’autre part la donation à St Pierre des monastères de Pothière et Vézelay, il donne le modèle repris pour Cluny et bien d’autres plus tard.

    Ce sera le moyen de mettre à l’abri des convoitises séculières des lieux sacrés importants.

    C’est le procédé qui sera suivi  pour le bien de la fondation de Bure dont le territoire sera ainsi soustrait à la convoitise du duc capétien de Bourgogne et des comtes palatins de Champagne pour être donné à une chevalerie qui ne relève que de Dieu et du pape déjà au centre de la chevalerie qui deviendra plus tard celle du Temple.

    Ce qui est émouvant aussi est le dernier vers de l’épitaphe de son tombeau primitif à Pothière, il retentit comme le son du cor, comme une prophétie :

    « Heu moriens tecum traxisti pendera rerum »

    « Héla, ta mort a rompu l’équilibre du monde »

    Cette mort du chevalier parfait en 877 n’est-elle pas l’annonce de la mort d’une chevalerie trop parfaite pour le monde qui naissait en 1307 ?

     

    Le Viaticum

     

    Évènement de Pothière 1069-1070

    En dehors de la légende de Girard de Roussillon, un autre évènement dans le milieu patricien avait fait du bruit.

    C’était la conversion à l’ordre des charbonniers de plusieurs des leurs, dont le moindre n’était pas St Thibault, fils du comte Arnould de Champagne.

    Né en 1017, quittant à vingt ans le monde en 1037 en Souabe fuyant jusqu’à Vicence (Italie) où la mort le prit le 30 juin 1066.

    Et mieux encore où entre 1077-1080, Simon, comte de Crépy-en-Valois, abandonne son comté de Valois de Vexin. Son père n’était autre que Raoul III de Valois et Bar-sur-Aube qui pilla l’abbaye de Pothière au milieu du XIème siècle. Le chroniqueur Thibault de Marly écrit qu’il devint charbonnier, le plus humble des métiers, tel ordre il choisit.

    En 1073, Arnould, moine de Sainte Colombe de Sens avait pris le baluchon et la panetière et, muni de la bénédiction de son abbé, avait pris la route de Vicence.

    Ce ne fut qu’en 1078 qu’il revint, ramenant les reliques de son frère St Thibault.

    C’est alors que près d’Auxerre une chapelle où reposa son corps prit le nom de St Thibault des Bois. A Joigny une église lui fut consacrée et près de Saulieu au pied de Charny se trouve encore la chasse de St Thibault dans la célèbre église gothique qui sera bâtie au début du XIIème, bien après par les compagnons du devoir. Des pèlerinages discrets s’y font encore aujourd’hui.

    Sens et Ste Colombe reçurent son corps avec magnificence et son frère Arnould devenu abbé, pour contenir la foule qui se pressait pour visiter les reliques, fit bâtir une petite chapelle entre l’abbaye et le faubourg St Didier. Cette chapelle sera rasée par les protestants au XVIème et la croix qui la remplaça disparut au XVIIIème.

    Sous l’influence des grands abbés clunisiens sous la règle de St Benoît, la chevalerie va prendre la forme que nous lui connaissons par l’histoire.

    Ce fut d’abord St Odilon (994 à1049) , « le Roi Odilon » comme aimait à plaisanter Adalbéron de Laon qui n’était pas lui-même un exemple de rectitude morale et moins encore chevaleresque. Odilon vivait entouré de « Miles » ; il en était arrivé à la certitude qu’il fallait en revenir aux « principes » de la Chevalerie et que face aux « Ribat » musulman il fallait opposer une chevalerie chrétienne. Pour ceci, il fallait mettre en place et en contact les forces vives face à face.

    Ce fut, depuis 732, la quatrième ou cinquième expédition en Espagne qui permettra d’en affiner les principes, travail auquel participera activement St Hugues (1049-1109), issu des comtes de Semur-en-Brionnais, qui était aussi comte palatin de Châlon-sur-Saône ; il avait lui-même reçu dans sa jeunesse le « cingulum militiae » (Vita Hugonis par Hildebert de Lavardin, P.L.159 - col860) et probablement parent des Roucy par sa mère Aremberge.

    L’expédition d’Espagne qu’il prépara fut la conséquence de la prise de Santiago (St Jacques de Compostelle en 977 par Al Mansour ( +  1031)

    On trouvera mention d’une école chevaleresque en 1060, c’est celle de Ilduin de Roucy, comte de Reims et frère de Brun de Roucy, évêque-comte de Langres. Leur filiation remontait au Roi Lothaire ; il était, lui aussi, entouré d’une grande quantité de chevaliers qui le servaient avec dévouement. Nous trouvons cette mention sous la plume de Suger, ami des capétiens et ennemi des descendants carolingiens. (Vie de Louis VI le Gros, 1081-1087).

    Ilduin lui-même se livrait souvent aux exercices de chevalerie dans lesquels il était passé « MAITRE ». Ses exploits avaient attiré autour de lui une armée de chevaliers, une armée digne d’un Roi (l’envie est ici très nette dans le camp capétien qui usurpa le pouvoir depuis la forfaiture de Senlis). Tous ces guerriers étaient animés d’une égale ardeur au combat, comme leur chef ; ils éprouvaient des transports d’allégresse en s’équipant pour la bataille… Suger ajoute : « Leur chevalerie ne leur servit de rien contre le roi Louis VI car ils furent battus ».

    Mais St Hugues de répliquer en 1060 à la suite de cette défaite devant le Concile d’Autun par ces fortes paroles chevaleresques prononcées à la fin des années de guerre qui ravagèrent les marches de Lotharingie et de France durant cinquante ans (1010-1060) :

    « Que ceux qui veulent la paix et craignent Dieu nous écoutent et nous secondent. Que celui qui n’est pas fils de paix se retire d'au milieu de nous, je le lui ordonne car il est fils de l’Ennemi de Dieu, s’il met obstacle à l’œuvre du Ciel ».

    Cette paix acquise au prix de nombreuses concessions, Hilduin de Roucy et ses beaux-fils purent entreprendre de venger l’assassinat de Ramires Ier d’Aragon devant le siège de Grados en 1063. Le pape Alexandre II préconisa lui-même cette expédition punitive. Hilduin partit donc en compagnie d’André de Romerupte et du Seigneur d’Arcis, ses beaux-fils. Ils retrouvèrent Guy Geoffroy, comte de Perche, Hugues de Clermont en Beauvoisie, Thibaut comte de Reynel, Godefroy de Guise du comté de Cluny et Foulque fils de Renault comte de Bourgogne Franche. Cette expédition aboutit à la prise de Barbastro en 1064.

    Thibaut, comte de Semur-en-Brionnais et de Châlon-sur-Saône, parent de St Hugues de Cluny, y prend part aussi ; il y trouvera la mort en 1065 à Tolosa-en-Biscaye et ses compagnons ramèneront son corps à Paray-le-Monial au tombeau de sa famille. La même année disparut aussi Hilduin de Roucy.

    Pendant que ces expéditions remplissaient de fracas des armes le silence des déserts d’Espagne, au doux pays de France il se passait les évènements réjouissants que voici :

    Pour les capétiens, la chevalerie demeurait plus difficile que la langue des hébreux. Pour eux, les commandements qui semblaient de mode étaient :

    « Entretuez-vous les uns les autres pour usurper le pouvoir et vous y maintenir »

    « Malheur aux vaincus, ce sont des faibles, accaparons leurs biens et spolions les veuves et les orphelins, puis tuons-les ».

    C’est tout le moins l’exemple que donnait le premier duc capétien de Bourgogne Robert Ier : il commença par répudier son épouse légitime Hélie de Semur, empoisonna son beau-père Dalmare, héritier des anciens ducs des carolingiens, et pour faire bonne mesure, assassina le plus jeune fils qui n’était autre que le frère de St Hugues, l’abbé de Cluny, élevé par lui dans la tradition de l’authentique chevalerie. Il le montrera pour lors.

    La mesure était comble : Robert Ier fut excommunié. Un concile fut réuni à Autun en 1060 sous la présidence de St Hugues et Agathon de Mont St Jean abbé d’Autun.

    L’archevêque de Lyon et tous les évêques de la province y vinrent.

    Ne recherchant nulle vengeance, St Hugues ne rechercha que deux choses :

    -       la première récupérer son neveu le jeune duc, pour l’élever selon l’éthique de l’Ordre chevaleresque,

    -       la seconde remettre celle-ci en valeur en lui donnant un champ d’application nouveau, en Espagne jadis chrétienne qu’elle avait mission de reprendre à l’Islam. C’est ce que nous avons vu.

    Une politique de mariage y fut jointe : ainsi on verra le comte Sanche Ramirez (futur roi d’Aragon – Navarre) épouser Félicie, sœur d’Elbe de Roucy, Maître de la Chevalerie ;

    Foulque, beau-frère de ce même Elbe de Roucy être l’aide du comte Amaour, tige du futur roi de Castille – Léon.

    Une autre affaire avait défrayé les chroniques de l’époque en 1069 :

    L’évêque de Langres de 1065 à 1085, Hugues Raynald de Bas Seine comté de Tonnerre connu aussi sous le nom de Hugues de Langric, sur un coup de colère venait de brûler et détruire village et abbaye de Pothière, qu’avait fondé son ancêtre le célèbre Girard de Roussillon (du moins le tenait-il pour tel).

    Le carnage terminé et l’incendie éteint, constatant qu’il venait de détruire les preuves de sa filiation, il se repentit … un peu tard, après avoir « séjourné » dans une tour.

    Le pape le réclama, il prit le pari qu’il avait là l’homme qui lui fallait pour travailler à la réforme chevaleresque. Il le fit venir à Rome et lui enjoignit d’allier ses efforts avec ceux de St Hugues de Cluny.

    En 1070, le pape écrivait à St Hugues « Agissez avec l’avis et les prudentes dispositions de l’évêque de Langres, car nous savons qu’il a, dans ces derniers temps, promis d’être en tout un fidèle auxiliaire non seulement pour nous mais pour tous nos légats, et nous avons en lui beaucoup d’espoirs et de confiance » (Don Bouquet, t. XIV, p. 605).

    A son légat, l’évêque de St Dié, le pape enjoindra : « Entendez-vous avec l’évêque de Langres pour réunir un concile ».

    Celui-ci eut lieu en 1077, commença à Dijon mais la session du mois de septembre pour la St Mathieu eut lieu à Autun, où la St Michel fut célébrée en grande solennité.

    Nous l’avons vu plus haut, Hilduin de Roncy disparu, son fils Elbe avait pris la relève. Le pape écrivait alors s’adressant aux princes agissant en Hispagnie « Vous n’ignorez pas , sans doute, que le royaume d’Espagne a anciennement, de droit, appartenu à St Pierre et qu’aujourd’hui encore, bien qu’il soit occupé par les païens, ce droit reste imprescriptible, donc il ne peut dépendre d’aucun pouvoir, si ce n’est du siège apostolique...

    ...le comte Elbe de Roncy, dont la renommée a dû parvenir jusqu’à vous, désirant entrer dans ce pays pour l’honneur de St Pierre (c’est pourquoi ils prendront la « clef » pour insigne) dans le dessein de l’arracher aux mains des païens, a obtenu du St Siège apostolique qu’il possèderait du chef de St Pierre, sous les conditions arrêtées entre nous, les terres d’où il réussirait, par son courage et celui de ses alliés, à expulser les infidèles. Que quiconque parmi vous voudra l’aider dans cette entreprise soit animé « pour l’honneur de St Pierre », de sentiments tels qu’il attende de lui protection dans le péril et qu’il reçoive de lui la récompense due à sa fidélité. »

    Cette deuxième expédition, après l’an mil, eut lieu courant 1077. Il était urgent d’aider Sanche Ier d’Aragon, beau-frère d’Elbe de Roncy, dont le propre père venait d’être très proprement écorché vif par les très civilisés et tolérants musulmans d’alors.

    Participeront à cette expédition Henri Hugues de Bourgogne, mari de Sybille de Nevers. Elle eut pour résultat la prise du royaume de Navarre en 1078 et se termina en 1079-1080, date à laquelle le jeune duc se retirera à Cluny sous la direction de son oncle St Hugues, après avoir passé le duché de Bourgogne à son frère Eudes. Il se fit moine à Cluny.

    Pendant que ces expéditions remplissaient de fracas des armes le silence des déserts d’Espagne, au doux pays de France il se passait les évènements réjouissants que voici :

    Si chacun suivait son exemple, la situation deviendrait encore pire, car si tous les bons chevaliers en faisaient autant, qui resterait pour protéger les pauvres du monde ? Grégoire VII comprit le danger et tonna contre le « rapt » d’un bon prince qui laissait cent mille chrétiens sans gardien ; oubliait les gémissements des pauvres, les larmes des veuves et les cris des orphelins, provoquait la désolation des églises sans protecteur, la douleur et le murmure des prêtres sans défenseur »

    La nécessité de mettre au point une institution qui permettrait aux bons princes et chevaliers d’allier la vie régulière des fils de St Benoît et celle de la fonction chevaleresque devenait patente.

    Hugues Rainald, évêque de Langres pour se faire pardonner Pothière détruit, prit la balle au bond. Il offrit alors (1072) tout ce qu’il possédait en « Albaniaco » (à savoir Bure, Terrefondu, la Bresse (la forêt) le Val d’Arce, ainsi que nous l’enseigne la bulle pontificale d’Innocent II rappelant en 1142 à Robert, Maître de la Chevalerie du Temple, l’origine de ces biens.

    Pour l’instant, ces terres avaient été données à ceux qui étaient les « chevaliers » et se couvraient de gloire en Espagne.

    En Espagne, du fait qu’ils portaient une clef rouge sur un habit blanc, ils étaient plus connus sous le nom de « chevaliers de St Pierre », « chevaliers blancs », du nom de leur territoire d’origine (Albeniensis), ce qui aurait dû se dire « chevaliers de l’Ource » ; ils furent aussi connus du fait de la nouveauté de leur comportement « novi miles » nouveaux chevaliers ou chevaliers de St Georges, portant la croix des torques.

    Ils participaient ainsi à la 3ème expédition qui eut pour raison d’aider Alphonse VI, beau-frère de Hugues Henri ancien duc de Bourgogne. En 1080, cette nouvelle offensive fut lancée, elle aboutit à la prise de Tolède en 1085. Mais à la suite de divers revers, la plupart des français rentrèrent en leur pays en 1087.

    Il fut nécessaire de réorganiser les forces détruites. Aussi, Urbain II champenois (Eude de Lagny) décida de l’objectif : Huesca, en 1089. L’opération fut longue et périlleuse et ce n’est qu’en 1094 que Huesca sera attaquée. Sanchez Ramirez y trouvera la mort et la ville sera prise en 1096 avec l’aide de Pierre Ier de Navarre Aragon. En 1101, Barbastro sera reprise et Saragosse en 1118.

    C’est durant ces cinquante années que se préparera ce que l’Église allait reconnaître en 1127 au concile œcuménique de Troyes en Champagne et que l’institution sera connue sous le nom de « chevaliers de la cité sainte, chevaliers du Christ, chevaliers de la Trinité, puis pauvres chevaliers du Christ et de la Sainte Trinité, puis chevaliers du Temple de Salomon et familièrement « Templiers ».

    On comprendra ainsi la raison profonde de la donation du roi Béranger de son royaume à l’Ordre de chevalerie, représenté alors par le grand Ordre hiérosolémitain d’alors.

    Après bien des vicissitudes, ils verront le couronnement de leurs efforts confirmé par la première règle de chevalerie régulière ratifiée par un concile…

    Vers 1132, St Bernard se décidera enfin à écrire le « De laudae Militiae » et la renommée étant enfin assurée à la fondation hasardeuse du début, nombreux seront ceux qui voleront au secours de la victoire.

    Puis, en 1134 le concile de Pise en donnera la forme définitive.

    Certaine institution qui à l’origine n’était qu’hospitalière se fera chevaleresque : c’est le cas des Hospitaliers de St Jean de Jérusalem, aujourd’hui connus sous le nom de Chevaliers hospitaliers de Malte.

    D’autres naîtront avec un avenir plus ou moins grand devant elles, plusieurs se fondront aux « Templiers », par exemple l’Ordre de Montjoie en 1189, l’Ordre de Trujillo en 1198.

    D’autres naîtront des difficultés pour l’Ordre du Temple : prendront la Règle de St Benoît et les usages cisterciens comme Calatrava en 1152, les Portes-glaives de Livonie, du Christ de Dobrinz, St Benoît d’Aviz ; d’autres prendront la règle de St Augustin (Santiago 1179) ; d’autres une règle mixte comme les Chevaliers Teutoniques (1154).

    Des 7 Vies

    Et la RECONQUETE continuera.

    En 1453, la couronne d’Espagne tentera une mainmise sur les Ordres « pour en assurer la perpétuation ad vitam aeternam ». (fin de la « réserve »)

    Le Concile de Trente amènera une REFORME qui ira dans le sens de la sécularisation ou d’un durcissement aristocratique. Ce sera pour les Ordres en Espagne le statut « Los Ordones militares » et pour les chevaliers hospitaliers de Malte le code Rohan (encore en vigueur pour eux en sa plus grande partie, sauf les nouvelles constitutions conciliaires après Vatican II)

    En Occident, la Renaissance prétendue mêlée aux erreurs de la Réforme protestante n’arrangera pas les affaires chevaleresques et donnera naissance à des branches protestantes de l’Ordre de St Jean : St John Ordre, Prieuré de Brandebourg, pour les Teutoniques le bailliage d’Utrecht.

    Si l’on y voit encore d’authentiques chevaliers de St Pierre, tel Jean d’Autriche vainqueur de Lépante le 15 octobre 1543, où s’illustra l’authentique chevalier Cervantès qui y perdra un bras ; il se verra obligé d’écrire « Don Quichotte » contre les déformations de l’ordre chevaleresque.

    On y verra aussi le vaillant chevalier Bayard, sans peur et sans reproche, père chevaleresque de François Ier.

    Mais le plus clair de l’esprit du concile de Trente fut qu’il stérilisa l’institution qui devint, dans les mains des souverains créant des « compagnies d’honneur » un instrument de chantage et font que deux siècles plus tard du hochet aux mains des princes et aujourd’hui un instrument de gloriole et de vaine gloire.

    Le Feu de l'Or

     Fondement juridique de l’ordre chevaleresque

    Effectuons une conversion de plusieurs siècles en arrière et revenons à l’époque la plus néfaste de l’histoire européenne (l’expression est d’un historien célèbre).

    Revenons au début du XIVème siècle et écoutons ce qu’un chevalier a retenu de l’enseignement de son père jadis page avec Jacques Ier d’Argon de Majorque et Minorque, élèves en la forteresse templière de Mouzon de 1207 à 1217, par Guillaume de Montredon, devenu le bienheureux Raymond Lulle a transmis cette tradition reçue par son père.

    Il l’écrivit dans un livre le « De caballeria ». Nous nous en servirons pour nous guider sur les traces de l’authentique chevalerie.

    Raymond Lulle 25 janvier 1232-1315 issu de la famille maternelle de Heril (Herail) qui donna un maître du Temple Gilbert Héril (Herail : noblesse catalane).

    Extrait du chapitre Ier de « L’Ordre de chevalerie » Raymond Lulle circa 1320 :

    « Il arriva en cette terre, qu’un sage chevalier, qui, par la noblesse et la puissance de son courage avait longtemps maintenu l’ordre de chevalerie, qui avait en maintes guerres et batailles, ou joutes et tournois, eut maintes glorieuses victoires.

    Lorsqu’en sa lucidité ; il pensa et vit qu’il ne pourrait plus longtemps vivre, puisque, par le cours de la nature, celui qui a vécu de longs jours est près de sa fin, ce chevalier élut vie érémitique, puisqu’en lui la nature défaillait et qu’il n’avait plus, à cause de la vieillesse, pouvoir ni force d’user des armes de chevalerie ainsi qu’il l’aurait voulu.

    Ainsi donc, laissa sur place à ses enfants ses fiefs d’héritage et toutes ses richesses.

    Puis, en un grand bois abondant en eaux de source et en grands arbres de diverses manières portant des fruits, il fit sa maison.

    Pour que la faiblesse de son corps où la vieillesse l’avait fait tomber ne le déshonore pas, il fuit le monde où en d’honorables égards, en sages et aventureuses actions il avait été honoré.

    Ce chevalier se rappela le passage de ce siècle dans l’autre, en pensant à la mort, il lui souvint la redoutable et éternelle sentence en laquelle Notre Seigneur conviendra de nous rappeler au jour du jugement redoutable. Il se souvint du « Memento finis ».

     

    En une partie de ce bois, il y avait un beau pré au milieu duquel poussait un pommier bien chargé de fruits.

    Donc, à l’époque des fruits le chevalier vint vivre en la forêt dite Automne.

    Dessous ce pommier, ruisais (sourdait) une fontaine très belle et claire, elle arrosait le pré et les arbres qui l’environnaient.

    En ce lieu, le chevalier avait pris coutume de venir tous les jours pour y adorer et prier Dieu ; il Lui rendait grâce pour l’honneur et les bienfaits qu’en ce monde Il lui avait fait tous les jours de sa vie.

    En ce temps aussi, à l’entrée d’un fort hiver, il advint qu’un Roy très noble et sage, plein des bonnes traditions, fit savoir à la multitude des nobles qu’il voulait tenir grand court. Par la publicité qui fut faite par toute la terre au sujet de cette assemblée, il advint qu’un jeune écuyer décida d’y aller, avec l’intention d’y être reçu comme un nouveau chevalier.

    Aussi, comme il allait tout seul en chevauchant sur son palefroi. Or comme il avait fait déjà un long voyage, tout en chevauchant il s’endormit sur son cheval. Alors que l’écuyer tout en dormant chevauchait, le palefroi changea du chemin normal et entra en la forêt où se trouvait le chevalier.

    Tant alla par la forêt qu’il arriva à la fontaine. C’était l’heure où le chevalier qui demeurait au bois pour y faire pénitence, pour prier et adorer Dieu y était venu.

    Il méditait sur les vanités du monde qu’il faut mépriser, c’était ce qu’il avait coutume de faire chaque jour.

    Quand il vit venir l’écuyer endormi sur son cheval, il laissa là son oraison et sa méditation. Il s’assit à l’ombre d’un arbre du pré et commença à lire en un livre qu’il gardait en sa poche.

    Le cheval parvint à la fontaine et commença d’y boire. L’écuyer qui dormait légèrement sentit que le cheval n’avançait plus, aussi s’éveilla-t-il.

    Il vit alors devant lui le chevalier très vieux. La pénitence qu’il effectuait le rendait très maigre et pâle, ses yeux s’étaient abîmés par les larmes qui en jaillissaient. Avec sa grande barbe blanche, ses longs cheveux, sa mauvaise robe usée et déchirée de vieillesse, il avait, au regard, l’aspect d’un homme de sainte vie.

    L’un et l’autre s’émerveillèrent beaucoup.

    Le chevalier parce qu’il n’avait vu aucun homme en son ermitage depuis le temps où il avait laissé le monde, il y avait longtemps.

    L’écuyer, lui, parce qu’il s’étonnait fermement de se voir en ce lieu et comment il y était parvenu.

    Enfin, l’écuyer descendit de son cheval et salua le chevalier.

    Très calmement le chevalier l’accueillit, puis ils s’assirent l’un près de l’autre. L’un regarda l’autre en face avant que nul d’entre eux ne parla.

    Le chevalier s’aperçut vite que l’écuyer ne voulait pas parler le premier, par révérence et pour lui faire honneur. Il parla donc le premier et lui dit :

    (cérémonial d’admission des pages 1er degré du Temple)

    « Bel ami, où allez-vous ? Pourquoi êtes-vous ici ? Quel est votre désir et votre courage ? Que voulez-vous ? »

    « Sire, dit l’écuyer, la rumeur est parvenue de terre lointaine, qu’un très sage et noble roi a convoqué une assemblée générale en laquelle il veut lui-même devenir « nouveau chevalier » ; ensuite il y adoubera d’autres barons éloignés ou proches qui le deviendront aussi. C’est pour cette raison que je m’en vais à cette assemblée, car je désire être un nouveau chevalier. Mon pallefroy s’est détourné du droit chemin quand je me suis endormi par grande fatigue du voyage que j’ai fait et il m’a apporté en ce lieu ».

    Quand le chevalier entendit parler chevalerie, il lui souvint de son Ordre et des devoirs qui lui appartiennent. Il poussa un long soupir et entra en grande méditation, se souvenant de l’honneur en lequel la chevalerie l’avait longtemps maintenu.

    Pendant qu’il méditait ainsi, l’écuyer lui demanda ce qui le rendait pensif.

    Le chevalier lui répondit :

    « Beau fils, ma pensée c’est l’ordre de chevalerie, la grandeur en laquelle le chevalier doit se maintenir pour garder le haut honneur de la chevalerie. »

    Alors, l’écuyer pria le chevalier de lui dire de quelle manière il pourrait le mieux garder et honorer l’Ordre et le haut honneur qui, selon la volonté divine, lui revient.

    « Comment, dit le chevalier, ne sais-tu pas quelle est la Règle de l’Ordre ? Comment peux-tu oser ainsi la chevalerie sans que tu saches quelle est sa Règle ?

    Nul ne peut maintenir chevalerie s’il ne sait la Règle ! Nul ne peut aimer l’Ordre ni ce Qui lui appartient s’il ne sait la règle de l’Ordre chevaleresque. Nul ne le peut s’il ne connaît les défauts qu’il faut éviter, maintenir son honneur et éviter les fautes que l’on fait contre l’Ordre.

    C’est pourquoi, nul ne doit créer de chevalier, si par lui-même il ne sait appliquer la règle de l’Ordre chevaleresque.

    Car militaire sans règle est celui qui croit faire des chevaliers et ne sait leur transmettre la règle et les coutumes de l’Ordre chevaleresque. »

    Quand le chevalier eut dit ces paroles et repris l’écuyer qui demandait la chevalerie sans savoir ce qu’elle est, l’écuyer répondit :

    « Sire, s’il vous plaît, je vous en supplie, pouvez-vous et voulez-vous me dire la Règle des chevaliers ? Car, par le grand désir que j’en ai, il me semble que je l’apprendrais bien et selon mon pouvoir je suivrai bien la règle et les coutumes de chevalerie, s’il vous plaît de me les apprendre. »

    « Bel ami, dit le chevalier, la règle de chevalerie est écrite en ce livret que je tiens ; je le lis parfois pour qu’il me fasse souvenir la bonté et le bienfait que Dieu me fit en ce monde où je maintenais et honorais l’Ordre, de tout mon pouvoir. Car le chevalier doit donner toutes ses forces, corps et âme, pour l’honneur de la chevalerie, alors de la même manière la chevalerie donnera à son chevalier toutes les grâces qui lui appartiennent. »

    Alors le chevalier donna le livret à l’écuyer et quand il eut lu dedans il apprit que :

    « Seul est chevalier celui qui est choisi entre mil pour avoir cet office  (service) le plus noble »

    Lors donc qu’il eut compris la règle et les coutumes de l’Ordre, alors il réfléchit un peu et dit :

    « Ah ! Sire, vous êtes bon de m’avoir amené en ce lieu. J’ai enfin connaissance de ce que j’ai si longtemps désiré, alors que je n’en connaissais pas la noblesse et l’honneur que Dieu a mis dans cette règle et en tous ceux qui la suivent et sont de l’ordre chevaleresque. »

    Le chevalier dit alors :

    (cérémonial d’admission des pages 3ème degré du Temple)

    « Beau et doux fils, je suis si vieux que désormais je ne puis vivre beaucoup plus. J’ai composé ce livre afin de faire retrouver aux chevaliers la loyauté et la dévotion envers la règle et les coutumes de l’Ordre s’ils veulent tenir état de chevalerie.

    Vous prenez-le et portez-le en l’assemblée où vous allez. Montrez-le à tous ceux qui voudront être « nouveaux chevaliers ». Lorsque vous retournerez en votre terre, passez en ce lieu.

    Vous me direz les noms de ceux qui ont été ordonnés comme « nouveaux chevaliers », de ceux qui auront juré obéissance à la doctrine de l’authentique chevalerie. »

    Le chevalier lui transmit alors sa bénédiction.

    L’écuyer prit le livret, très respectueusement pris congé du chevalier, monta sur son pallefroy et très rapidement s’en alla à l’assemblée.

    Quand il y fut arrivé, il présenta au roi le livret, le lut par ordre très calmement et proposa que tout homme noble qui voudrait être admis en l’Ordre puisse en avoir copie afin qu’il sache et voit en le lisant ce qu’est l’Ordre de chevalerie.

    Clares

    Le commencement de la chevalerie 

    Quand au monde faiblirent la charité (amour) et la justice, la loyauté et la vérité, alors commencèrent cruauté et injustice, déloyauté et mensonge. Par ceci fut trouble et mis dans l’erreur le monde où Dieu avait créé l’homme dans l’intention d’en être connu et aimé, craint, servi et honoré par lui.

    Quand dans le monde aux origines fut venu le mépris de la justice par manque de charité (d’amour) il devint nécessaire que par la crainte la justice retourna en la place d’honneur où la bonne coutume doit la mettre.

    Pour cette raison, le peuple fut divisé par milliers et dans chaque « millier » fut choisi un homme qui devait être : plus sage, plus loyal, plus fort et notoire courage qui était mieux instruit des bonnes coutumes plus que tous les autres.

    A cet homme choisi entre MIL HOMMES on donna pour cette raison le nom de MILES.

    Puis après, l’on chercha quelle était la bête la plus adaptée et la plus belle, la plus vive et la plus puissante pour soutenir le labeur, et qui soit la plus habile à servir l’homme.

    On trouva qu’il était notoire que c’était le cheval ! Pour cette raison, l’homme choisi entre mil choisit le cheval et l’on donna ainsi à cet homme, à cause de la bête à laquelle il était « allié », le nom de CHEVALLIER ou CHEVALIER.

    Quand au plus remarquable des hommes fut donnée la plus remarquée des bêtes, on convint que l’on choisit de toutes les armes celles qui sont les plus remarquables et les plus convenables pour, dans la bataille défendre un homme de la mort.

    Celles-ci furent alors données et attribuées au chevalier.

    Quiconque veut donc entrer dans l’ordre de chevalerie doit se souvenir et réfléchir au remarquable commencement de la chevalerie.

    Il lui est nécessaire que pour s’accorder aux origines de la chevalerie soient remarquables son courage et ses bonnes (habitudes) qualités.

    Car s’il n’en était pas ainsi ce choix serait contraire à l’origine de l’ordre de chevalerie.

    Pour cette raison, il ne convient pas que l’ordre reçoive en son sein, par révérence de son origine, des individus qui en sont le contraire.

    Amour et crainte s’allient contre la haine et le mépris; pour cette raison il convient donc que le chevalier soit remarquable par son courage et ses bonnes qualités, pour que lui soit reconnu le très grand honneur qui lui est fait de son choix.

    Il convient que par sa charité et sa justice il fut aimé et craint du bas peuple pour que celui-ci retrouve la charité et la loyauté.

    Il convient que par ses armes et par son cheval il enseigne la crainte aux méchants et leur fasse retrouver la vérité et la justice.

    Telles sont les conditions premières pour accéder à la chevalerie.

     

    2 Jours et 2 Nuits

     

    Transmission de l’ordination ou l’adoubement 

    De quelle manière l’écuyer doit-il recevoir l’ordination de chevalerie ?

    Dès lors qu’un écuyer veut rentrer dans l’Ordre de chevalerie, il convient :

    -       Qu’il confesse à un prêtre les fautes faites contre Dieu et qu’il en reçoive l’absolution.

    -       Que son intention soit de recevoir la chevalerie seulement dans le désir de servir et honorer par celle-ci Notre Seigneur Glorieux.

    -       Qu’il reçoive, s’il est purifié du péché, le corps de Jésus-Christ.

    -       Qu’il ait été examiné sur les règles et coutumes de l’Ordre.

    Parce que pour les grandes fêtes c’est à savoir : Noël, Pâques, Pentecôte ou un jour solennel, beaucoup d’hommes se rassemblent en un lieu, il convient :

    -       qu’en ce lieu l’écuyer soit adoubé comme chevalier.

    -    Que tous les hommes rassemblés prient Dieu pour qu’Il donne à l’écuyer grâce et bénédiction par lesquelles il sera toute sa vie loyal membre de l’Ordre chevaleresque.

    L’écuyer doit jeûner la veille de la fête en l’honneur de qui c’est la solennité le jour où il recevra la chevalerie.

    La nuit précédent celle-ci, il doit aller à l’église y veiller et prier toute la nuit et y être encore en prière devant que se lève le jour durant lequel il doit être adoubé comme chevalier.

     

    Qu’il n’écoute en cette veille ni les jongleurs, ni les conteurs, ni les musiciens qui parlent de putinerie ou des péchés, s’il agissait ainsi dès le commencement de sa chevalerie, il déshonorerait et mépriserait la règle de l’Ordre.

     

    Il convient aussi qu’au lendemain du jour où il a été ordonné, on chante une messe solennelle d’action de grâce. Le « nouveau chevalier » viendra devant l’autel et s’offrira à Notre Seigneur par devant le prêtre qui en tient lieu, à l’Ordre de chevalerie. Il convient aussi qu’alors il s’oblige et se soumette par serment à honorer de tout son pouvoir l’Ordre de chevalerie.

     

    Raymond Lulle ne dit pas tout !

    Il passe sous silence que le rituel demande plusieurs jours, bien qu’il le sous-entende.

    Les actes passés sous silence sont symboliques :

    -       celui du premier bain rituel dans l’ordre physique, qui comporte la déposition des habits d’écuyer et fait introduction au bain spirituel de la confession générale qui est la déposition formelle et volontaire des mauvaises habitudes afin qu’en naisse un homme nouveau.

    -       Celui des dernières instructions et la transmission du sens symbolique de l’action qui va être vécue par l’écuyer avant de naître chevalier. La signification cachée des armes qu’il va recevoir et dont il connaît déjà la finalité !

     

    Le reste bien sûr ne peut se transmettre par l’écriture, il faut le vivre, au matin dans la clarté quand le Seigneur est ressuscité.

    A l’origine il n’était permis à personne, même page ou écuyer, d’assister au rite, qui n’était réservé qu’à ceux qui l’avaient déjà vécu. De cet usage seule demeure « la veille » où le jeune écuyer est retiré du monde et la « veillée d’armes ».

    L’adoubement proprement dit est désormais public, bien que le mode en reste réservé.

    En gros, pour ceux qui regardent, il y a des gestes puis une formule qui n’est pas fixe :

    « Au nom de Monseigneur l’Archange SMichel,

    De Monseigneur SGeorges,

    Moi, chevalier d’ordre……..je fais de toi

    Écuyer X… un nouveau chevalier »

    Ces paroles sont l’extérieur du rite. Pour qu’il soit valide et effectif, il faut que la volonté de l’ordinant soit bien de transmettre ce qu’il a reçu lui-même. Sans quoi l’effet est nul et non advenu.

    Seuls deux gestes sont nécessaires, tous les autres sont décoratifs : le fait de ceindre l’écuyer du « Cingulum militum » qui en est le premier, le second étant la « colée ».

    Le « Cingulum militum » c’est le baudrier particulier au MILES qui barre la poitrine de droite à gauche et fait reposer l’épée le long de la cuisse gauche. Son origine remonte aux âges les plus lointains. Il suffit pour s’en convaincre de jeter un coup d’œil sur l’iconographie ancienne dont nous disposons.

    C’est la marque particulière de porter l’épée qui distingue un chevalier d’un autre homme armé qui ne pouvait la porter qu’à la ceinture. Car cette disposition particulière a pour sens symbolique que celui qui la porte ainsi « est en charge » et qu’il porte l’épée en service commandé et de commandement. Sens qui se conservera encore de nos jours dans certaines armées séculières.

    Quand à la « colée », dite aussi « paumée », il faut l’avoir reçue pour en comprendre les effets. En tous cas ; elle est loin des petits signes mesquins dont usent certains qui ne semblent pas l’avoir reçue – avant 25 ou 30 ans, car l’usage nous enseigne que, passés ces âges, un fils de chevalier qui ne l’avait pas reçue redevenait un « rustici », c’est-à-dire quelqu'un de la base.

    Un exemple de l’enseignement qui était transmis durant la nuit en veillée d’armes et le jour suivant toujours selon notre ancien page (extrait du chapitre VI « De caballeria ») :

    «  L’épée est faite à la ressemblance de la croix, …Elle est donnée pour te signifier que, de la même manière dont Notre Sire Dieu Jésus-Christ vainquit la mort auquel l’humain lignage était condamné à cause du péché de notre premier père Adam, toi chevalier, tu saches aussi vaincre et détruire par l’épée les ennemis de la croix.

    Si l’épée est fabriquée « taillante » des deux côtés, c’est pour te signifier que tu dois avec celle-ci maintenir Charité et Justice : Justice est de donner à chacun ce qui lui est dû ; Charité de donner par pure gratuité. Or chevalerie t’est donnée pour maintenir Amour et Justice.

    Mais elle est aussi Loyauté et Vérité et c’est pourquoi elle doit te signifier la Parole du Verbe de Dieu dont tous les dires furent Vérité et Loyauté. Loyauté est de ne jamais renier sa parole et se parjurer ; Vérité est de ne jamais mentir. Et si sa lame est droite, c’est pour te signifier que Vérité est rectitude dans ses dires, comme Loyauté l’est dans ses actions et doivent faire taire toute fausseté.

    Bien sûr, il y a une explication pour chaque pièce de l’équipement chevaleresque et ces sens symboliques ont pour but d’être un aide-mémoire journalier pour le chevalier dans toute action quotidienne.

    Nous ne les aborderons pas maintenant, ceci fera l’objet d’une autre intervention.

    Brandelix

     

     


     

    [1]    Né le 6 juin à Auxerre mort le 1er mars 1781 à Paris, auteur de « Mémoires sur l’ancienne chevalerie »

    [2]    Né le 8 aout 1832 au Havre mort le 25 aout 1897 à Paris, Ses travaux scientifiques furent consacrés à l'histoire de la poésie épique du Moyen Âge en France, à la chevalerie et à la paléographie. Il est notamment l'auteur d'une édition de la Chanson de Roland (texte critique)

    [3]    « Le vray théâtre d'honneur et de chevalerie, ou le Miroir héroïque de la noblesse » (de : Marc de Vulson de La Colombière, ....-1658) , contenant les combats ou jeux sacres des Grecs et des Romains, les triomphes, les tournois, les joutes, les pas, les emprises ou entreprises, les armes, les combats à la barrière, les carrousels, les courses de bague et de la quintaine, les machines, les chariots de triomphe, les cartels, les devises, les prix, les vœux, les serments, les cérémonies, les statuts, les ordres et autres magnificences et exercices des anciens nobles durant la paix.

    [4]    Auteur de « Histoire de la chevalerie en France au Moyen Âge » (1949).

    [5]    (1886-1944) Auteur de « la société féodale 

    Partager via Gmail

    your comment
  •  

    LE PARLANT : LE CACHANT : LE SIGNIFIANT

     

    La Triple Hécate

    LA LANGUE FLEURIE 

     

    [ qui éclaire, par ses couleurs, qui émerveille par la beauté de ses formes et enivre par la suavité de ses parfums ]

     

    L'Isalgue

     La Double Rose

     

    L'Ortie

     

     

    OU LE LANGAGE DES OISEAU

     

     [ qui nous enchantent, par les mélodies de leurs chants (ou champs des écus d’armes), par la grâce de ses envolées et par leur agilité à suivre les courants d’air, où souffle l’Esprit ]

     

    Les Demoiselles

     

    Les Serpents à Plumes

     

    Lois...El

     

    Fulcanelli, dans son ouvrage majeur : «  Les Demeures Philosophales  » note :

    « … [ La langue des oiseaux ou des volatiles ou des anges des corbeaux (des "beaux…corps"), des "rossignols" (qui ouvrent les portes) ou langue universelle ou langue de cour et d’amour courtois etc … ] 

    Employée au Moyen Âge par les philosophes, les savants, les littérateurs, les diplomates. Chevaliers d’ordre et Chevaliers errants, troubadours, trouvères (ceux qui trouvent les vers ou les "verts" et mêmes les "trous de vers") et ménestrels … discutaient entre eux dans la langue des dieux, dite encore gaye-science ou gay-scavoir, notre cabale hermétique.

    Elle porte, d’ailleurs, le nom et l’Esprit de la Chevalerie, dont les ouvrages mystiques de Dante nous ont révélé le véritable caractère.

    C’était la langue secrète des « cabaliers » cavaliers ou chevalliers; et les initiés et intellectuels de l’antiquité en avaient, tous, la connaissance ». (Source voir la Langue des oiseaux - Wilkipédia)

     

    Il s'agit, à proprement parlé, de la kabale (cavale) phonétique, qui repose sur les jeux de nombres, de figures, de signes, de lettres, de mots, de syllabes et de phonétiques [ dans tous les langages ou translatés en français, qui est la langue diplomatique et héraldique ], dont les armoiries, avec leurs devises, sentences, maximes et autres cris d’armes [ ou cris d’a...larmes des oiseaux ] constituent le « Blason » des armes parlantes.

     

    Le Sable

    L'Argent

    L'Or

     

    A / C'est à la fois une langue métaphorique, celle du  "Blasonnement", qui décrit un écu d’armes.

     Par exemple [ la fameuse enseigne des auberges ] :

     

    BLASON D’ENSEIGNE

    Le Parlant, le Cachant, le Signifiant

     « DE SABLE AU LION D’OR »

     

    et qui peut se lire en correspondance analogique :

    «  ICI … LA NUIT AU LIT ON DOR »

     

    B / mais, aussi, en une écriture codée, en anagramme :

     1 / DESABLEAULIONDOR

    2 / ABELDONORAUILDSE

    3 / A[ U ] BEL [ JE ] DON[ NE ] [ MON ] OR [ ET ] A[ U ] VIL [ LE ] D[ E ]SE 

    4 / A[ U ] BEL [ JE ] DON[ NE ] [ MON ] OR [ ET ] A[ U ] VIL [ LE ] D[ E ]CES 

     

     Autrement dit, le lion de l’enseigne [ figure du Lion de Judas, qui est le Christ, qui nous enseigne ], nous dit :

    ABeau [ ou au bon ] je Donne [ je promets ] mon Or [ l'or spirituel de la Vie ] et au Vil [ au mauvais ou au méchant ] je réserve le Décès [ la Mort ].

     

    Ce procédé "multi-sens", correspond par exemple, aux "couches" sémantiques", des graffitis au Donjon ou Tour du Coudray, du Château de Chinon (Cf. "Le Testament des Templiers" à Chinon d'Y. Roy)

     

    Le Coup Droit y Est !

     

     

    C'est, ainsi, que l'art du Blasonnement [ le Blason…ne…ment ] est devenu la science du :

     

    Noeud Gordien

     

     

    PARLANT du CACHANT du SIGNIFIANT 

     

    C'est à dire la science où :

     

    le SIGNIFIÉ est CACHÉ dans le PARLÉ ...

     

    4 Chiffre 2 Quatre

     

    Partager via Gmail

    your comment
  • Du chef au St Esprit, du cœur à la Ste Ostie d’argent, de la pointe au St Calice d’or chargé de 5 pierres pourpre sinople gueules azur et de sable, au champ cianné

    The Quest for the Grail 

    Formerly, there is for a very very long time !!! The Queste of the very Holy Grail tells us: " the Grail was worn by three tables : a round, a square, a rectangular " let us meditate.

    Formerly, there is for a very very long time !!! The formula of consecration in the Mass spoke of "The Cup Hi, the Chalice of Light and Blessing Ark" Regeneration from Above! ... Formerly ... there was a very long time ....

    Formerly, there is for a very very long time !!! Around the Round Table !! Lancelot, Perceval, Gaalad around King Arthur! The Holy Grail "burning fire" was central to the Round Table. "Igne Renovatur integra natura". Formerly? and now ??

     

    The chevaucheur (rider) of twilight

    There is a long, long time, a Knight of the Round Table which pursued his queste wandered exhausted on the edge of the sea. Night was falling; he looked that night that was falling, and in the night he saw a light that spoke to him: "Look at the stars and be penetrated with the insignificance of the human things ... listen to the silence of the sea ... believe in me ... I AM ... Our Lady is, and the Holy Grail Is ..."

    He fell asleep and the next morning at first light up, he took his route to the Holy Grail ...

    There is a very long time ... now ... and again ...

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •   

    THE KNIGHTHOOD OF PROFESSIONALS EXPERTS

     

    THE VANGUARD OF REAR-GUARD

    Tradition [that is to say the know, Knowledge and Wisdom of the Ancients Ancestors and Elders] that the Orden of Chivalry vehicle, not just a "Know-Being" but also a "Know-How" astonishment ahead of his time, particularly in the areas of arts and technical sciences.

    For illustrated "the Illustrious ... Title", it would be enough to develop the epic of "Rear Guard" of the Order of the Poor Knights and companions in arms of Christ [the Templars], which remains a model for military innovation, and political and religious synarchy and in the application of economic progress, and organization and social protection, and implementation of modern techniques in conjunction with the Masters of works, of their era [Scholars or brothers or Companions of the Trades]

     

    Cross of Bethlehem

     

    Croix de Bethléem

     

     

    ... As some of their followers under the banner of the Order of Christ, like the famous explorers and navigators discoverers of new worlds Christophorus Columbus or Cristobal Colon [Columbus 1451/1506] and Fernão de Magalhães [Ferdinand Magellan in 1480 / 1521] [cf. Emile Theodore Léon Gautier, Chivalry (1884) and A. Gautier Walter Chivalry and secret aspects of history: Edition of the Round Table in 1966].

     

    ENIGMATIC'S COAT OF ARMS

    This spirit of "vanguard" of Sciences we find it outlined in the heraldic system of "blazons" that are obviously much more than emblems, signs of recognition or family or property marks.

    Indeed, we already know that the armorials are cards of "Being" sky charts, but also images Treaties [the Mutus Liber] of the "Royal Art" so dear to Fucanelli, for whom the "Operative Great Work" is the synthesis of various jewels and the famous "Precious Stone of Philosopher" that is [according Fucanelli in his "Philosopher Mansions"]:

     

    "... A Crystalline Body ...".

     

    Yet, the Chivalrous Tradition is very prolific in terms of history and legends of gems and other precious stones [the Sword Excalibur is removed from a stone by King Arthur and Santo Graal also meant "carved" in Pierre Front (of the crown) of the Great Bearer and diffusor of Light].

     

    Starting with the Blazon [not forgetting the rings and head ornaments mirrors necklaces swords, helmets, baldric, belts, harnesses, saddles, crowns, scepters, chalices the "Sphinx" stained glass the famous Rhumphae "] whose colors [metals and enamels] come directly from the" Stains "of" Scels metal ".

    For example from the beginning :

    • Sable [black] is connected to lead [or Saturn]
    • Azure [blue] to tin [or Jupiter]
    • Gold [gold or yellow] to gold [or Sun]
    • Gules [red] to iron [or Mars]
    • Vert [green] to copper [or Venus]
    • Purpure [purple] to mercury [or Mercury]
    • Argent [silver or white] to silver [or Moon].

    In sum: 7 planets, 7 metals: 7 colors that refer to the seven crystal systems bases or "meshes" that develop according crystal lattices 14 [or 14 Stations of the Sun cristalin].

    Thus each network heraldry diffraction of light suggests the use of a specific monochromator

     

    LA CHEVALERIE DES METIERS

    Monochromator type Czerny-turner

     

    The figure shows a block diagram of a type monochromator "Czerny-turner". The polychromatic light beam coming from the source (A) through an entry slot (B). The slot is located at the focal bridge of a curved mirror (the collimator (C), a generally spherical mirror), so that all the rays reflected by the mirror are parallel. The amount of light energy available for use depends on a part of the energy of the beam from the light source passing through the slot, and secondly of the "width" of the diverging beam which is reflected on the mirror .

    The parallel polychromatic beam is then dispersed by the prism or diffracted by the grating or the crystal (D) is then collected by another mirror (E) which focuses the output on the slot (F). In the case of the prism or of the network, different wavelengths are separated at the outlet slot (if the beam is in the visible, the different colors are separated), each coming from a different point of the slot. In the case of a crystal, a single wavelength diffracted according to the value of the incident angle (Bragg's law).

    The light beam from the gap (G) is thus no longer consists of only a single wavelength (and a small proportion of the neighboring wavelengths). D of a rotation (prism crystal or network) results in a displacement of the beam at the mirror E and the outlet slot F, which selects the desired wavelength by centering on the slot. (source Wikipedia)

    The diffraction gratings electromagnetic waves are now the source of high-energy weapons [for example laser rays] and holographic projections, and soon capes of invisibility.

    Which joined the prodigies and other "magical" weapons abound especially in the stories of the Quest of Knights of the Round Table.

    As if the Ancients Ancestors and Elders of the Orden of Chivalry, had the near-science monochromatic filters and prisms forming crystals as three dimensional diffraction gratings of light and electromagnetic waves.

     

    Order of Christ

     

     

    Ordre du Christ

     

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  

    Blason Notre-Dame des Vœux et des Tables de la Loi

     

    The Role of Ladies's Essential (Essence ... Ciel = Essence ... Heaven."

     

     

    La Dame...Y...Est

     

    Because they are the initiators, early childhood children, to the knowledge of the Ideal Chivalrous and the Christian tradition, and has a traditional treasure tales myths, legends, stories, novels Quest for the Holy Grail, and knights Round Table of King Arthur, songs and arts etc ... that adapts to every age, obviously with all the current initiatives Mothers may suggest the children to follow their heroes.

    The "Ladies of the Orden" traditionally exist and have always existed. These titles are created by family ties. They are the mothers, the Wives of Knights.

    And if the sons have received Chivalry is because Mother gave the education provided by them and recall of chivalrous values, the desire to receive it.

    If married Knights can make that commitment, that is it is not opposed to the spirit of their wives. Otherwise, the wedding, first engagement, will prohibit another commitment for them.

    So a married Knight is in perfect harmony of mind with his bride as she did makes only one with her husband in the spirit of the Orden. A single Knight who wants to get married, will marry a woman sharing his ideal. It's logical or he will leave the Orden himself.

    So, everything goes without saying : the "Ladies" of the Orden, it is the mothers, the wives, and the family becomes a family affiliated to Orden. The progeny will also bring new elements, this is tradition.

    Each Lady of the Orden reign [on "Sovereignty"] independently on the family unit, she is the soul of its "Home" that becomes the venue for meetings, exchanges, teaching all members of the Orden ... this is the perfect crucible ... for chivalric initiation after probation of new Knights.

    These are also the ladies that ensure the proper functioning of receptions, welcoming all, mutual aid and perfect coordination with their Husbands serving the Orden and the common ideal.

     

    So the ladies are the catalysts that coordinate the smooth running and life of Orden ...

     

    Le Saint Qui Aime El  Aimant

     

    It is their honor !

     

     

     

     

    La chevalerie des Dames

     

     

     

     

     

     

          La chevalerie des Dames

     

     

     

     

     

     

    Banneret de sable au visage de femme chevelé d’or

     

     

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  

     

     It is not us who find her, it's her who finds us !

     

    Battle-Ax Trinitarian

     

    Trinitaire Hache

     

    Change Nothing !

     

    Not to succumb, no more, in the influence of the infernal "Powers" [the instinctive and unconscious strengths, and the systems of control primary impulsive and re-instinctual drives], remain yourself, and change nothing !

     

    On the Personal Plan 

    Keep what you have undertaken, following a "normal" life, and enjoy a happy and harmonious family life, expand your social relationships, rewarding and balanced, and continue your professional activity [or volunteer], exciting and "enriching".

     

    Because this is indeed this lifestyle, which is one of the best, the most and best shared, and it is a powerful "Crazy guard" which strengthens our "immune system" natural and psychological to protect us against the "crazy about the lodging house," and because this "Outer wall and protective enclosure" is fully self-sufficient, to preserve our balance, and protect us from all forms of "Aliens Possessions " undesirable.

     

    Also, because all of isolation factors of weakness and imbalance vectors [alcohol, excessive disturbances drugs of any kind] and faulting of "anchoring" and "insemination" conducive to infestation symbiotic "entities of the infra-world."

     

    So be clear-headed in your direction and your life choices:

     

    1 / follow a healthy existence;

     

    2 / structure your personality;

     

    3 / strengthen your physical, emotional and mental balance;

     

    4 / stay free, autonomous and independent;

     

    And more you will lead this lifestyle, everyday; more you will resist !

     

    The Therapy

     

    Unfortunately, opportunities and other imbalance temptations are "legions", and gear down in a constantly changing world, and where it is often difficult without fixed points of reference points, to "stabilize".

     

    And if, you feel, yourselves, insufficiently "Armed"("Equipped") to face "alone" these "traumas" or "cracks", you summits to accompany by the Doctors and Psychologists (or other professionals) who are best trained and equipped [generally] to bring you the necessary tools to solve, yourself, these "tensions" and to strengthen the "weaknesses" of your armor "Psychomotor".

     

    And because this support will help you succeed, "to face" and "overcome" ultimately your own "Demons", be it by the simple awareness [which is essential!] the origin, nature, source or root cause of these "Evil Beings."

     

    [It is also, as we report the tradition of the Ancients Orden's Ancestors and Elders of Chivalry, the operative due to the "antique" Christian confession or examination of conscience, which is the "first step" liberator by "verbalization". That same tradition also explains the effectiveness "ancestral" of Meditations, Contemplations and Prayers (Our Father in particular), fasting (for modified diets), hygiene (purification by water, air and salt), fumigation (incense for example), some places called "sacred" (the purifyingin and vigorating waves), etc.] [Cf. eg Entities and Parasites of Energy , A link between body medicine of the mind. Rose and Gilles Gandy. Trajectory editions 2014]

     

    But above all never give up your "Free Will Choice", do not delegate your responsibility, keep your independence, preserve your independence, keep your freedom; And thus run away first and foremost : "infestations" of fortune tellers, the "contamination" and other ominous birds "marabouts" and all these greedy superstitious, looking for "possessions". 

     

    On the Functional Plan

     

    Do the same and stay yourself! Fulfill your obligations with Constance and determination, do reign with measurement, temperance, probity and fairness, there, and wherever you work, and so, you will make back the forces of chaos, of opponent and adversity.

     

    On unpersonal Plan

     

    Change nothing, but every day, open up, the Graces of the Faith, and Donations of Baptisms, of the Soul and the Spirit [the Water and Fire] of our Lord Jesus Christ, and serve the code of honor of Chivalry, and you leave his body, to rejoin : The Armed Heart [and the Chorus] of the Resistance.

     

    Penta - High Mega

    (Le Penta - Haut Mega = Penta - O Mega)

     

    Le Penta -Heut Mega

     

    Me, my heart is dead and I'm the idiot, the king of fools. I, who do not know the rest. I, the outcast, the lost. I, who has more enemies and whose death is a friend, I will drive out demons. I, who carries the Cross of the Lord, I will bring you, My Lady, many treasures, and I will be your king ...

     
    [Angelus Agnus Dei]

     

    Partager via Gmail

    your comment
  •  "I feel that humans appear to be mere tenants of the planet, but they probably never will know what kind of rent they pay !"

     

      [The Great Deception 2 And unknown intelligent forces ? Jean Sider]

     

     Water Tears and Blood

     

    De l'Eau des Larmes et du Sang

     

     

    The cleaning of the Intelligent Sorting

     

    As recalled [has his way !] Jean Claude Sidoun (see Area 51 alien threats? Sidoun Jean Claude Le Temps Present 2014)

     Weakness [guilty !] Scientific Methodology adopted, followed and applied by most official commissions "studies" of UFOs, gender Blue Book Condon, GEPAN, Geipan and other "wasp's nest"

     [constituting itself (and this time!) the real "Lunatic Fringe", that is to say the Fringe Lunar or "Vision Polarized" which reflects a partial lighting or partisan orientation ! ]

     was to cover up the "Forest of UFO events" behind "Tree" of a "prism", distorting and reductive :

     the investigative field observation or direct drive, which is that of astronomy.

      [because, in these "objects",  definitely you didn't have to talk about the study of the field of historical perspectives, religious or experimental, which were blithely ignored and removed at the same time !]

       The worst consequences of this classification methodology in astronomy is that it has led, automatically sorting a UFO events and a more simplistic approach that UFO phenomena : 

     

     1 / in the confining and to hold them in place with force into a narrow straitjacket, inappropriate and outdated in nature :

    is the famous classification of Close Encounters of I, II and III Types of Professor Josef Allen Hynek

     

    2 / and while strongly suggesting [ostentatiously and also hypocritically allusive !] Thesis of nature [only !] Extraterrestrial UFOs [based directly and simply, on the appearance of facts and observations thus retained and selected]

     

    [and this at the end of the 40s, for example, with the Roswell case, which was not used only as a screen and screen "other events", as Jean Claude believes Sidoun (cf. . Roswell, making a myth ABM Publishing Present Time 2014) but also and especially because it helped [and serves always!] to experience "live" to refine handling techniques information, and the takeover of public opinion orchestrated by the services of the "big ears" !]

    (about this, never forget, and do not underestimate especially not [the "works" of] "the eminent and amiable" Professor Hynek [and many others!] which has always been a very "amiable correspondent" CIA infiltrated the Blue Book Committee from 1951 to 1969 without obliterating either, the pursuit of "career" in the middle of private ufology !)

     All this has inevitably contributed to direct research [and minds] to an origin [mainly if not exclusively] extraterrestrial UFOs and priority (aggravating circumstance !) To the Extraterrestrial Hypothesis in First Degrees like "sheet steel and bolts ".

     [extraterrestrial thesis that makes obviously only partially account of reality and all of the events alleged UFO]

     [that "knowingly biased classification Hynek" and deliberately oriented, was, however, and fortunately since expanded, until seventh type, mainly through surveys, analyzes, studies and publications of UFO Researchers Private's work, volunteer and opinionated !]

     It was, however, for over half a century [and still is] a very clever manipulation, and a very sneaky maneuver to "drown the doll with her dirty water !".

     

    In other words :

     In the form [with the false and inadequate Hynek classification], and on the bottom [with the prevailing hypothesis of Alien Visitors "sheet and Bolts"]: the plurality of origins, alien and non-alien ufology events, was [gradually and almost completely] evacuated, focusing their studies, and the general opinion, to a truncated vision of their miscellaneous real natures, real interference, and permanent presence in the terrestrial sphere.

     

     Towards a new classification of UFO phenomena

     

    It imposes itself because there is not ONE but several "UFO phenomena" that can differentiate or discriminate easily in the following three categories :

     

    1/ On-Natural, 2 / Natural and 3 / Artificial.

     

    Betwen Two  Here It Is !

    (Entre Deux Là C'est ! = Interlaced )

     

    Entre Deux Là C'est !

     

    Again, it is of the private UFO research, free and independent, that progress came.

    [while official commissions, are still (supposedly!) to ask that kind of question : Does really UFO phenomenon exist ? Is there a potential risk ? Is it of any interest in science ! (Who was "Moc" is it